Carnaval de Venise 2015

Comme vous avez peut-être pu le ressentir, personne n’est capable, pour le moment de vous donner des nouvelles, ne serait-ce que le thème, du Carnaval de Venise 2015.

La raison à cela, c’est que la plus grande incertitude règne sur l’avenir même du Carnaval, dont beaucoup de vénitiens ne souhaitent plus entendre parler.

La démission de Giorgio Orsoni de son mandat de maire de Venise après le scandale des pots de vins qui auraient servis à financer sa campagne électorale, qui lui avaient valu d’être arrêté dans le cadre de l’enquête sur la corruption autour du projet Mose a plongé la ville de la lagune dans l’incertitude totale.

Un Commissaire Spécial à été nommé par le Président Napolitano. Le commissario straordinario de la Comune di Venezia, Vittorio Zappalorto doit jongler avec un Conseil Municipal réduit à la portion congrue de celles et ceux qui sont passé entre les mailles du filet, et la nécessité d’assainir les finances de la ville de Venise tout comme le gouvernement démocrate de Matteo Renzi doit assainir celles de l’Italie. Vittorio Zappalorto cumule à lui seul les pouvoirs du Maire (Sindaco), des Adjoints Municipaux (Giunta Municipale) et du Conseil Communal (Consiglio Comunale).

Or, le Carnaval, désormais géré par une société privée, Venice Events, coûte très cher à la ville de Venise, mais ne rapporte pratiquement rien à la commune pas plus qu’à l’État Italien. Tout l’argent généré par le Carnaval de Venise profite à des intérêts privés, qui, le plus souvent pratiquent ce que l’on nomme désormais, avec pudibonderie, l’optimisation fiscale.

De plus, cet été, nous avons eu à déplorer de nombreux touristes dormant dans les lieux publics, urinant n’importe où et transformant la piazza San Marco et l’entrée des lieux de cultes en aires de pique-nique. L’accumulation de ces incivilités a fait émerger de nouveau l’idée du numerus closus pour restreindre l’accès des « touristes d’un jour » dans la cité lagunaire. Et parmi les événements festifs qui cristallisent les tension auprès des résidents de la ville lagunaire, le Carnaval figure en première place. Sa disparition serait donc ici, vécue plus comme une bonne chose que comme une grande perte.

Pour le moment, aucune décision n’a encore été prise.

Nous ne savons pas si, comme convenu, le Carnaval de Venise 2015 aura bien lieu …

arrivederci_fra

… ou, si, pour des raison financières, pour plaire à l’Union Européenne de madame Angela Merkell, il sera purement et définitivement annulé.

Carnaval de Venise

En 1004 le carnaval était déjà mentionné dans une charte du doge Vital Faliero de Doni, et en 1269 le Sénat prescrivait qu’on eût à considérer la veille du Carême comme un jour de fête (Mardi Gras).

Carnaval

On pouvait alors porter le masque, grâce auquel on retrouvera plus tard une ombre de l’égalité perdue au cours du temps, quand, sous des vêtements d’emprunt, les nobles fraternisaient encore avec le peuple.

Quant à celles jugées moins séduisantes, elles recevaient des œufs … pourris. En 1268, un décret interdit aux hommes masqués de s’adonner à ce jeu.

Au XVI siècle , contrôlé par les autorités, le carnaval officialisa certaines coutumes, comme le port du masque, les divertissements sur les petites places.

Beaucoup de jeux particulièrement cruels, et heureusement disparus, se déroulaient alors au détriment d’animaux.

– On s’adonnait au jeu de l’oie.

Pendue au-dessus d’un canal gelé, une oie devait être décrochée, quel qu’en soit la manière.

– Le jeu du chat

On attachait un chat vivant à un poteau vertical et le jeu consistait à se précipiter, la tête la première contre le pauvre chat, pour l’écraser.

– Les courses de taureaux.

On lâchait des taureaux dans des lieux clos, où les chiens venaient les mordre.

– Ou encore, le jeu des échasses

Des personnages masqués, juchés sur des échasses, arpentaient à toute vitesse les ruelles et traversaient les canaux.

Pas besoin d’un service d’ordre, ou de forces de sécurité : tout ce grand mouvement passait, et s’écoulait paisible et joyeux à travers les calli, comme une véritable fête de famille.

Le carnaval de Venise par François Flameng

Pour éviter le ressentiment populaire, une loi interdisait aux riches vénitiennes de porter leurs bijoux en public, sauf pendant les fêtes officielles et durant les derniers jours du carnaval ! Le carnaval leur permettait enfin de satisfaire toutes leurs coquetteries.

Au milieu de la multitude animée, mobile, joyeuse, parmi la lueur des torches et le bruit des trompettes, circulaient des masques aux mille déguisements étincelants d’or et de pierreries, et des matrones aux robes précieuses dont la queue immense était soutenue par des servantes.

Au milieu de cette fermentation le peuple était plutôt bon et pacifique.

Inspiré par la Commedia dell’arte, on retrouve les célèbres Arlequin et Pantalon, Polichinelle, Brighella, Colombine, Scaramouche et tant d’autres se rencontraient, s’apostrophaient et faisaient leur comédie sur la place

Le déguisement traditionnel est la « bauta » (un masque blanc, prononcez la Baouta,) comprenant le « tabarro » (une longue cape noire, la « larva » et le tricorne, ou encore le masque d’Arlequin (son habit est coloré à losanges : au XVIe siècle, loin d’être élégant, l’habit était simplement rapiécé pour figurer les haillons d’un mendiant).

La « moretta » est un masque porté par les femmes, ovale, de velours noir complété de voilette et avec un petit chapeau à larges bords. Le « domino »  un manteau long, avec une capuche qui couvre le visage.

carnaval de Venise

 

***

Carnaval


(…)Venise pour le bal s’habille.
De paillettes tout étoilé,
Scintille, fourmille et babille
Le carnaval bariolé.

Arlequin, nègre par son masque,
Serpent par ses mille couleurs,
Rosse d’une note fantasque
Cassandre son souffre-douleurs.

Battant de l’aile avec sa manche,
Comme un pingouin sur un écueil,
Le blanc Pierrot, par une blanche,
Passe la tête et cligne l’œil.

Le Docteur bolonais rabâche
Avec la basse aux sons traînés ;
Polichinelle, qui se fâche,
Se trouve une croche pour nez.

Heurtant Trivelin qui se mouche
Avec un trille extravagant,
À Colombine Scaramouche
Rend son éventail ou son gant.

Sur une cadence se glisse
Un domino, ne laissant voir
Qu’un malin regard en coulisse
Aux paupières de satin noir.

Ah ! fine barbe de dentelle,
Que fait voler un souffle pur,
Cet arpège m’a dit : « C’est elle ! »
Malgré tes réseaux, j’en suis sûr,

Et j’ai reconnu, rose et fraîche,
Sous l’affreux profil de carton,
Sa lèvre au fin duvet de pêche
Et la mouche de son menton.(…)

Théophile Gautier   

Émaux et Camées  Variations sur le Carnaval de Venise

Carnaval de Venise

Reportage sur les six jours du carnaval de Venise…

… celui de la renaissance, en 1980 !

Groupe de mimes faisant le spectacle dans les rues puis sur la place San Marco, défilé des fanfares du carnaval en costumes d’époque, danses folkloriques sur podium dressé au milieu de la place, toro de fuego, gens déguisés dansant dans les rues, gondoles sur le grand canal, coucher ou lever de soleil sur la lagune.

Telle est la présentation du reportage de Claude Brovelli qui était passé sur TF1, le mardi 19 février 1980, pendant le journal de 13 Heures, présenté par Yves Mourousi.

Le carnaval de Venise a complètement disparu pendant le XXème siècle, de la période fasciste jusqu’en 1980.

Complètement disparu?

Non. Pas tout à fait. Il a subsisté dans la mémoire collective, et plus particulièrement dans la mémoire des Vénitiens. Il a repris vie à l’occasion de la mise en place d’une biennale de théâtre, au début des années 1980. Cette biennale se déroulait à l’intérieur, et voulait se calquer sur la biennale du festival d’art moderne, internationalement connu. À ce moment-là, des petits groupes d’amateurs, et de commedia dell’arte ont profité de l’occasion pour sortir et faire du théâtre de rue. Ce fut l’étincelle et en quelques années, il y a eu une flambée d’enthousiasme chez les Vénitiens. La résurrection du carnaval de Venise a été spontanée, ce n’est pas du tout une fabrication de l’office du tourisme.

Mais, en dépit des apparences communes, que de différences entre le carnaval du XVIème dispositif-clé dans une vie institutionnelle vénitienne alors à l’équilibre, le carnaval démesuré de six mois de la fin du XVIIIème qui tente de conjurer l’angoisse du déclin et le projet d’abord touristique et culturel d’aujourd’hui !

Mais ne boudons pas notre plaisir. C’est un prodige de plus de la Miraculissime que d’avoir pu réveiller son carnaval en 1980.

Et faisons amende honorable. Si le carnaval est maintenant dissocié des libertés politiques de Venise, c’est que Bonaparte, en 1797, a aboli la Sérénissime. Il a brûlé les ornements du Bucentaure, la magnifique galère-emblème du doge, récupéré l’or et transformé la coque en canonnière. A ce propos, un convoi exceptionnel porteur de bois de grume est parti ce printemps de Dordogne pour rejoindre l’Arsenal de Venise où va commencer la reconstruction de ce bateau légendaire. Juste retour des choses comme des femmes et des hommes à Venise en cette période.

Demain, vous serez-là ?

Carnaval de Venise 2014

Le Carnaval de Venise 2014 commence demain pour les touristes venus du monde entier !

Déjà, cette semaine, pourtant très calme, on a vu, de-ci, de-là, dans les rues, des groupes de vénitiens en costumes, qui vont ou qui reviennent des répétitions et des derniers filages.

Pour ce Carnaval de Venise 2014, nous allons vous proposer deux rendez-vous spécifiques quotidiens pour vous parler de l’actualité du Carnaval de Venise 2014. Que nos lecteurs inconditionnels amateurs de nos articles sur l’histoire méconnue de Venise ne se lamentent pas !

A minuit tous les jours, et ce pendant les dix jours que va durer la Carnaval de Venise, nous vous conterons l’histoire de cet évènement inséparable de la vie vénitienne, depuis ses origines médiévales, dès demain, pour terminer, le 4 mars sur une étude sur le Carnaval du XXIème siècle.

Le premier rendez-vous d’actualité, sera ici, sur le blog, chaque matin à deux heures précises (2:00 heures), nous ferons un rappel du programme de la journée et des évènements que vous pourrez noter sur votre carnet de carnavalier.  A ne pas manquer pour avoir les dernier rendez-vous, les fêtes improvisées et les derniers secrets de Venise.

Chaque matin, nous vous donnerons entres autres choses : la météo détaillée de la journée, les horaires et coefficients de marées ainsi que les risques d’acqua alta, les informations utiles, nécessaire ou indispensables pour passer une belle et bonne journée au Carnaval de Venise 2014.

Le second rendez-vous de la journée sera sur notre page Facebook Olia & Klod venexiani en fin de journée, vers 20:00 heures ou 21:00 heures, pour la mise en ligne des photos et potins du jour.

Et puis, pendant tout le Carnaval de Venise, nous vous conseillons de rester attentifs à notre compte Twitter, @Olia_i_Klod… car c’est par ce canal que nous vous communiquerons nos informations exclusives, parfois en direct, et les premières photos de certains évènements.

Ce soir, à 19:30 heures, dans le cadre du projet Un clown sur le divan, vous pourrez assister à la conférence spectacle « La maschera più piccola del mondo: Il naso rosso » qui sera proposée au Teatro della Murata, via G. Bruno à Mestre (entrée libre).

Ce sera l’occasion de découvrir avec Ted Keijser, le travail sur le clown, le montage des numéros, la construction d’une histoire, le rythme, la musique, les objets, et par dessus tout, de parler de lui, le clown, qui n’est pas un personnage récité, mais bel et bien un être humain extraordinaire.

Conferenza spettacolo "La maschera più piccola del mondo: Il naso rosso"

Programme du Vendredi 21 février

15:00 – 19:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, campo San Polo
15:00 – 19:00 h Patinage sur glace – tous les jours du 7 décembre au 4 mars, piazza Ferretto, Mestre
11:30 h Déjeuner avec le comte et la comtesse, palazzo Tiepolo Passi (150,00 €uros)
18:00 h Chanteurs d’opéra, palazzo delle Prigioni (28,00 €uros)
18:00 h Soul Riot, hip hop party au F30 restaurant pizza, Gare S. Lucia
19:00 h La Traviata, dirigée par Diego Matheuz au Teatro La Fenice
19:00 h Venezia Tout simplement le meilleur spectacle en ville au Teatro San Gallo (51,00 €uros)
19:00 Bongusto Carnival puis University House DJ, campo Santa Margerita (org. Venetiae Alumni – Wahwahclub – Marciano e Pier Dickens Inn)
19:30 h Conférence spectacle La maschera più piccola del mondo: Il naso rosso, au Teatro della Murata (Mestre)
20:30 h Interpreti Veneziani: Concerts Musique Classique à Venise, église San Vidal (26,00 €uros)
20:30 h Carnival Grand Ball, palazzo Tiepolo Passi (490,00 €uros)
20:30 h Musica a Palazzo : Rigoletto, palazzo Barbarigo-Minotto (64,00 €uros)
20:30 h Il discorso del re, Teatro Goldoni
21:00 h Venzia e il Carnevale, par Venezia Rivelata, au Telecom Italia Future Centre
21:00 h Collegium Ducale : Vivaldi & Baroque, palazzo delle Prigioni (28,00 €uros)

Chaque matin, nous vous proposerons, durant toute la durée du Carnaval, les prévisions météo de la journée. depuis quelques semaines nous avons observé plusieurs sites, et choisi les plus fiables. En ce moment, les prévisions changent assez vite, aussi nous n’établirons nos propres prévisions qu’au dernier moment, pour vous fournir les informations les plus proches de la réalité.

La météo à Venise, du 21 février 2014 :

Temps incertain aujourd’hui… découvrez la météo de Venise en détail :

Meteo Venise 21 02 2014

Les marées à Venise pour le 21 février 2014 :

ICPeSM

Rien de particulier à signaler sinon une eau particulièrement basse qui laissera visible certaines parties des bâtiments et certains canaux souterrains habituellement cachés.

21/02/2014      02:05 h    marée haute : 75 cm
21/02/2014      09:00 h    marée basse : 20 cm
21/02/2014      14:45 h    marée haute : 45 cm
21/02/2014      19:50 h    marée basse : 25 cm

Rappel :

Code Rouge marée haute exceptionnelle> = 140
Code Orange marée très forte 110 ÷ 139
Code Jaune marée forte 80 ÷ 109
Code Vert marée normale -50 ÷ +79
Code Noir marée en dessous de la normale -90 ÷ -51
Code Bleu marée basse exceptionnelle <-90

.

Il Gran Teatro di Venezia sur la Piazza San Marco

Vers 1717, Andrea Zucchi offrait à la postérité un ouvrage remarquable orné de 57 gravures en pleine page qui nous montrent la vie vénitienne du XVIIIème siècle.

Andrea Zucchi (Venezia, 1679 - Dresdà, 1740) : Raccolta di tavole per Il gran teatro di Venezia.

Cet ouvrage, dont le titre est Il gran teatro di Venezia ovvero raccolta delle principali vedute e pitture (Le Grand Théâtre de Venise ou la collecte des vues principales, édité par Domenico Lovisa au Rialto) est principalement l’œuvre de ce graveur,  mais également de Carlo Zucchi, Vasconi, Rossetti sur des dessins de Carlevaris, Tiepolo, Manaigo, Valeriani, Zucchero…

Andrea Zucchi (Venezia, 1679 - Dresdà, 1740) : Raccolta di tavole per Il gran teatro di Venezia.

Ci dessous, nous pouvons voir la piazza San Marco, envahie par les masques et la foule le dernier jour de Carnaval, au début du XVIIIème siècle, alors que cette fête traditionnelle était à son apogée.

Andrea Zucchi (Venezia, 1679 - Dresdà, 1740) : Raccolta di tavole per Il gran teatro di Venezia.

On constate sur cette gravure que le Carnaval historique de Venise ne souffrait d’aucune construction hideuse sur la piazza elle même. Le Gran Teatro était la vie à Venise à cette époque, et les constructions éphémères prévues pour le Carnaval étaient construites uniquement sur la piazzetta, lieu de toutes les festivités vénitiennes…

Avec la marchandisation du Carnaval et sa privatisation au profit d’intérêts particuliers, la piazza est devenu un espace qui n’est plus dédié à la fête populaire… ce qui est d’autant plus dommage que cette année, visiblement, les soirées se feront à l’Arsenale, et que cette grande structure tant décriée, tant par les vénitiens que par les touristes ne servira plus à grand chose d’avouable.

Gran Teatro di Piazza San Marco

Tous les articles des derniers mois…