Fuorirotta. L’autre Plan de Venise

Pour de nombreux touristes qui viennent un jour à Venise, se retrouver dans ce labyrinthe de ruelles étroites relève de l’impossible.  Pour beaucoup d’amateur de la Sérénissime, par contre, c’est en se perdant dans Venise que l’on peut encore découvrir quelques trésors cachés.

C’est pour les touristes qui se perdent que la Mairie de Venise a, pour la deuxième année consécutive, fait éditer la carte de la ville : Fuorirotta. L’altra Mappa di Venezia.

L’autre carte de Venise est une carte de la ville inhabituelle qui rassemble des informations, des conseils, des idées pour vivre à Venise dédiée à un mode de vie durable.

Fuorirotta concentre des informations et des idées pour tous ceux qui veulent marcher dans une Venise insolite et conscience, en profitant des opportunités offertes par la lagune et le continent, à la différence des cartes touristiques communes, destinée à suggérer des modes de vie et les habitudes de consommation originales et responsable, respectueuses de l’environnement et qui soutiennent, à travers la promotion du développement économique et culturel, la durabilité et le respect de l’identité locale.

C’est un guide avec des informations alternatives au tourisme de masse, qui suggère quelques règles simples pour se conformer à la ville et profiter des meilleurs aspects : d’une part le guide vous apprend à utiliser les transports en commun ou comment ne pas dégrader les ponts en traînant vos valises. D’autre part, il vous indique où vous pouvez profiter de la verdure des parcs et des jardins publics, trouver de nouveaux lieux et des itinéraires, parcourir les marchés de produits frais locaux, manger une cuisine bio locale, faire des achats dans les magasins du commerce équitable. Et, important dès qu’il fait un peu chaud, la carte indique les points d’eau potable publics et les fontaines de la ville, ainsi, vous ne serez pas la proie des vendeurs à la sauvette qui multiplient par dix, les jours de grosse chaleur, le prix de la bouteille d’eau minérale en provenance directe du supermarché voisin.

L’autre est un plan de Venise a été coordonné par le Settore Turismo della Città di Venezia, avec la participation de la Direzione Ambiente e Politiche giovanili, du Settore Sviluppo economico, Politiche comunitarie e Processi partecipativi, et de l’Osservatorio Politiche di Welfare.

Cette nouvelle édition de la carte, le contenu a été mis à jour et élargi par rapport à la précédente édition (2012-13) , est disponible en italien et en anglais et sera distribué à Venise et Mestre en vingt mille exemplaires, imprimés sur du papier recyclé ; la version en ligne est disponible directement sur ​​le site institutionnel de la ville de Venise à l’adresse : Fuorirotta. L’altra Mappa di Venezia

Venise en ses parcs et jardins

Giardino Arsenale

Le touriste qui n’est jamais venu à Venise imagine une ville très minérale, où toute végétation serait absente. Même celles et ceux qui sont souvent venus et revenus dans la cité lagunaire imaginent avec difficulté l’étendue des jardins dans toute la cité.

Giardino Arsenale

Pourtant, Venise est une ville de jardins, publics ou privés, grands parcs ou minuscule lopin entre les murs.

Jardin du Patriarcat de Venise

Parfois, certains jardins se réduisent à quelques plantes accrochées à un mur, une fenêtre, que leurs propriétaires continuent à cultiver avec amour malgré les pressions d’une commune dirigée par un maire qui se dit écologiste (la culture de fleurs sur le domaine public est désormais interdite dans le centre historique).

Parcs et jardins de Venise

Venise côté jardin se mérite, car elle se cache des regards peu discrets.

Les parcs publics sont à la portée de tous, encore faut-il savoir où ils se trouvent. Presque tous sont des havres de paix, ou, à certaines heures le refuge des enfants de Venise qui les animent alors de leurs jeux et de leurs cris.

Les jardins privés sont presque toujours cachés derrière de hauts murs.

Giardino S. Elena

Certains sont libres d’accès à des heures d’ouverture, d’autres peuvent être visités sur rendez-vous, d’autres par le biais de visites guidées à thème, ou grâce à des associations.

Enfin, certains jardins restent et resteront du domaine privé, réservés uniquement aux amis, et aux amis de leurs amis, des portes qui s’ouvrent rarement.

Le moi de mai est traditionnellement le moi des fleurs et des jardins.

Pendant tout ce mois, donc, nous vous emmènerons derrière les murs à la découverte des parcs et des jardins de Venise.

S. Francesco della Vigna

Nous vous indiquerons comment profiter vous aussi de ces endroits plein de charme et si paisibles, même quand la foule des touristes envahit la ville.

Et puis, exceptionnellement, nous vous emmènerons derrière quelques portes, à la découverte de jardin secrets que leurs propriétaires nous ont dévoilés, spécialement pour vous.

Un jardin bien caché dans Dorsoduro

L’Atlantique noir de Nancy Cunard

Avec L’Atlantique noir, le musée du Quai Branly fait le portrait d’une poétesse anti-coloniale, amoureuse des noirs de Harlem à l’Afrique en passant par les Caraïbes et qui leur a donné l’occasion de parler de leurs pays, de leurs arts, de leurs traditions et de leurs histoires dans une Anthologie nègre.

« Je suis l’inconnue, l’étrangère
Hors la loi, rejetée par les règles de la vie
Fidèle à une loi unique, une logique personnelle
Qui ne se mêle à rien et refuse de s’incliner
Devant les règles générales. »

L’Atlantique noir de Nancy Cunard

Mais nous vous parlons de Nancy Cunard, dans un blog qui ne parle QUE DE VENISE, un autre nom célèbre nous vient alors aussitôt à l’esprit : Louis Aragon.

Il faut remonter aux années 1920. Louis Aragon, jeune poète surréaliste sans le sou, se lie avec Jacques Doucet, élégant couturier de la Belle Époque et mécène amoureux des lettres.

De 1926 à 1928, Louis Aragon vivra avec Nancy Cunard.

Commencement : Le 10 mars 1896, Nancy Cunard naît dans un château médiéval, Nevill Holt, dans la campagne anglaise, entre un père un peu effacé, Sir Bache, héritier d’une riche famille américaine installée en Angleterre depuis le milieu du XIXe siècle, et Maud, sa mère, jeune Américaine originaire de San Francisco, fantasque et beaucoup plus extravertie, qui fait de Nevill Holt un lieu de haute mondanité et de culture. Vers 1910, Lady Cunard quitte son mari et le château pour s’installer à Londres avec sa fille. Les relations de la mère et de la fille se dégradent. Au début des années 1930, Nancy Cunard rendra même publique une lettre-pamphlet contre Maud, Le Nègre et Milady : elle y dénonce le racisme de sa génitrice. Depuis 1920-1921, la jeune femme est installée à Paris.

A partir de 1924, son appartement de l’île Saint-Louis devient un lieu des mieux fréquentés : Man Ray et William Carlos Williams, Walter Berry, Edith Wharton, Léon-Paul Fargue, Drieu la Rochelle,  la bande qui gravite autour de Jean Cocteau et celle d’André Breton, Beckett, Nijinski, Rubinstein, les Fitzgerald, et cent autres écrivains et artistes dans la famille desquels elle était entrée en publiant plusieurs recueils de poésie et en éditant elle-même les livres qui lui plaisaient.

Tristan Tzara, le fondateur de Dada devient son compagnon, René Crevel sera aussi, jusqu’à son suicide, l’un de ses proches… Le jeune Marcel Jouhandeau la décrit en « une ogresse maigre dont le long corps a la froideur envoûtante des serpents. »

Aragon rencontre Nancy en 1926, à Paris, elle n’en fera qu’une bouchée. 

Coup de foudre dans un ciel d’orage.

Nancy Cunard semble beaucoup mieux maîtriser la relation que le jeune poète, qui écrit à Jacques Doucet en avril : « Je suis le prisonnier de l’amour je pense d’une façon définitive. » Voyages. Dépenses. Crises. Le Paysan de Paris sort en juillet et Aragon travaille à son grand projet romanesque, La Défense de l’infini.

Nancy Cunard

Nancy Cunard fut-elle le grand amour d’Aragon?

Aragon fut-il l’homme le plus aimé de la blonde, mince, belle et irrésistible Anglaise? La concurrence fut innombrable. Aidée par sa fulgurante beauté archétype de cette époque, un célibat , surtout une ablation de l’utérus (dont  on ne sait si cela fut du à la conséquence d’une maladie vénérienne) sa position sociale, Nancy fit tourner bien des têtes et collectionna les amants. Décidait-elle de s’emparer d’un homme? Aucun ne résistait. Elle collectionna les amants comme elle collectionnait les bracelets d’ivoire dont elle avait l’habitude de couvrir ses bras.

Longiligne, un port et une grâce évidente, une coupe à la garçonne, sa vie sexuelle ne fut pas le moindre de ses talents.

Un an plus tard, dans une chambre de l’hôtel de la Puerta del Sol, il fait une tentative de suicide auprès d’elle après avoir brûlé dans la cheminée les 1 500 feuillets du manuscrit de La Défense de l’Infini (dont seul un chapitre sera sauvé, Le Con d’Irène, livre érotique où Aragon a mis beaucoup de Nancy). Mais les circonstances de cet autodafé sont plus qu’obscures, et la confession d’Aragon, comme toujours, suspecte.

Nancy, Aragon l’a aimée ou plutôt, il l’a adorée, ce qui n’est pas pareil. Dans l’adoration, l’amour cesse d’être une quête ou un mystère, c’est un joug sacré. Pour une fois, Arangon est explicite : « J’étais amoureux d’une femme extraordinairement belle. D’une femme en qui j’avais cru comme en la réalité des pierres. D’une femme que j’avais cru qui m’aimait. Je suis un chien, c’est ma façon« .

Au cours de l’été suivant, Nancy organise un séjour en Italie. Avant une première étape à Venise, elle envoie une longue lettre à Janet Flannet où elle explique qu’Aragon est vraiment un garçon délicieux, « une personne douce et délicate, un compagnon idéal, mais moi, je suis toujours insupportable« . Lors d’une halte Florence, Nancy tient à présenter Aragon à Norman Douglass. Les crises atteignent, à Venise, leur point culminant.

Nancy trompe Aragon avec celui qui deviendra un de ses grands amants, l’afro-américain Henry Crowder, originaire d’Atlanta, Georgie, pianiste de l’orchestre de jazz d’Eddie South, qui se produisait alors à l’hôtel Luna. Nancy est folle de jazz et de jazzmen noirs. Ce sont, pour elle, les vrais révolutionnaires, comme le seront plus tard à ses yeux les combattants de la guerre d’Espagne… Aragon ne fait pas le poids et ne supporte plus son rôle de « gigolo« .

Vers la fin de la première semaine de septembre 1928, dans sa chambre de l’hôtel Danieli, Louis Aragon se gave de barbituriques. Il est sauvé de justesse une fois de plus… suicide d’opérette diront les mauvaises langues.

La vie reprend son cours. Louis Aragon rencontre le poète russe Maïakovski

Le mercredi 7 novembre 1928, Louis Aragon et Elsa Triolet se réveillent pour la première fois dans les bras l’un de l’autre. Elle se pelotonne amoureusement contre lui. Il serre dans ses bras ce minuscule corps dont il a tiré tant de plaisir. Les deux amants se regardent, encore étonnés de la passion de la nuit. Voilà douze heures, ils ne se connaissaient pas. Et maintenant, ils ont fait l’amour comme des bêtes. Elle a 32 ans, il en a 31 et c’est le début d’un mythe largement mis en scène. Les yeux d’Elsa n’effacèrent vraiment jamais la cicatrice laissée par Nancy. Elsa Triolet Elsa Triolet, reste lucide sur la nature du lien qui attache encore son compagnon à celle pour qui « toute respiration tourne à la tragédie ». Elle parlera même d’une « initiation à la jalousie ». Maintes pages d’Aragon garderont les traces de cette passion, dans Le Roman inachevé et dans La Mise à mort notamment.

Nancy Cunard, elle, oublie vite Aragon. Ou du moins place-t-elle sa liberté plus haut.

Nancy Cunard est morte le 16 mars 1965, dans une salle commune de l’hôpital Cochin. On l’avait ramassée dans la rue, effroyablement maigre, l’esprit en déroute.

Nancy Cunard

Bibliographie :

Nancy Cunard, de François Buot, Éditions Fayard

Aragon, la seule façon d’exister, Grasset, 1997

Aragon, un destin français, Pierre Juquin, Éditions de La Martinière

Exposition :

« L’Atlantique noir » de Nancy Cunard Negro Anthology (1931-1934), commissaire Sarah Frioux-Salgas, du 4 mars au 18 mai 2014, Mezzanine Est, Musée du Quai Branly, 222, rue de l’Université, Paris 7e. Tel. 01. 56 61 70 00

Les quais sous la Pescheria

Fouilles archéologiques au Rialto

L’île de Rialto est l’une des plus anciennes zones de peuplement du centre historique de Venise. Ici, depuis les origines de la ville, se sont concentrées les activités commerciales et économiques importantes.

La zone se caractérise ainsi par couches successives, produites par des adaptations et transformations fréquentes.

Lors de travaux pour l’aménagement d’un station d’épuration, en 1999, des fouilles ont dévoilé de nombreux témoignages de l’activité humaine : pièces de monnaies, poteries, poids.

Les travaux de terrassement ont également mis au jour deux anciens quais. Le plus ancien réalisé en 1398, et l’autre en 1456.

Paradoxalement, la construction la plus ordonnée et homogène est la plus ancienne, ce qui démontre que la qualité d’un produit dépend non seulement des techniques de construction utilisées à une époque particulière, mais aussi par la disponibilité des matières premières ou des ressources économiques.

Pour le quai de 1456, ont été utilisés des pierres plus petites, irrégulières et non façonnées, donc moins coûteuses.

Quai de 1390

Quai de 1390

Quai de 1450

Quai de 1450

L’Arsenale ouvre ses portes au Carnaval de Venise 2014 !

Carnaval de Venise 2014

Pour la premières fois de l’histoire de Venise, l’Arsenale de Venise ouvrira ses portes pour le Carnaval qui débutera le 15 février.

L’antique chantier de la Sérénissime deviendra un nouveau décors spectaculaire, réalisé en collaboration avec La Fenice, et accueillera les masques du Carnaval chaque soir de la semaine grasse, à partir du 27 février.

Pendant six nuits, jeux de lumières et fontaines d’eau, musique et divertissements nomades seront introduits dans un spectacle dirigé par Davide Rampello, qui évoqueront l’histoire de l’Arsenal dans une chorégraphie qui se déroulera sur les quais de la Darsena Grande. « Nous avons accepté avec enthousiasme les directives du maire de Venise, Giorgio Orsoni, de valoriser également la zone de l’Arsenal pendant le carnaval« , à déclaré à la presse Piero Rosa Salva, l’inébranlable président de Ve. La; la société qui a obtenu la privation de Venise pendant le Carnaval.

Chaque soir du jeudi gras 27 février, au mardis gras 4 mars, des embarcations avec le logo caractéristique du Carnaval de Venise 2014, griffé par Giorgio Cavazzano sortiront de l’aire Marciana, transportant orchestre et artistes de rues, directement à l’intérieur de la Darsena Grande de l’Arsenale. Clin d’œil des intérêts privés aux origines du nouveau Carnaval de Venise, qui, en 1980, avait été initié par des artistes de rues évadés des théâtres de Venise, dont La Fenice.

D’autres embarcations spécialement décorées partiront du Rialto et de Piazzale Roma pour un service de navigation spécial pour amener le public dans l’Arsenal.

Chaque soir, après 18 heures, une fanfare entraînera les masques qui auront participé aux défilés du concours sur la piazza San Marco, pour une parade itinérante, précédées par des échasses, pour un voyage en musique, jusqu’à la Riva delle Maravegie de l’Arsenale. Une fois sur les quais de l’arsenal nord, le public sera accueilli par une troupe d’artistes qui défileront sur le thème du feu et de l’eau (L’inferno de Dante, espérons le ?) pour traduire le retour de l’atmosphère laborieuse de ce lieu historique.

Puisant dans les archives historiques de la Sérénissime, Davide Rampello, directeur artistique du Carnaval, a créé un spectacle qui ambitionne de faire revivre les gloires de l’Arsenale du XVIème siècle. Le narrateur du spectacle sera un bagnard vénitien anonyme, emprisonné car considéré responsable de l’incendie de 1569 qui avait détruit l’Arsenale. Le forçat, libéré de prison a pris part à la bataille de Lépante, et raconte cette victoire. Le spectacle sera répété deux fois chaque soir et se terminera par l’évocation des festivités de la victoire de Lépante, avec des fontaines colorées et des feux.

Le long du bassin et à proximité de la grue historique seront installés des restaurants devant lesquels s’exhiberont des musiciens venus de toute l’Italie, des artistes de la Festa della Taranta, des Pouilles, qui ouvriront le spectacle du jeudi avant le Carême, avant de laisser la place, après 23 heures, aux DJ SkaJ et Montefiori Cocktail.

Carnevale di Venezia 2014

Les affiches du Carnaval de Venise 2014 ont été conçues par Giorgio Cavazzano, célèbre dessinateur de Disney, en collaboration avec Giorgio Camuffo.

ArsenaleRetrouvez le programme le plus complet qui soit publié en français dans notre

Agenda du Carnaval de Venise 2014

Venise, Venezia, Venice, Венеция …

Pour finir l’année en beauté, rien de tel que quelques images de Venise…

Quelques idées de livres pour vos cadeaux de Noël

Il est temps de penser aux cadeaux que nous allons offrir pour Noël, autour de nous. Les livres sont toujours appréciés de ceux qui les reçoivent, et rien ne peut plus faire plaisir qu’un livre sur Venise à un-e amoureux de la cité lagunaire.

Nous avons fait un petit tour dans notre « bibliothèque vénitienne », pour sélectionner quelques idées de cadeaux pour vous.

Les livres en français :

Dans un monde ravagé par des catastrophes naturelles de plus en plus violentes, Venise commence à sombrer dans sa lagune. Toute la ville est évacuée en urgence. Mais d’étranges personnages sont restés cachés dans un somptueux palais gothique au cœur du sinistre labyrinthe vénitien : ils ont décidé de se laisser engloutir avec la cité et organisent des bals costumés dont le thème change de siècle chaque soir.

C’est noir, mais fascinant et envoutant, Valérie Bettencourt a écrit nos fantasmes dans Sombre Lagune, cette de Venise engloutie par les flots, comme le fut autrefois la grande cité du nord de la lagune. Klod, qui plus est, a terminé la lecture du livre un 2 novembre à Venise, vous comprendrez pourquoi il en garde un souvenir impérissable.

  • Titre: Sombre Lagune
  • Auteur: Valérie Bettencourt
  • Broché: 382 pages
  • Éditeur : Éditions du Préau (11 août 2010)
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2953689427
  • ISBN-13: 978-2953689426

Bien entendu, Klod ne pouvait passer sous silence la sortie d’une nouvelle Bande Dessinée. Marina est le personnage clé de cette série, on le devine. Elle est celle autour de laquelle se balancent, tels des pantins, tous les autres personnages. Ses soumissions, ses enfermements la rendent encore plus libre, peut-être, d’être et de devenir elle-même.

Pour leur première série historique, Zidrou et Matteo embarquent le lecteur pour Venise. La Cité des Doges verrait-elle les prédictions de Dante Alighieri se réaliser à deux moments de son histoire, au XIVème siècle et de nos jours ? En 1342, après avoir exilé pendant de nombreuses années sa propre fille, Marina, le Doge choisira de la sacrifier au nom de la Cité… Mais au XXIe siècle, qui empêchera le professeur Boccanegra de réveiller Marina, sirène maléfique peinte sur une épave ?

  • Titre: Marina, Tome 1 : Les enfants du Doge
  • Auteurs: Matteo (Illustrations), Zidrou (Scenario)
  • Album: 56 pages
  • Éditeur : Dargaud (13 septembre 2013)
  • Collection : MARINA
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2505011249
  • ISBN-13: 978-2505011248

Le septième volet des aventures du capitaine Alatriste, soldat désabusé mais toujours fidèle à la couronne espagnole, l’entraine dans la lagune, pour sa dernière mission, quasi impossible : éliminer le doge de Venise.

L’idée de ce feuilleton à l’ancienne était risquée. Alfaguara, l’éditeur de l’écrivain, n’y croyait d’ailleurs pas mais soigna le premier volume avec du beau papier et de belles illus­trations. Pour Pérez-Reverte, ce qui était au départ une amusette imaginée avec sa fille Carlota, devint une chose sérieuse, passionnante.

L’hiver 1627, à peine rentrés de la côte d’Anatolie, ils sont envoyés par Don Francisco de Quevedo pour mettre Venise à sac. Les armées d’Espagne et d’Autriche mobilisées en Flandre, ne reste que les mercenaires espagnols, dalmates, allemands pour punir la «république corrompue (…) honte des nations et cloaque des monarchies». Pour ­Alatriste et ses compagnons, «hommes d’acier et de silence», ce serait une mission comme une autre si l’ennemi juré du capitaine, le traître Malatesta, laissé pour mort dans les geôles du roi, n’était de la partie. Pérez-Reverte nous montre Venise à quelques heures de Noël et de l’assassinat programmé du doge. Le danger est partout, les espions pullulent, les femmes sont redoutables et le piège tendu au capitaine et à ses hommes est sur le point de se refermer…

  • Titre: Les aventures du capitaine Alatriste, Tome 7 : Le pont des assassins
  • Auteur: Arturo Pérez-Reverte
  • Broché: 364 pages
  • Éditeur : Seuil (11 octobre 2012)
  • Collection : Roman
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2021078736
  • ISBN-13: 978-2021078732

Dans sa nouvelle Intrigue à Venise, Adrien Goetz nous invite à Venise. Au menu : du sang, un meurtre, un Rembrandt et de l’humour…
Avec cet auteur nous sommes tranquilles : maître du suspense, il est aussi grand seigneur d’un royaume où il fait donner à tout instant la comédie des masques. Ce normalien, maître de conférences en histoire de l’art à la Sorbonne, a tous les  » travers  » requis pour figurer parmi ses propres personnages de fiction. Venise féroce, Venise inquiétante. Mais aussi Venise très drôle…
Fine plume, il préfère captiver et enchanter son lecteur en toute légèreté. Sans cuistrerie, il nourrit son récit d’anecdotes, de faits, de descriptions qui enrichissent avec bonheur son évocation d’une Venise mystérieuse et enchanteresse. Une fête pour l’esprit, espièglerie en prime. Un pur bonheur … mais c’est normal, on est à Venise !

  • Titre: Intrigue à Venise
  • Auteur: Adrien Goetz
  • Broché: 320 pages
  • Éditeur : Grasset (7 mars 2012)
  • Collection : Littérature Française
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2246779715
  • ISBN-13: 978-2246779711

Pendant plus de douze ans, le photographe Loeber-Bottero a parcouru le labyrinthe de la Sérénissime pour construire sa vision d’une Venise poétique et insolite. Ses photographies, faites au cœur de la nuit, rendent ainsi compte d’une atmosphère silencieuse, rarement troublée par une présence humaine.

Le livre s’organise autour de promenades nocturnes qui invitent chacune à la rencontre avec des lieux inspirés, nobles ou populaires, fastueux ou modestes, sacrés ou profanes.

  • Titre: Venise, la nuit : Night in Venice
  • Auteur: Stéphane Loeber-Bottero
  • Relié: 270 pages
  • Éditeur : Gourcuff Gradenigo; Édition : Bilingue (26 novembre 2009)
  • Collection : PHOTOGRAPHIE
  • Langue : Français – Anglais
  • ISBN-10: 235340068X
  • ISBN-13: 978-2353400683

Les livres en italien :

Fermez les yeux et imaginez Venise il y a 50 ans : les enfants jouent sur les campi et se baignent librement dans les canali, les touristes sont discrets, les femmes papotent au marché… et puis, les odeurs, les parfums, et surtout : les bàcari. Le bàcaro était un véritable cœur dans la ville, une auberge où se croisaient toutes les couches sociales de la ville, avec ses odeurs de cuisine, et le parfum des vins.

Sandro Brandolisio raconte la Venise de son enfance dans Quando a Venezia non c’erano i fast-food ghe gera i Bàcari (Filippi Editore Venezia – 2009)

quandoavenezia

  • Titre: Quando a Venezia non c’erano i fast food
  • Auteur: Sandro Brandolisio
  • Éditeur: Filippi Editore, Venezia
  • Date de Publication: 2009
  • ISBN: 8864950001
  • ISBN-13: 9788864950006

Avec ses petits canaux brumeux et troubles de la lagune, Venise est l’endroit mystérieux par excellence. Carrefour entre l’Orient et l’Occident, un pont entre la terre et l’eau, la vie et la mort se confondent ici et coexistent depuis l’aube des temps . Templiers, francs-maçons, satanistes, hérétiques,  meurtriers et terroristes : la liste est longue de ces de personnages mystérieux qui ont peuplé durant des siècles, les maisons délabrées donnant sur les canaux, accompagnés de légendes sinistres qui renouvellent encore le charme ambigu de cette ville unique.

  • Titre: Misteri, crimini e storie insolite di Venezia
  • Auteur: Alberto Pattacini
  • Relié: 288 pages
  • Éditeur : Newton Compton (septembre 2013)
  • Langue : Italien
  • ISBN-10: 8854156256
  • ISBN-13: 978-8854156258

Les livres en anglais :

Veneranda Porta fut la première femme tueuse en série de la Sérénissime. Quand à Daniel Lanza, le professeur français, il tuait ses victimes dans les calli de Venise pendant le Carnaval.

Grâce aux archives du Conseil des Dix, Davide Busato a reconstitué des enquêtes criminelles qui ont ému l’opinion, tant dans la cité lagunaire que partout en Europe. Partons avec lui sur les traces des enquêteurs de l’époque ce qui permet, au passage, de retrouver une représentation très vivante et suggestive des mœurs et coutumes de la Venise d’autrefois.

  • Titre: Serial killers of Venice. Killers, sadists and rapists of the Serenissima
  • Auteur: Davide Busato
  • Broché: 144 pages
  • Éditeur : Helvetia (août 2013)
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10: 8895215230
  • ISBN-13: 978-8895215235

Et puis, si vous avez un cadeau pour quelqu’un qui n’aimerais pas lire, voici un jeu de société :

Intrigues à Venise

C’est le Carnaval à Venise. La nuit est pleine d’animation et de sons joyeux, de voix exubérantes, des rires et des chansons de personnages masqués qui dansent dans les ruelles étroites. Mais cette joyeuse ambiance cache aussi les activités de quatre sinistres personnages, quatre maîtres du trompe-l’œil capables de se déguiser à tel point qu’ils sont impossibles à reconnaître…

Intrigues à Venise est un jeu de société créé par Alex Randolph et Leo Colovini. Il a été publié en France par MB en 1988. Une nouvelle édition chez IELLO depuis septembre 2013.

C’est un jeu pour quatre joueurs.

Les « Vigilantes » des cadenas de l’amour

n

Le FALLO (Fronte Anarcolettico Liberazione Lucchetti Ora) est né en mai 2013. En français, c’est le FALCA qui est son équivalent : Front Anarcholitique de Libération des Cadenas de l’Amour.

Fronte Anarcolettico Liberazione Lucchetti Ora!

Ces fronts, qui fleurissent désormais un peu partout en Europe sont composés de combattants clandestins armés… de grosses cisailles et de scies à métaux, qui, désormais, programment des actions de résistance pour libérer les ponts et les espaces touristiques de cette pollution débile venue le l’extrême est, qui consiste, pour deux abrutis, à se jurer fidélité dans un lieu merveilleux, accrocher un cadenas avec leurs prénoms dessus, le verrouiller et jeter la clef, dans l’eau où elle disparaît.

En coupant les témoins de ce vœux, les combattants du FALLO ou du FALCA espèrent ainsi, en plus de nettoyer leur ville, faciliter la séparation de deux imbéciles, et, ainsi, éviter leur prolifération ultérieure.

A Venise, les combattants du FALLO se réunissent bien entendu sous la bannière du Lion de San Marco qui a laissé tomber le livre de la PAIX pour la pince coupante.

FALLO

Celles et ceux de nos lectrices et lecteurs qui habitent Venise (vous êtes de plus en plus nombreuses et nombreux à nous lire depuis la lagune – merci) ou qui se rendez assez souvent dans la Sérénisime peuvent rejoindre ce groupe en cliquant sur la bandiera ci-dessus. Ainsi, vous pouvez nous aider à repérer les cadenas, les vendeurs à la sauvette, et venir nous aider lors des actions commandos de libération.

Parce que, à Venise ou à Paris, ce triste spectacle est lamentable et inacceptable dans un monde qui se prétends civilisé…

Cadenas de l'amour polluant le pont de l'Accademia à Venise

… et que ce genre de pratique relève de superstitions digne du moyen âge ou des peuplades tribales qui, il y a encore quelques années étaient qualifiées de sous-développées ; pratiques qui ne sont en rien respectueuses, ni de nos traditions et croyances, ni de notre patrimoine.

Parce que si le nettoyage de cette pollution est confiée par les collectivités à des entreprises privées, cela coûtera une fortune, et que cet argent, ce sera nos impôts qui vont le financer, avec toutes les dérives que l’on connaît en matière de contrats publics : fausses factures et pots de vins compris.

Parce que le réveil et la vigilance de quelques citoyens frappera plus les esprits, rejoignez vous aussi l’armée clandestine de libération des cadenas de l’amour.

FALLO Venezia

En septembre, un prochain dimanche, nous avons décidé une attaque sur tous les fronts, sur tous les ponts (voir la carte). La date exacte est encore gardée secrète, mais nous vous en parlerons, restez en contact, ou engagez-vous à nos côtés, avec nos amis vénitiens, pour lutter contre ce fléau, et venez participer au Trancino Day !

Trancino Day

Participez vous aussi au Trancino Day (voir l’article paru dans la Nuova di Venezia), venez armés de pinces, cisailles, coupe boulons ou scie à métaux, ou armé de votre bonne volonté. Aidez-nous, avec les citoyens de Venise à nettoyer nos ponts et grilles de cette ignoble pollution, dans la bonne humeur et le délire, avant de découvrir, quand les cadenas auront été libérés d’autres moment de partage avec les vénitiens, autour de bonnes choses…

Libération des cadenas de l'amour

Gianluigi Aponte

Gianluigi Aponte (Sorrente, 1940) est un entrepreneur italien fondateur et propriétaire de la société MSC – Mediterranean Shipping Company, basée à Genève, en Suisse, le 2e plus grand armateur de porte-conteneurs du monde.

Gianluigi Aponté, président de MSC Croisières et Jacques Saadé directeur de la CMA-CGM, ont assisté au lancement du dernier fleuron de la MSC Croisières, le MSC Divina, le 26 mai 2012, devant 2 000 invités.

C’est silencieusement, pratiquement sur la pointe des pieds, que la Suisse s’est transformée en un centre névralgique du commerce international des matières premières en ce début de XXIème siècle.

L’explication se trouve à Genève. Cette ville « a été capable d’offrir un réseau qui intègre à la fois des sociétés de trading, des banques, des compagnies d’assurance, des sociétés de shipping et de contrôle de qualité« , explique Bernard Morard, doyen de la Faculté des sciences économiques et sociales de l’Université de Genève.

Surtout, Genève et la Suisse offrent aux armateurs, de moins en moins scrupuleux, une législation peu regardante en matière d’affaires maritimes, un paradis fiscal notoire, et une zone de non droit du travail en plein cœur de l’Europe.

Gianluigi & Rafaela Aponte dont la fortune dépasse les 2,8 milliards de dollars se sont fait résidents en Suisse pour échapper à toute pression fiscale. Leur société est également déclaré à Genève, ce qui évite ainsi la majorité des impôts dans la Communauté Européenne, bien que les activités du groupe y soient amplement développées.

Leur adresse en suisse est donc :

Gianluigi & Rafaela Aponte
avenue Eugène-Pittard 40,
Geneva
CH-660-0459006-3 Switzerland

Aponte a donc commencé par transporter des containers, puis, riche de cette expérience, à transporté des croisiéristes, un peu dans les mêmes conditions d’ailleurs : entassés les uns sur les autres à bord de monstrueux HLM flottant pilotés par des marins « suisses » et avec un personnel de bord international (mais essentiellement venant de pays pauvres) sous-payé et exploité.

D’autre part, Gianluigi Aponte a su se faire des amis de tous ceux qui, sur notre planète, étaient puissants et pouvaient lui éviter tout ennui. De Silvio Berlusconi à Vladimir Poutine, en passant par d’anciens présidents français, tout ceux qui pouvaient lui être utiles ont été « cordialement invités à devenir ses amis »…

Officiellement aucune enquête pour corruption n’a jamais pu aboutir à propos des dirigeants de MSC, pourtant… la presse en parle avec insistance, et, du Finantial Times à Cruise International, les informations filtrent, les doutes subsistent, les présomptions semble de plus en plus des évidences.

Des supputations de lien avec des organisations criminelles n’ont jamais pu être vérifiées, tant la culture du secret est forte dans cette nébuleuse de sociétés, dont même les services fiscaux de divers pays d’Europe ne parviennent à percer les mystères.

Bref retour en arrière…

Quand il fonde sa compagnie en 1969 sous le nom de Aponte Shipping Company il achète son premier navire. L’armateur de Sorrento a ainsi commencé à commercer avec l’Afrique différents types de produits (dont l’acheminement de déchets toxiques pour être abandonnés sur le continent africain). Aujourd’hui, le MSC a plus de 400 porte-conteneurs et est la deuxième plus grande entreprise de marchandises dans le monde après le danois Maersk-Sealand.

En 1987, suite à l’acquisition du croisiériste Starlauro, il crée une filiale la MSC Croisières Cruise Line. En 1995, l’entrepreneur acquiert la compagnie maritime SNAV, une société formée pour la gestion des hydroptères et des ferries utilisés dans les liaisons avec les principales îles italiennes.

En 2008, Forbes lui a accordé une richesse de 2,8 milliards de dollars faisant de lui la 412ème fortune du monde.

En 2009, il devient l’un des actionnaires de Alitalia – Compagnia Aerea Italiana S.p.A lors de la privatisation souhaité par le gouvernement italien du Premier ministre Silvio Berlusconi (qui l’honorera, la même année de plusieurs distinctions).

En Octobre 2010, acquiert 51% des actions de la compagnie maritime Grandi Navi Veloci.

En Novembre 2011, a acquis 51% des  compagnies Bluvacanze et Cisalpine Tour.

Gianluigi Aponte, amis des puissants et des hommes politiques influents, et sous le feu de l’actualité : le MSC Flaminia, un porte-conteneurs de 299 mètres de long, victime le 14 juillet d’un incendie puis d’une explosion – suivie d’une seconde quatre jours plus tard – qui ont ravagé une bonne partie de la cargaison entreposée au milieu du pont du navire.

Le bâtiment, qui bat pavillon allemand, était parti du port américain de Charleston (Caroline du Sud) et faisait route, au sud-ouest de la Manche, vers Anvers, lorsque des flammes sont apparues sur le panneau de chargement numéro 4. Deux marins ont péri, trois autres ont été blessés et l’équipage a dû être évacué. Que contient exactement la cargaison ? C’est là où le bât blesse. Comment savoir ce que contiennent précisément les 2 876 boîtes transportées, soit l’équivalent de 1 400 semi-remorques ? Interrogé par Le Monde, l’armateur Reederei NSB explique être « dans l’incapacité de donner une telle information » et renvoie vers l’affréteur du navire – la compagnie MSC -, qui n’en dit guère davantage. Selon plusieurs sources, des conteneurs abriteraient notamment des phytosanitaires, des produits chimiques inflammables, des produits chimiques explosifs et du gaz qui sert à gonfler les airbags, très irritant pour les yeux. Sans oublier le reliquat de carburant, évalué entre 250 et 1 000 tonnes, car il est difficile de savoir ce qui a brûlé.

Comment faire confiance, dans le transport de personnes à une compagnie qui, dans une situation d’une extrême dangerosité, refuse de coopérer ? La seule façon de la MCS Corporation à été de dépêcher des remorqueurs très puissant pour ramener le bateau dans un port complaisant où il sera à l’abri de regards trop inquisiteurs.

Gianluigi Aponte est l’un des quatre milliardaires responsable de la destruction de Venise et sa lagune à cause du passage de ses monstrueux navires dans la lagune de Venise, et, trop près des monuments, dans le canal de la Giudecca et le bassino de San Marco, navires qui à chaque passage accentuent de désastre écologique qui fera de Venise et sa lagune un espace hostile à toute vie d’ici une dizaine d’année seulement. 

Acqua alta, Neige et Bora à Venise pour la Semaine Sainte

Neige sur Venise le 26 mars 2013

Des vents violents et chauds venus du sud au dessus de l’Adriatique qui se heurtent à la Bora, glaciale sur le nord de l’Italie, voilà ce qui provoque la dépression cyclonique, nommée Thor actuellement au dessus de tout le nord de l’Italie, de l’Emilie Romagne, à l’ouest, le Piemont au nord et qui touche toute la Vénétie.

image2

Il a neigé le 25 mars, et la neige pourrait refaire son apparition pendant le week-end pascal. Hier soir, c’est une acqua alta de 110 centimètres à 23 heures qui a tenu les vénitiens en éveil.

Neige sur Venise le 25 mars 2013

Voir l’article « La nevicata a  Venezia e Mestre, treni in ritardo per il gelo » et les photos de « Ciclone Thor, nevica a Venezia« dans le journal La Nuova di Venezia.

Ciclone Thor, nevica a Venezia -

Acqua Alta : innondations d’exception et à répétition à Venise en novembre.

Depuis quelques jours, les vénitiens n’en finissent pas avec des innondations à répétition, des crues d’importance, même si elles n’atteignent, heureusement pas les niveaux exceptionnels connus en 1966 par exemple.

C’est un feuilleton quasi quotidien, qui a débuté à la fin du mois d’octobre, avec deux crues spectaculaires, le 1er novembre, et une autre, qui n’avait pas été prévue par les météorologue, le dimanche 11 novembre.

Cela nous a fait penser à la crue exceptionnelle du 2 novembre 1902 qui était le première de ce siècle sur une piazza sans campanile, il s’était effondré dans le courant de l’été.

Les membres du forum Venezia, ont suivi et partagé en quasi direct ces informations dans un sujet « Acqua Alta! » visible des seuls abonnés au forum.

Même si les vénitiens sont habitués, et, le plus souvent, vivent ces innondations avec un certains fatalisme, ce sont les premières victimes de l’incurie romaine. Le MOSE, censé protéger la lagune, promis depuis 1966 qui aurait dû être en service depuis plusieurs années n’est toujours pas terminé. L’argent des travaux à disparu, et personne ne s’en émeut.

Pendant ce temps là, les vénitiens baignent :

Les témoignages des vénitiens sont nombreux, sur Internet (nous en recevons également par e-mail), et les images sur les blogs sont toujours spectaculaires. Ce n’est pas faire du voyeurisme que d’aller voir ces témoignages denotre part, c’est aussi une manière d’affirmer que vous êtes solidaires du malheurs des vénitiens :

Sur Alloggi Barbaria le blog : Acqua Alta a Venezia: 11 Novembre 2012

Les vidéos sur le site de la Nuova di Venezia :

Il silenzio di San Marco
Le Zattere senza più confine
In Bacino le onde e la nave (les images du fameux navire de la Costa que nous vous avons montré dimanche)

Sur e-Venise, le site de Luca et Daniela, nos voisins vénitiens, les photos et les vidéos spectaculaires.

Sur le site du Coyotte (Claudio Boaretto, qui habite au Lido di Venezia) : Mer Houleuse et Acqua Alta au Lido

Photos et vidéos également sur le site de Venezia Today

Bien entendu, comme à chaque fois, l’Acqua Alta à été l’occasion pour certains de se donner en spectacle :

Voir le reportage complet sur ces baigneurs…

Enfin, notre ami le bancarello (vendeur de souvenir sur la Piazza – le bancarelle) Stefano Sofiato a posté trois vidéos que nous partageons avec vous :

.
.

Liberate Venezia !

Vedo che vige la censura in questo Canale Grande… bel modo di esprimere la libertà… si quella vostra !

Un Popolo censurato, oppresso, cancellato dall’occupazione italica.

Un Popolo con millenni di storia… tutto il resto è ignoranza pura !
Un peuple avec une histoire millénaire … tout le reste est pure ignorance !

De nos jours, s’il faut libérer Venise, c’est du poids imposé par le tourisme de masse (mais comment faire autrement ?), de la pollution industrielle d’une des régions les plus riche d’Italie, de la destruction de Venise par les maxi navires de croisière (il suffirait pour cela de savoir convaincre les quatre personnes, dans le monde, coupables de ce crime : Micky Arison, Johannes Zurnieden, Gianluigi Aponte et Nicholas J. Pritzker) des mafias chinoises qui phagocytent tous les commerces lucratifs de la ville, de la Camora, enfin qui a fait main basse sur les installations hyper polluées de Marghera…

Oui, aujourd’hui, il faudrait libérer Venise du tourisme industriel qui menace sa ruine.

Revoir nos articles sur les maxi navires de croisières :

Previous Older Entries

Tous les articles des derniers mois…