Viale IV Novembre

Avec ses maison du XIXème siècle, ses rues larges, son parc ombragé en été, et sa lumière en hivers, Sant’ Elena jouit d’un statut particulier dans Venise. Y habiter est même très apprécié par les vrais vénitiens, et on y rencontre peu de touristes…

Viale IV novembre - Venezia

Nous vous emmenons aujourd’hui à une adresse très précise à Sant’ Elena, viale IV novembre, au numéro civique 91.

Viale IV novembre - Venezia

Nous avions visité un de ces appartements dans cette maison. Celui avec avec la terrasse supérieure qui était alors proposé à la location, il y a quelques années… c’est un bel appartement dans une belle maison, de grande taille, mais avec très peu de pièces immenses souvent liées les unes aux autres et une seule salle de bain… un appartement comme on en retrouve dans beaucoup d’immeubles haussmanniens.  Ce qui fait tout le charme et le prix de l’appartement, c’est cette belle terrasse et la vue magnifique sur la lagune sud et le Lido di Venezia.

Viale IV novembre - Venezia

Ces dernières année, l’immeuble a fait l’objet de travaux importants, rénovation des toits, divers travaux de consolidation et ravalement des façades. C’est une entreprise du Lido, Berto Costruzioni SAS de Berto Geom. Adriano & C. qui a réalisé ces travaux sous le regard vigilant de l’architecte Marco Panfilo. Désormais, la maison a retrouvé une nouvelle jeunesse.

Viale IV novembre - Venezia

Dans la boutique au rez de chaussée, donnant sur le parc de Sant’ Elena, il y avait autrefois une blanchisserie tenue par Vittorio Varutto et sa femme, Lia. Après la disparition de Vittorio, leur fils avait également travaillé dans la boutique.

Pendant la guerre, près de là, il y avait la Scuola del Ragazzo, une sorte de camp d’été réservé aux enfants de familles pauvres. C’est notre ami Enzo Pedrocco qui nous en a parlé, car, comme beaucoup de petits santelenini (enfants de Sant’ Elena), il a fréquenté ce lieu.

Viale IV novembre - Venezia

Maria Pezzè Pascolato

Maria Pezzè Pascolato est née à Venise le 15 avril 1869 dans une famille bourgeoise aisée. Elle est diplômée à Padoue en Philosophie et Lettres, et elle s’intéresse aux problèmes de l’éducation et de la diffusion des langues étrangères. Elle est à l’origine de la publication de nombreux articles, traductions, essais et nouvelles.

Maria Pezzè Pascolato

Entre 1892 et 1896 elle dirige un cours de langues étrangères, gratuit pour les femmes, à Poppi dans le Casentino , où elle s’intéresse également à l’ethnographie.

De retour à Venise, elle traduit de l’anglais John Ruskin, Thomas Carlyle, Henry David Thoreau… elle fonde le Circolo filologico, est membre de l’Ateneo Veneto et professeur d’italien à la Ca’ Foscari. Elle écrit la première traduction italienne des contes de fées de Hans Christian Andersen, ce qui lui a valu les éloges de la Carducci. Elle est également l’auteur de romans pour adolescents et poète en dialecte vénitien

Son activité est alors intense dans le domaine social et celui de l’éducation : la Ville lui confie la gestion et l’inspection des écoles.

En 1904, elle devient inspecteur général honoraire des jardins d’enfants vénitiens (les asili infantili veneziani sont les orphelinats), en 1910, elle crée, avec Max Ravà, la mutualità scolastica veneziana.

Maria Pezzè Pascolato au bureau, à Gênes avec les Vénitiens déplacées.

Maria Pezzè Pascolato au bureau, à Gênes avec les Vénitiens déplacées.

Elle adhère au fascisme, et, interventionniste convaincue à l’époque de la grande guerre, elle a contribué à la brochure de propagande de guerre Piccole storie e grandi ragioni della nostra guerra. Elle est devenue une figure de proue du régime de Mussolini pour les activités sociales et éducatives. Elle est nommée première déléguée de l’Opera Nazionale Maternità Infanzia.

Elle crée alors les camps d’été pour les enfants, et la Casa del Ragazzo à S. Elena (1927).

En 1926, elle créa, la première d’Italie, la bibliothèque spécialisée pour les enfants : la Biblioteca dei Ragazzi, installée dans le Palazzo Reale. Cette bibliothèque est prévue non seulement pour la consultation et les prêts, mais elles est aussi équipée d’une salle de lecture. Les 2000 ouvrages sont classés dans quatre répertoire, par auteur, selon âge auquel le livre est adapté, par titres, et par thème. il y a aussi une Piccola Posta, une boite dans laquelle les enfants peuvent émettre leurs desiderata. La bibliothèque survivra quelques années à la mort de Maria Pezzè Pascolato, mais elle cessera toute activité après la guerre.

Maria Pezzè Pascolato est décédée le 22 février 1933.

Elle a laissé comme oeuvres :

  • Pif Paf ossia due schiaffi ben dati, 1885
  • Quaranta novelle di Hans Christian Andersen, traduction du danois, 1903
  • Cose piane. Libro per giovinette, 1908
  • Lillori, romanzo per ragazzi, 1915
  • Piccole storie e grandi ragioni della nostra guerra, 1918
Maria Pezzè Pascolato dans une photo de groupe au Vendramin Corner. C'est la troisième à gauche au premier rang

Maria Pezzè Pascolato dans une photo de groupe au Vendramin Corner. C’est la troisième à gauche au premier rang

Sur cette autre photo, Maria Pezzè Pascolato est la deuxième à gauche

Sur cette autre photo, Maria Pezzè Pascolato est la deuxième à gauche

Tous les articles des derniers mois…