Olia et Klod sur Tg Reteveneta !

Nous sommes passé à la télévision à Venise hier soir !

(enfin… notre blog).

Nous en profitons pour rappeler que, si nous sommes ainsi au cœur de l’actualité, c’est simplement parce que nous sommes membres, actifs, de plusieurs comités citoyens à Venise, et que les photos et informations nous sont transmises par nos amis sur place.

C’est notre façon à nous d’être proches des habitants, de leur réalité quotidienne, et de leur montrer notre amical attachement.

Dans le journal ce matin, les responsables de la police municipale jurent qu’il ne s’agissait pas, hier de représailles, mais d’un contrôle « de routine »… le dernier contrôle de routine avait eu lieu il y a 10 ou 15 ans… du côté de la mairie, aucun commentaire, sauf cette menace : « la vengeance est un plat qui se mange froid« .

3_n

Au XIXème siècle, déjà, il y avait eu un gabbiotto au pied du campanile de San Marco sur la piazza. Nous l’avons retrouvé, en exclusivité pour nos lecteurs, voici la photo, de 1876 qui en apporte la preuve.

Gabioti au pied du campanile en  1876

Par contre, nous ne savons pas (encore) ce qu’était cette construction, ni combien de temps elle a réellement existé…

Gabbiotto, la contre-attaque des autorités

Moins de vingt-quatre heures après la victoire des citoyens de Venise sur les autorités municipales, et l’ordre du ministre du Patrimoine de faire disparaître le gabbiotto de la société Venice Marketing & Eventi de la piazza San Marco, la réponse de la junte au pouvoir à la mairie de Venise ne s’est pas faite attendre.

Ce matin, deux équipes de 5 policiers municipaux, en tenue bleu estivale, ont contrôlé un a un chaque bancarelle sur la piazzetta et la piazza.

Tout à été rigoureusement contrôlé : espace occupé, dimensions du stand, autorisations, prix et origine des marchandises.

Contrôles de police sur la piazzetta

Pendant ce temps, sur la Riva dei Schiavoni et vers l’Arsenale, les vu compra continuaient à faire la loi et menacer les collègues de ces courageux policiers qui menacent les travailleurs vénitiens, et protègent les étrangers en situation irrégulière qui font fructifier les affaires de la mafia, au détriment des touristes.

La mafia contrôle Venise

Le gabbiotto de San Marco sera démonté

La caisse qui dénature la piazza San Marco au pied du campanile sera démontée dans une semaine.

1_n

Les citoyens de Venise, et groupe Facebook “Via il gabbiotto dal Campanile di San Marco” ont gagné sa bataille, si l’on en croit l’article de la Nuova, après la visite du Ministre des Beni culturali Massimo Bray, qui, alerté par l’opinion publique est venu visiter San Marco.

La pétition en ligne a été signée par 13.537 personnes du monde entier.

« La Surintendance pour le patrimoine architectural et paysager de Venise, en accord avec la municipalité, a accédé à la demande du Ministre dei Beni e delle Attività culturali e del Turismo Massimo Bray, et a accepté le déménagement de la billetterie mobile situé sur la Piazza San Marco et qu’elle soit remplacée par une structure plus petite, plus discrètes, sous le Palais Ducal » a annoncé le ministère dans un communiqué de presse.

La nouvelle boîte sera déplacé à l’intérieur du portique du Palazzo Ducale, permettant une accessibilité maximale aux visiteurs et sera posée sur le trottoir jusqu’au 18 août. Plus petite de 70 %, elle sera complètement transparente et ne servira qu’à la vente des billets pour l’exposition Monet et pour La Fenice.

Aucun gadget et souvenirs ne pourra y être vendu.

_n

Le hamburger qui rote

OUI, c’est bien un article sur Venise que vous allez lire !

Vous pensiez qu’après les fontaines de vins (ou de sang) pendant le Carnaval de Venise, les monstres des mers qui envahissent la lagune et, tout dernièrement le gabbiotto au beau milieu du plus beau salon du monde… vous pensiez donc, comme nous, que Venise avait définitivement connu toutes les infamies possibles et imaginables.

Et bien NON !

Les têtes pensantes de la société Venice Marketing & Events ont trouvé qu’on peut pousser toujours plus loin le ridicule et exploiter toujours et encore les touristes, considérés comme de simple pigeons dont le seul intérêt est : le portefeuille.

Désormais, vous pouvez rapporter un nouveau Souvenir de Venise « Le hamburger qui rote ».

Souvenir de Venise 'Le hamburger qui rote'

Le hamburger qui rote est un des « souvenirs » mis en vente par Pietro Rosa Salva, avec la bénédiction des conseillers municipaux de Venise, dans la structure provisoire qui défigure le pied du campanile de San Marco enfin libéré des palissades après des années de travaux de consolidation de ses fondations.

« M. Maire de Venise et toute personne qui a des pouvoirs à cet effet, en tant que citoyens qui aiment la ville de Venise et respectueux de sa dignité et de son image mondiale, nous demandons  le retrait immédiat du kiosque «Venise Boutique Officielle», maintenant connu comme le «gabbiotto», qui a été récemment installé au pied du campanile de San Marco « . Il s’agit d’une partie du texte de la pétition publiée sur Internet et qui, en quelques jours, a recueilli plus de 13 000 signatures. Mais l’imagination de la lagune ne s’arrête pas là. La colère monte sur Internet, et un groupe est nés sur Facebook : « Via il Gabbiotto dal campanile » (Que disparaisse la cabine du clocher) qui compte déjà plus de sept mille membres.

Beaucoup de nos lecteurs on déjà signé la pétition : et vous ?

La hamburger qui rote

Le Gabbiotto du campanile fait des vagues

Giacomo Guardi

Certes, sur ce tableau de Giacomo Guardi nous pouvons voir une Venise vivante, avec un gabbiotto au pied du campanile, et c’est peut-être par nostalgie d’une époque et d’une ambiance qui fait aujourd’hui cruellement défaut que la surintendance de la commune de Venise a installé un container, affreux, pour y installer une billetterie annexe de l’exposition Manet et une baraque de vente de bibelots.

Seulement voilà, cette décision semblerait bien avoir été prise sans l’accord en toute connaissance de cause des conseillers municipaux (bien que nous ayons retrouvé une délibération en date du 19 avril – DG n° 163/203, a propos de la concession à la spa Venice Eventi & Marketing d’une structure provisoire pour la période du 23 avril au 10 septembre 2013), comme le montre le nombre important d’élus qui ont signé la pétition et qui ont écrit des questions officielles pour le prochain Conseil Municipal. Il semble que la délibération ait été votée « dans la volée » sans réellement une discussion et un débat contradictoire…

Demande de Lorenza Lavini

Cette décision inique rencontre une farouche opposition des vénitiens, soutenue par quelques touristes ou étrangers qui sont de véritables amateurs des beautés de la Sérénissime. Nous avons relayé cette indignation auprès de nos fidèles lectrices et lecteurs.  Si vous vous reconnaissez dans cette définition, n’hésitez donc plus à vous joindre aux déjà 12.788 signataires, à 11 heures ce matin, de la pétition en ligne, et même laisser un commentaire, même en français : Pour signer la pétition, c’est par là  : « No al GABBIOTTO in piazza S. Marco a Venezia« 

Article dans La Nuova di Venezia du lundi 20 mai 2013

Marco Agostini a répondu directement aux membres du groupe sur Facebook
Rispondo con un post:
Il c.d. « gabiotto » è stato regolarmente autorizzato sia dalla Soprintendenza che dalla Giunta Comunale.
Dal punto di vista estetico non spetta a me decidere, non ne ho la competenza. Personalmente ritengo che non sia ne più bello ne più brutto dei c.d. « banchetti » che operano quotidianamente sulla piazza.
Quando è stato deciso il campanile di San Marco era ancora interessato dai lavori e non era per niente certa la data di fine lavori (ricordo che i lavori hanno avuto un ritardo di circa due anni rispetto ai tempi programmati).
Il « gabiotto » è stato richiesto dalla Fondazione Musei per realizzare una biglietteria indipendente che concenta la visita alla mostra di Manet in modo indipendente rispetto alla visita a Palazzo Ducale.
Nel « gabiotto » si vendono anche i biglietti della stagione estiva del teatro la fenice e, quotidianamente, migliaia di biglietti per il servizio di trasporto pubblico di linea ACTV: cioè nel gabiotto si svolgono tutte funzioni che hanno natura di servizio pubblico compresa la vendita dei prodotti collegati alle mostre dei civici musei che per il codice dei beni culturali sono funzioni di natura museale.
Per questo ritengo che il « gabiotto » sia utile ed abbia una sua funzione pubblica.
Ho l’impressione che, all’inizio di questo dibattito, alcuni (e sottolineo solo alcuni) di coloro che hanno sollevato la questione non contestassero tanto il « gabiotto » in se ma l’autorizzazione data dalla Soprintendenza e ciò nel momento che si sta discutendo l’applicazione della c.d. « direttiva Ornaghi » su come può essere utilizzato il suolo pubblico nelle aree vincolate.
Oggi il dibattito è moltro più ampio e non spetta a me decidere se il « gabiotto » deve rimanere o meno per il tempo previsto ma è una decisione meramente politica.
Spero di essere stato sufficientemente chiaro

Marco Agostini

Soit, en résumé :
Le soi-disant « Gabiotto » a été dûment autorisé par la Surintendance, et par le Conseil Municipal.
Du point de vue esthétique n’est pas à moi de décider, je n’ai pas l’expertise. Personnellement, je pense que ce n’est ni plus beau ni laid que les « banchetti » qui travaillent quotidiennement sur ​​la place. [les banchetti, ou bancarelle sont les vendeurs ambulants agréés qui font désormais partie du paysage vénitien ; NDT]
Le « gabiotto » a été demandée par la Fondation des Musées pour vendre les billets pour l’exposition de Manet, indépendamment de la visite du Palazzo Ducale.
Dans le « gabiotto » seront également vendus des billets pour la saison estivale du théâtre Fenice, chaque jour, des milliers de billets pour les transports ACTV : dans ce gabiotto ont lieu toutes les fonctions qui sont de nature du service public, y compris la vente des produits dérivés des expositions des musées municipaux.
Je pense donc que le « gabiotto » est utile et a une fonction publique.
J’ai l’impression que, au début de ce débat, certains (et j’insiste sur le mot « certains ») qui ont soulevé la question n’était pas tant de contester le « gabiotto » lui-même, mais l’autorisation donnée par le surintendant qui semblait ne pas être en accord avec la directive Ornaghi sur l’utilisation des espaces publics dans les zones règlementées.
Aujourd’hui, le débat est beaucoup plus large et ce n’est pas à moi de décider si le «gabiotto » doit rester ou pas aussi longtemps que prévu, mais c’est une décision purement politique.

J’espère que j’ai été assez clair [fin de la traduction]

Il Gazzettino

Il va peut-être falloir demander son avis au pape François, puisqu’ils semble que monsieur Agostini prête une oreille attentive aux paroles pontificales ?

Les touristes qui veulent visiter l’exposition Manet: Ritrono a Venise ont de multiples possibilités pour acquérir les billets spécifiques : par Internet sur le site de réservation dont nous vous avions déjà donné les coordonnées dans nos précédents articles, on trouve également des billets à l’Office de Tourisme, et au Palais Ducal, où la caisse spéciale n’est pas prise d’assaut, bien au contraire.

Quand nous avons visité l’exposition, trouver les billets n’était pas un problème, sans avoir besoin d’un gabbiotto laid et inutile.

Quoi qu’il en soit, si le surintendant a donné à Pietro Rosa Salva, de Venice Marketing & Events, l’autorisation sans qu’il y ait eu une décision réellement votée en connaissance de cause par les conseillers municipaux, nous sommes, donc, avec cette affaire de Gabiotto, devant un des plus grands scandales municipaux depuis que Giorgio Orsoni à été élu.

Cela pourrait bien coûter au maire sa place, et si jamais il y a eu corruption, quelques démêlées des impétrants avec la justice italienne… peut-être… un jour…

Il Gabbiotto della Piazza San Marco, a venezia - photo Manuel Boggi Tiffi

Venise en mai… les pieds dans l’eau.

Celles et ceux qui sont venus à Venise, pour ce long week-end de Pentecôte, croyant fuir la grisaille, la pluie et le froid et profiter pleinement du spectacle offert par la trente-neuvième Volalonga ont découvert une cité lagunaire, elle aussi, complètement à contre saison.

Le maltempo évoqué dans La Nuova

Cette fête printanière est gratifiée d’un maltempo de Toussaint qui fait ressortir les imperméables, les pulls et… les bottes.

En effet, nous avons eu droit à une belle acqua alta, complètement hors période !

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Normalement, les acqua- alte, à Venise, peuvent survenir, en temps normal, de novembre à mars, mais, de mémoire de vénitien, une inondation en mai, personne ici ne s’en souvient.

Voilà donc des images qui, si nous en avons l’habitude, hélas, sont exceptionnelles car réalisées au mois de mai.

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Les touristes font la tête, on les comprends, d’autant plus que la circulation de certaines lignes de vaporetto à été réduite, et parfois même annulée. Il faut dire que nous avons essuyé une belle tempête dans le même temps…

Même le désormais célèbre gabbiotto du campanile de San Marco, dont nous vous avons parlé récemment, à été fermé, transformé en barque à la dérive au point qu’on l’a calé avec de gros blocs arrondis.

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Déjà plus de 8.500 personnes ont signé la pétition en ligne pour exiger qu’il soit retiré, et vous ?

Pour signer la pétition, c’est par là  : « No al GABBIOTTO in piazza S. Marco a Venezia« 

Rio Terra dei Pensieri, un arbre, malmené par la tempête est tombé sur l’étal d’un marchand de légumes du petit marché biologique, faisant deux blessés.

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Maltempo et acqua alta à Venise en mai 2013

Sur les plages, qui venaient juste d’ouvrir après les travaux de remise en état, comme chaque année au printemps, le coup de bafane a fait de gros dégâts et tout le travail qui était terminé est à recommencer.

La plage de Jesolo dévastée par la tempête en mai 2013

La plage de Jesolo dévastée par la tempête en mai 2013

La plage de Jesolo dévastée par la tempête en mai 2013

La plage de Jesolo dévastée par la tempête en mai 2013

La plage de Jesolo dévastée par la tempête en mai 2013

La plage de Jesolo dévastée par la tempête en mai 2013

Aujourd’hui, c’est sous un ciel plombé et dans la grisaille que la Volalonga 2013, la 39ème, est partie dès 9 heures ce matin, au coup de canon. Ce qui devait être une partie de plaisir partagé, au soleil, deviendrait presque une rude épreuve au travers des lagunes… s’il n’y avait l’amitié et cet esprit typiquement vénitien, fait de fatalisme et de volonté inébranlable.

Dans les années 70, quand la Volalonga à été créée, il s’agissait d’une manifestation pacifique contre la présence, jugée trop importante d’embarcations à moteurs.

De nos jours, c’est une manifestation sportive et écologique qui rassemble des rameurs venus du monde entier. «Depuis près de quarante ans», explique Antonio Rosa Salva, petit-fils du fondateur, « nous travaillons d’une manière désintéressée pour lancer au monde un message à la défense de Venise et de sa lagune. » .

Volalonga 2013

Voir également l’article de Fausto dans Alloggi Barbaria : Volalonga 2013

Volalonga 2013

Parcourir la lagune aujourd’hui reste un moment inoubliable qui mérite d’être vécu avec le spectacle cette année de 1700 bateaux et plus de 7000 rameurs.

Volalonga 2013

Volalonga 2013

Trente kilomètres de fatigue et de sueur, et l’arrivée par le Grand Canal, moment de grande émotion, sous les applaudissements des touristes qui vont mitrailler la fête de millier de photos, pour finir à la Pointe de la Douane où tous seront également récompensés, quelque soit le temps qu’ils ou elles auront mis. Tous, vénitiens, ou étrangers repartiront avec une médaille, un diplôme et un T-shirt.

Volalonga 2013

Volalonga2013_06

Volalonga 2013

C’est une belle fête, et ce n’est pas notre ami Renato qui nous contredira.

Volalonga 2013Merci à nos amis vénitiens
Renato, Stefano G. et Stefano S.
Photos Interpress

La Gabbiotte du Campanile

La semaine dernière nous aurions pu vous annoncer, avec une joie immense que, depuis la fin du mois d’avril, le campanile de la piazza San Marco, après des années de travaux, était enfin débarrassé de la palissade sombre qui le ceinturait.

Le campanile libéré pour la fête vénitienne du 25 avril

Mais entre-temps, les autorités vénitiennes, sous la pression des marchands du temple qui souhaitent toujours plus transformer Venise en VeniceLand ont eu une idée aussi sotte que saugrenue.

Pietro Rosa Salva, l’innefable patron de Venice Events, celui-là même qui a transformé le célèbre Carnaval de Venise en foire à faire de l’argent au détriment de la fête originelle, a demandé au maire de Venise, Giorgio Orsoni de commettre, avec sa bénédiction, un nouveau sacrilège.

Comme le maire de Venise ne peut rien refuser à ce vieux parrain et à son organisation (qui a beaucoup de relations et des amis hauts placés, comme tout le monde à Venise le sait), les vénitiens ont découvert, un sinistre matin, qu’une boite à touristes et gogos (ou à gogos-touristes) avait été placée au pied du Padron de Casa.

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

En plus, le raccordement électrique, provisoire, de cette caisse à touristes est une fabuleuse publicité pour les savoir faire des artisans qui travaillent pour la mairie de Venise et pour Venice Events. Si dans ces conditions ils n’y a aucun incendie qui se déclare on aura vraiment de la chance !

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Bien évidemment, cette initiative a plus que déplu, et la contestation initiée en fin de semaine dernière enfle au fil des jours. Rien que sur Facebook, en l’espace d’un week-end, 5 697 membres ont rejoint le groupe créé par Venessia : Via il GABBIOTTO dal Campanile

Nous invitons donc nos fidèles lectrices et lecteurs à se joindre aux vénitiens pour que cette caisse disparaisse, comme les vénitiens s’étaient joints à nos protestations pour faire disparaître les fontaines de vins de la piazzetta pendant le Carnaval (encore une idée lumineuse du même Pietro Rosa Salva qui n’en manque pas une).

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Les vénitiens crient à la provocation, et il est vrai que ce tas de ferraille, plastique et publicités au beau milieu du « Plus Beau Salon du Monde » fait tâche et est une injure de plus à la cité Patrimoine Mondial de l’Humanité.

Les quotidiens locaux relaient la colère des vénitiens.

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Depuis, chacun s’ingénie à réaliser des fakes avec ce gabbiotto (une vulgaire caisse), dessins humoristiques, photos détournées que vous pouvez découvrir ici !

Quand à Matteo Sechi, de Venessi, il propose même que l’on détruise le campanile de San Marco pour que la Gabbiotte de San Marco soit plus visible et rapporte encore plus d’argent aux criminels qui l’exploitent.

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Klod a été très inspiré par cette caisse posée au pied du Campanile de San Marco, et a contribué également :

Les touristes qui pensent que dans la gabbiotte ils vont trouver des toilettes publiques qui seraient bien plus utiles que ce machin, et qui forment une nouvelle queue (la quatrième) sur la piazza :

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Un rappel historique, autrefois on accrochait une cage à moitié hauteur du campanile, où on enfermait les délinquants sexuels ou les religieux criminels. Quand j’ai demandé « qui on pourrait bien enfermer dans la gabbiotte« , les vénitiens ont indiqué certains noms de célébrités locales, quand aux costumé-e-s français-es, eux, ils ont immédiatement indiqué une liste de « présidents d’associations » qui ne valent pas mieux.

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Enfin, une clin d’œil historique sur une spécialité vénitienne, les pissotte, ou anti-pipi, dont cette caisse pourrait bien être la version contemporaine.

Via il GABBIOTTO dal Campanile

Tous les articles des derniers mois…