L’aide de la France pour reconstruire le Bucentaure

Pour les vénitiens, ce n’est qu’une manière, pour la France, de rattraper le crime inqualifiable commis par Bonaparte en 1798, lorsqu’il a fait détruire le bateau des Doges. 600 chènes vont partir de Bordeaux, en direction de Venise, pour la reconstruction du célèbre navire.

image

Le Bucentaure commence a trouver le bois nécessaire à sa reconstruction. Les six cents chênes qui viennent des forêts d’Aquitaine et qui serviront à construire sa quille, offerts par la France et surtout par la ville de Bordeaux et la région qui l’entoure, histoire de « réparer » en quelque sorte le crime des troupes de Napoléon, qui avaient détruit ce bateau en 1798.

bucintoro

Cela fait partie des nouvelles qui indiquent que la reconstruction du magnifique bateau d’or sur laquelle le Doge célébrait les noces de la mer chaque année Jour de l’Ascension, n’est plus vraiment un mythe. Ce projet ambitieux qui a été discuté pendant des années dans la lagune, mais sans jamais réussir de prévoir la phase de mise en œuvre, malgré les efforts de la Fondation Bucentaure dirigé par Giorgio Paternò et maintenant présidé par le maire de Venise, Giorgio Orsoni, qui a lancé le projet.

Giorgio Paternò avec Patrik Brunie

Giorgio Paternò avec Patrik Brunie

Environ 14 millions d’€uros sont nécessaires pour reconstruire le navire. Un coût énorme qui est une entrave au projet. Mais aussi, jusqu’à présent, l’absence d’une réelle volonté de le mettre en œuvre. Mais maintenant les sponsors commencent à se manifester, et grâce à aux français, le projet franchit enfin un cap important. Avec l’accord avec l’équipe transalpine d’Alain Depardieu – frère de l’acteur et producteur de films – et Patrick Brunie, qui est devenu amoureux de ce projet, va commencer la préparation d’un film documentaire Le Bucentaure du troisième millénaire, à Venise, déjà partiellement présenté à la Mostra de Venise.

invito_film_bucintoro_lido

Puis, avec le transfert de propriété à la ville de Venise, la disposition du grand bord de Galeazzo, un bâtiment digne de la construction.

1

Et maintenant, cette nouveauté, la mise à disposition par la France, l’Aquitaine et Bordeaux – grâce à la médiation de Depardieu et Brunie – du bois pour le bateau : en effet, les chênes de la région Aquitaine arriveront dans la lagune sur une grande barge à l’occasion de la prochaine fête de la Sensa, en mai.

4

Et le Buccintoro, les anciens métiers vénitiens (de charpentier de marine à calfateur), liés à la construction sont, à présent sous la protection de l’UNESCO, qui protège également les actifs incorporels.

Alain Depardieu s’est rendu à l’Arsenal avec le dirigeant de l’Unesco, pour évaluer la réalité du projet qui prend forme et qui remonte à la tradition de Venise historique et maritime. Il y aura aussi le premier sponsor de la reconstruction du Buccintoro, Alberto Peruzzo, 49 ans, un armateur italien entrepreneur qui est prêt à investir dans le projet et  parallèlement achever la construction du Buccintoro « comme il était et où il était ».

Alberto Peruzzo, le sponsor de Padoue

Alberto Peruzzo, le sponsor de Padoue

Avec tous ces éléments qui relancent le projet, la souscription de fonds, par la collecte de fonds de la Banca Nazionale del Lavoro, Gruppo BNP Paribas, jusqu’ici en sommeil, qui utilisera le réseau international de la BNP Paribas, pour proposer aux amoureux de Venise, d’acheter des parts du Bucenteaure dans le monde entier.

carati-large

Dans une Venise  » intoxiquée » par le tourisme de masse et de plus en plus faussées par les changements dans son tissus hôtelier et commercial, ce serait un bon signe que la reconstruction d’un monument flottant de son histoire permettant de la reconnecter directement à la tradition de ses anciens métiers et sa tradition maritime.

Patrick Brunie, Valentina Zingari et Giorgio Paternò

Patrick Brunie, Valentina Zingari et Giorgio Paternò

Le chemin à parcourir est encore long, mais mais la coopération entre français et vénitiens parviendra peut être à avancer plus rapidement.

Vous pouvez suivre les informations du projet sur le site de la Fondation Bucintoro del Terzo Millennio

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. RANLIAL
    Jan 19, 2014 @ 09:00:09

    Super nouvelle !!! Le Bucintoro , il fait rêver.
    Le passé et la grandeur de Venise ! L’Histoire de ce joyau de l’humanité !
    De plus, construit à l’Arsenal !!! Lieu magique. C’est très bien que la France offre le bois. De plus , ça donnera du travail a beaucoup de Vénitiens. Un grand merci à tous ces gens qui « se battent » pour faire revivre ce témoignage du passé.

  2. Jacques Hazera
    Fév 15, 2014 @ 12:22:22

    J’ai dans ma forêt de Louchats (en Gironde) quelques magnifiques pins maritimes centenaires. C’est volontiers que j’en mettrais quelques-uns à la disposition de ce beau projet.

    Jacques Hazera
    Expert forestier
    Vice-Président de Pro Silva France
    05 56 88 55 72

  3. Rétrolien: Giorgio Orsoni au château de Bourdeilles | Olia i Klod
  4. Rétrolien: L'aide de la France pour reconstruire le Bucent...
  5. Rétrolien: Carnaval de Venise | Olia i Klod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :