La jeune fille et le médecin

C’est encore une histoire de fantôme, dont plusieurs versions circulent dans Venise et que parfois, on vous raconte, le soir, avant d’aller tenter de trouver le sommeil. Elle nous a été racontée par la fille du docteur Zorzi.

Ponte Santa Ana, Castello

C’était un soir d’automne, le 29 novembre 1909, plus précisément. C’était à Venise, à l’heure où le brouillard commence à tomber sur les canaux et où chacun s’empresse de rentrer chez soi avant que l’obscurité ne transforme les rues une vaste chambre noire dans laquelle toutes les sensations allaient se transformer.

Le docteur Zorzi traversait Castello, dans sa gondole, espérant, lui-aussi rentrer chez lui au plus vite.

Comme pour rentre les trajet encore plus pénible, une petite pluie fine, mêlée de minuscule flocons de neige commença à tomber… tout doucement. Le gondolier donna un peu plus de pression sur la rame, afin d’aller un peu plus rapidement. Alors qu’ils approchaient du ponte Santa Ana, une jeune fille, depuis le pont, appela le médecin.

« Mon bon docteur, aidez-moi, ma mère est bien malade et a besoin de toute urgence d’un médecin. Je vous le demande comme une grâce, acceptez de venir… » .

Le médecin demanda au gondolier de le déposer sur la fondamenta, en face du pont, et lui dit de rentrer chez lui, il finirait le trajet à pieds après avoir vu cette femme qui avait besoin de soins. A peine avait-il mis pied à terre que le jeune fille s’engageait dans la calle Crocera et qu’il dût la suivre rapidement.

Elle avait de long cheveux blond foncé, avec des reflets dorés, recouvert d’un grand châle noir. Ils arrivèrent sur la campo Ruga que la jeune fille logea par le côté droit, avant de s’engager sous le sottoportego Zurlin, ce passage sous une maison si bas que l’on doit y marcher courbé en deux. Une fois dans la corte, elle grimpa prestement un escalier étroit et sombre. Arrivée sur un pallier, elle ouvrit une porte et s’effaça pour laisser passer le docteur.

L’homme profita de la lueur d’une lampe à pétrole pour observer la jeune fille. Elle aurait très bien pu être ravissante avec ses grands yeux clairs, et sa bouche délicate. Mais, quelle maigreur !

Elle avait un teint si pâle qu’elle en semblait diaphane. « Cette fille ressemble à un spectre. Je dois penser à l’ausculter également, et lui prescrire quelques fortifiants » pensa le médecin tout en s’avançant dans l’appartement qui semblait composé d’une cuisine qui donnait sur la porte palière, et de deux autres pièces.

Une des deux portes était ouverte et laissait filtrer la lueur d’une bougie. Un râle venait de cette pièce. Il s’avança et entra dans la chambre où une femme était alitée, en proie à une forte fièvre, elle divaguait et râlait. Il s’assit auprès d’elle et commença son travail.

On ne sait combien de temps il resta auprès de la femme, avant de la quitter, rassuré sur son sort. Mais il ne vit personne en repartant.

The Doctor par Sir Samuel Luke Fildes - 1881

Le lendemain, il vint dans la maison, de très bonne heure, voir la malade. Elle allait beaucoup mieux, et une voisine était auprès d’elle, essayant de lui faire boire un bol de bouillon bien chaud. Elle avait alimenté le feu et il faisait une bonne température dans la maison. Le médecin ausculta la malade, lui donna d’autre potions et des médicaments.

Après quoi, il dit à la femme qu’il voulait voir également sa fille. A ces mots, elle s’effondra en sanglots dans son lit.

La voisine tira le docteur Zorzi par le bras, jusqu’à l’autre pièce, une chambre, propre et bien rangée.

« La fille de cette pauvre femme est morte il y a un an. Elle avait tout juste vingt ans et était la beauté et la bonté personnifiée. Depuis, plus rien n’a bougé dans cette chambre, et cette malheureuse se laisse dépérir« .

Sur une chaise, le médecin vit le châle noir qu’il avait vu sur la jeune fille de la veille au soir. Il saisi ce châle… il était encore tout humide de la pluie mêlée de neige de la veille.

Donata, alias LadyGhost a raconté cette histoire dans son blog Pensiero spensierato : Il fantasma di campo Ruga

C’est encore une autre version, et Aldo, du blog Venezianamente en a fait une traduction : Le fantôme du campo Ruga

Campo Ruga, Venise

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. BOUSQUET
    Nov 22, 2013 @ 09:25:55

    Bonjour,
    Préparant un séjour à Venise lors du prochain Carnaval, j’ai découvert votre site. Extraordinaire..!! Merci pour la qualité et le contenu de ce blog. Il manque un onglet sur votre page d’accueil : « Qui sommes-nous ? »
    En effet j’ai envie d’en savoir plus : qui êtes vous ? Où êtes-vous ? Pourquoi faites-vous un travail aussi considérable ?
    Si vous jugez ces questions indiscrètes, n’en tenez pas compte et toutes mes félicitations pour ce magnifique et très documenté travail !
    Je suis abonné à votre Newsletter.
    Cordialement à vous,
    André Bousquet
    Perpignan

  2. oliaiklod
    Nov 22, 2013 @ 10:09:23

    Bonjour André et merci!
    Quand nous avons créé ce blog, nos quelques lecteurs nous connaissaient tous, donc il était inutile d’ajouter le narcissisme à nos soit-disant nombreux défauts.
    Depuis plus de trois ans, ce blog nous a permis de rencontrer et découvrir des personnes formidables, dont beaucoup sont devenus des ami-e-s des deux côtés des Alpes.
    « Qui nous sommes et où » n’est pas le plus important : nous écrivons ce blog car nous aimons Venise, son histoire méconnue et nous avions envie de parler aussi des vénitiens, de leur vie, de leur vision de l’évolution de leur cité. Le reste, nous le devons à nos éducations multiculturelles, notre amour pour l’Histoire, la sociologie et l’aide incontestable de vénitiens qui représentent 25% de nos 1500 lecteurs quotidiens et qui apprécient notre démarche. Pour eux, nous avons été d’abord, « les touristes qui manifestent contre les touristes« , et petit à petit, nous sommes devenus pour eux « 100% Venessians« . C’est le fruit du respect d’autrui, de l’assimilation et du partage.

    Il ne nous semble toujours pas important d’ajouter une page « Qui sommes nous » car nous n’avons rien d’autre à vendre que nous passion pour Venise et notre amour et respect pour les habitants de la lagune.

  3. Claudio
    Nov 22, 2013 @ 10:41:33

    Belle histoire… Fondamenta san Anna, c’est là où habitait ma grand-mère, la nonna Gemma… Je me souviens d’un soir où je dormais chez elle… Elle me raconta tellement d’histoires de fantômes que l’adolescent que j’étais n’en dormit pas de la nuit.

  4. oliaiklod
    Nov 22, 2013 @ 10:45:18

    Tu te souviens du numéro civique?
    Nous avons visité plusieurs maison abandonnées dans ce secteur… avec un peu de chance, nous sommes peut-être entrés dans la maison de ton enfance?

  5. Claudio
    Nov 22, 2013 @ 10:47:39

    La maison n’est pas abandonnée, c’est ma cousine germaine qui y habite maintenant…..

  6. Claudio
    Nov 22, 2013 @ 10:48:22

    et ma cousine ne s’appelle pas germaine, mais Stefania….

  7. oliaiklod
    Nov 22, 2013 @ 11:17:39

    Comme nous n’avons visité que des maisons abandonnées, et que nous ne connaissons pas Stefania, nous n’aurons pas de surprise pour toi…

  8. ytaba36
    Nov 23, 2013 @ 08:12:25

    That’s a nice, spooky legend, and it takes place in such an interesting part of Castello.

  9. Armelle
    Déc 19, 2013 @ 16:19:04

    Un excellent moment passe avec vous, merci bien pour cette lecture.

  10. Rétrolien: Voyage au travers des légendes de Venise | Olia i Klod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :