Une histoire des tremblements de terre à Venise

La première mention que l’on retrouve, d’un tremblement de terre à Venise remonte à 745 (et / ou 758), il est dit, alors, que Venise à été frappé ar un tremblement de terre « qui a mis en ruines de nombreux bâtiments et qui a été terrible pour les îles ».

Si toute l’Italie est ravagée depuis la nuit des temps par les séismes, Venise n’est pas dans une zone où l’activité est forte. Il n’y a donc pas un grand danger réel pour la ville lagunaire, du moins directement. Il semble peu probable que la ville soit un jour à l’épicentre d’un séisme.

La carte ci-dessus montre les différentes failles qui parcourent l’Italie, et qui, lorsque les plaques se chevauchent et bougent, provoquent ces catastrophes.

La sismicité historique connue dans cette région ne dépasse pas des magnitudes de 5.9 à 6, et Venise se trouve en bordure, à plus de 100 km de la zone la plus active.

Si les magnitudes des séismes possibles dans la zone demeurent moyennes, la faible profondeur des hypocentres augmente d’autant l’intensité ressentie en surface. Enfin, les effets de site liés à la géologie de la plaine du Pô (liquéfaction des sols) peuvent aussi augmenter la sévérité des dommages.

Dans les temps anciens, le plus grave séisme connu pour Venise fut celui de 1093 qui « storse il Campagnel di S. Angelo e ne seguì, addietro mortalità e carestie« .

Au début du XIIème siècle, on retrouve la trace dans la littérature de deux séismes, le premier en 1106, dit « tremblement de terre de Malamocco », et en 1117 le « Tremblement de terre de S. Ermagora ».  Le premier séisme s’est suivi d’un tsunami qui a dévasté Malamocco : « il mare, come scosso dal suo fondo, penetrando furioso per tutti i porti e le aperture della laguna superava i lidi e tutto inondava. Tante case rovesciate, tanti fondaci guasti. Un’intera isola scomparve ingoiata dai flutti, l’antica Malamocco » (A ce propos, lisez, en italien, Gastone Geron, “Il tesoro di Metamauco“, 1977, éditions Fratelli Fabbri, 152 pages. et parcourez ce site : L’isola sommersa: Metamauco, la piccola Atlantide di Venezia tra storia e leggenda.) Le second était beaucoup violent et ressenti dans tout le nord de l’Italie et en Suisse, et, à Venise « fu un grandissimo tremuoto, e venne un’acqua sulfurea (forse metano) che appiccò fuoco alla Chiesa di S. Ermagora …« 

Au XIVème siècle, le 25 janvier 1348, Venise subit un violent tremblement de terre, le séisme de Villaco en 1348 fut ressenti, moindre, à Venise, mais il détruisit de nombreuses tours. On observa alors les effets inverses d’un tsunami : « Il Canal Grande rimaneva ogni tratto asciutto in modo da lasciare vedere il fondo, mentre l’acqua si riversava ora da un lato ora dall’altro« . La catastrophe fait des centaines de victimes, détruisant de nombreux édifices et provoquant une terrible épidémie de peste qui ne prend fin qu’en 1350, décimant pendant ces deux années le tiers de la population.

Il convient également de rappeler le tremblement de terre du Frioul de 1511. Nous apprenons dans les chroniques l’existence de destructions et de victimes à Venise par la chute de cheminées, statues, ornements et l’effondrement de vieilles maisons et des remparts.

Au cours des siècles ultérieurs, on semble voir une diminution de l’intensité des tremblements de terre, tout en constatant un augmentation de la quantité et de la précision des informations sur les séismes enregistrés aux XVIIème et XVIIIème siècles. Et même le dix-neuvième siècle a été caractérisé par un certain « calme sismique » dans la région de Venise.

En réalité, de petites secousses, liées à une activité sismique constante, secouent la région quotidiennement. Mais on ne les ressent pas.

Un risque majeur avec un séisme dévastateur n’est pas exclu pour la cité lagunaire, mais d’après les études actuelle, il semble que le plus gros danger sismique pour Venise, serait un tsunami provoqué par un séisme au large de la Croatie…

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Walter Marie-Delphine
    Juin 03, 2012 @ 09:26:05

    Cette intéressante étude nous rassure quelque peu… le principal tsunami restant politique et touristique !

  2. CLAUDIO BOARETTO
    Juin 03, 2012 @ 11:17:10

    Pas très rassurant quand même…..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :