L’Inconnu du grand canal

Qui est ce cadavre défiguré qui flottait dans le canal ?

Aucun élément d’identification possible, si ce n’est une chaussure, pas de signalement de disparition dans la région de Venise.

Le mystère semble bien épais pour le commissaire Brunetti. Mais, il en est sûr, ce visage ne lui est pas inconnu. C’est l’irremplaçable Mlle Elettra qui l’aide à retrouver la mémoire : l’homme avait été filmé lors des manifestations des agriculteurs, à l’automne. La piste est fragile, mais elle permet au commissaire Brunetti et à l’inspecteur Vianello de remonter jusqu’à un abattoir situé sur le continent, à Mestre, où règnent le chantage et la corruption.

Après s’être révolté contre les pratiques frauduleuses du milieu bancaire et indigné contre des actions irresponsables pour l’environnement, Brunetti se retrouve plongé dans les scandales de l’industrie de la viande et confronté à des questions éthiques, notamment sur le droit des animaux, qui l’ébranlent profondément. La ville que Brunetti aime tant ne sera désormais pour lui plus tout à fait la même…

L’Inconnu du grand canal (Beastly Things) de Donna Leon, publié en 2012 dans sa version originale en anglais, est le vingt-et-unième roman de la série mettant en scène le personnage du commissaire Guido Brunetti. Il n’a pas encore été adapté à l’écran dans le cadre de la série télévisée allemande.

  • Broché: 312 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (1 octobre 2014)
  • Collection : Suspense Crime
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2702155960
  • ISBN-13: 978-2702155967

L'inconnu du Grand Canal

 

Deux veuves pour un testament

C’est la livraison des enquêtes du commissaire Brunetti 2014 par Donna Leon.

Après avoir quitté son petit ami durant des vacances ratées, Anna Maria Giusti rentre chez elle. Afin de récupérer son courrier, elle pénètre dans l’appartement de Constanza Altavilla, sa voisine. Son corps est étendu sur le sol et sa tête baigne dans une flaque de sang.
Pour le légiste, cela ne fait aucun doute, la vieille dame a été terrassée par une crise cardiaque et, dans sa chute, sa tête a heurté le radiateur de sa chambre. Dépêché sur les lieux, le commissaire Brunetti ne trouve aucun élément pour contredire cette thèse. Pourtant, quelque chose d’autre est arrivé, il en est sûr, mais quoi ?
Le fils de la défunte semble étrangement soulagé que la police pense à une mort naturelle. Madre Rosa, la mère supérieure à la tête de la maison de retraite où Constanza Altavilla se rendait bénévolement, est elle aussi sur ses gardes.
Chaque personnage est multiple, tour à tour héros ou bandit, victime ou bourreau. Il n’y a pas d’évidences, pas de lignes droites dans ce roman, tout y est tortueux. Comme les ruelles vénitiennes que Brunetti arpente pour – peut-être – trouver la vérité.

Traduit de l’anglais par William Olivier Desmond

Sortie dans toutes les vraies librairies le 19 février prochain.

  • Broché: 288 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (19 février 2014)
  • Collection : Suspense Crime
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2702143741
  • ISBN-13: 978-2702143742
  • Dimensions du produit: 22 x 14 x 2 cm

Deux veuves pour un testament  Une enquête du commissaire Brunetti.

Revoir Brunetti

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

Comme chaque fin d’été, c’est le commissaire Montalbano qui prends le relais du commissaire Brunetti sur France 3 le dimanche soir…

Cet été vous étiez peut-être en vacances et vous avez loupé un ou plusieurs épisodes de la série ?

Vous habitez en dehors de la zone de réception de la télévision française et l’exclusivité imposée par France 3, y compris sur la publication de DVD vous frustre ?

Vous avez simplement envie de revoir un des épisodes…

… vous en avez rêvé ! Nous l’avons fait (enfin presque) !

Retrouvez, sur votre blog favoris, tous les épisodes, en version française, de la série Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise copiés et mis en ligne par Mnico69 d’un certain forum de venetovores où l’on n’est pas à une illégalité près…

Donna Leon

« Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise » est une série policière dédiée aux enquêtes d’un commissaire de police dans la célèbre cité italienne. Guido Brunetti, après des années de bons et loyaux services dans la police, accède au poste prestigieux de chef de la police judiciaire de Venise. Placé sous les ordre du commissaire divisionnaire Patta, il va rapidement devoir faire ses preuves en enquêtant sur une succession inquiétante de meurtres sordides.

Qu’il s’agisse d’un corps retrouvé au fond d’un canal ou du suicide un peu suspect d’un jeune cadet à l’Académie militaire, Brunetti peut heureusement compter sur l’aide de son fidèle adjoint, le sergent Vianello. La jolie Signorina Elettra, experte en police technique et scientifique, ne manque pas d’apporter son propre soutien dès que son assistance est requise.

Retrouvez et téléchargez tous les épisodes de Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise juste après la fin de leur passage estival à la télé.

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

.

La femme au masque de chair

Lors d’une soirée organisée par le beau-père de Brunetti, celui-ci fait la connaissance d’un couple, les Cataldo, qui veulent s’associer avec leur hôte.
Peu après, l’homme de confiance de Cataldo, Ranzato, est retrouvé assassiné : « un suspense bien distillé dans cette enquête sur la Mafia menée dans un cadre enchanteur »

.

Requiem pour une cité de verre

Giovanni de Cal est le directeur d’une prestigieuse verrerie située en Italie, sur la petite île de Murano, près de Venise. Il est retrouvé assassiné. La piste la plus évidente conduit immédiatement le commissaire Brunetti à soupçonner l’un des employés de Giovanni de Cal. En effet, ce salarié vouait une haine féroce à son patron – et ne s’en cachait pas. Mais, très vite, c’est la propre fille du défunt que le commissaire soupçonne. En effet, son enquête tend à prouver que son père était sur le point de la déshériter. Ne serait-ce pas là un mobile suffisant pour passer à l’acte et commettre l’irréparable ? Mais la jeune femme semble avoir de solides arguments et une conviction farouche à lui opposer…

.

Le cantique des innocents

Le capitaine Marvilli, membre des carabiniers, fait arrêter Gustavo Pedrolli, un pédiatre de renom. Il le soupçonne d’avoir assassiné une jeune Albanaise, mère de l’enfant qu’il a adopté. La victime voulait, semble-t-il, retrouver son enfant. Cependant, Brunetti n’est pas convaincu de la culpabilité de Pedrolli. Avec l’aide de Marvilli, il reprend l’enquête et tente de trouver de nouvelles pistes. Il n’obtient que peu de résultats, jusqu’à ce qu’il se penche sur une agence d’adoption aux agissements suspects. Le commissaire s’intéresse de près aux responsables de cette société et découvre de nouveaux indices…

.

Mortes eaux

L’explosion d’un bateau dans le port de Pellestrina cause la mort de deux pêcheurs de coquillages. Le commissaire Brunetti découvre bientôt qu’il ne s’agit pas d’un accident, mais bel et bien d’un meurtre. Devant le refus des habitants de coopérer avec la police, mademoiselle Elettra, la secrétaire de Brunetti, décide de mener sa petite enquête. Elle prétexte un séjour chez des proches pour opérer incognito et trouver des indices, tout en restant en contact avec son chef. C’est alors qu’un nouveau meurtre est commis : celui d’une femme au passé trouble, qui avait accepté de se confier à Brunetti. Le commissaire craint pour la sécurité de sa secrétaire…

.

Une question d’honneur

Alors qu’il est venu retrouver son épouse, Paola, à l’université où elle enseigne, Brunetti est accosté par une jeune étudiante, Claudia Leonardo. Elle voudrait réhabiliter la mémoire de son grand-père, jugé coupable d’un crime commis pendant la seconde guerre mondiale.
Quelques heures plus tard, Claudia est retrouvée poignardée chez elle. En menant son enquête, Brunetti découvre que cette affaire est liée à un trafic d’œuvres d’art.

.

Des amis haut placés

Rossi, un employé du cadastre, informe le commissaire Brunetti, stupéfait, que la maison qu’il occupe avec sa famille depuis plus de dix ans n’a jadis bénéficié d’aucun permis de construire. Peu après, alors que les deux hommes devaient se revoir, Brunetti apprend que Rossi est mort après avoir chuté d’un échafaudage. Le policier a peine à croire qu’il puisse s’agir d’un accident. Le directeur du cadastre, le suave Fabrizio dal Carlo, et son assistante n’imaginent pas un instant que leur défunt collègue ait été impliqué dans une affaire de corruption. En fouillant dans les archives de la ville et en faisant appel à ses contacts, Brunetti va mettre au jour un scandale à grande échelle…

.

Entre deux eaux

A Venise, en plein hiver, alors que la cité est envahie par les eaux de la lagune durant l’acqua alta. C’est là, dans une petite ruelle à l’écart, que l’archéologue américaine Brett Lynch est violemment agressée par deux individus. Son amie, la cantatrice Flavia Petrelli, informe le commissaire Brunetti qu’elle devait rencontrer Francesco Semenzato, directeur de l’un des musées de la ville. Le policier n’aura pas l’occasion d’interroger Semenzato, qui est retrouvé mort le même jour. Lorsqu’un autre meurtre est commis, Brunetti s’implique dans l’enquête. Il ne tarde pas à découvrir un trafic d’œuvre d’art, orchestré par un collectionneur : La Carpa…

.

Péchés mortels

Le commissaire Guido Brunetti apprend par soeur Maria Testa, une nonne travaillant dans la maison de retraite où réside sa mère, que l’établissement est le théâtre d’inquiétants décès. Cinq pensionnaires sont morts dernièrement dans des circonstances étranges, sans que cela inquiète la direction de l’établissement, pourtant mise au courant par Maria Testa. Le policier débute son enquête. C’est alors que la religieuse est à son tour victime d’un accident qui la plonge dans le coma. Brunetti ordonne qu’on la surveille en permanence pendant qu’il part à la recherche des responsables. Si l’argent ne semble pas motiver ces crimes, une organisation secrète pourrait en être à l’origine…

.

Mort à la Fenice

Le grand chef d’orchestre Helmut Wellauer est retrouvé mort dans sa loge lors d’une première à La Fenice de Venise. Le commissaire Brunetti soupçonne un empoisonnement au cyanure. En interrogeant toutes les personnes qu’il côtoyait, Brunetti découvre que Wellauer avait des ennemis : le ténor, la soprano, le baryton. Ils étaient humiliés et critiqués pour leur choix de vie par le maestro. Brunetti va également faire la connaissance de sa très jeune femme, Elisabeth, une personne très énigmatique…
Qui en voulait à Wellauer au point de le supprimer ? A qui profite le crime ?
C’est en fouillant le passé du maestro que le commissaire fera tomber les masques…

.

Le meilleur de nos fils

Belcredi, cadet de l’école militaire de San Martino, à Venise, découvre le corps du jeune Ernesto Moro, pendu dans la salle des douches. Brunetti, père d’un adolescent, est particulièrement affecté par ce décès. Aussi, il redouble d’attention lorsqu’on le charge de l’enquête. Le commandant Toscano, directeur de l’école, affirme qu’il s’agit d’un suicide alors que Brunetti n’écarte pas l’hypothèse d’un meurtre. Le politicien Fernando Moro, père du défunt, refuse tout commentaire. Il en va de même pour les camarades de la victime, qui gardent tous le silence. L’affaire prend une autre tournure lorsque les enquêteurs établissent un lien avec un trafic d’armes…

.

Mort en terre étrangère

Venise, le cadavre d’un inspecteur des services d’hygiène de l’armée américaine, Michael Foster, est repêché dans le canal. Brunetti est très intéressé par l’affaire, mais son supérieur hésite à la lui confier. Peu de temps après ce crime, un palais appartenant à un riche homme d’affaires milanais, Augusto Viscardis, est cambriolé. Brunetti est chargé de l’enquête et fait le lien entre le meurtre du militaire et le cambriolage. Il se rend à la base américaine de Vicenza, où il se heurte au mutisme des officiers. Lorsqu’un second meurtre est commis dans l’enceinte de la base, Brunetti arrive à la conclusion que quelque chose de grave se prépare…

.

La petite fille de ses rêves

Le Commissaire Brunetti vient de perdre sa mère. Pendant la cérémonie, il apprend qu’on a découvert le cadavre d’une jeune fille noyée dans le canal. Dans ses vêtements, cachés, on découvre des bijoux vraisemblablement volés. Fait étrange, nul n’a signalé sa disparition, ni celle des bijoux récupérés dans ses vêtements. Après enquête, on apprend qu’il s’agit d’une enfant, Arianna, appartenant à la communauté des gens du voyage. Elle aurait trébuché et serait tombée d’une terrasse, à moins qu’on ne l’ait poussé… Que cache donc cet accident ? Arianna était-elle seule lorsqu’elle s’introduisait dans les appartements ?
Tant que Brunetti n’aura pas résolu l’enquête, cette petite fille hantera ses nuits.

.

Dissimulation de preuves

Madame Battestini, une vieille dame avare et acariâtre, est assassinée. La police soupçonne sa femme de ménage roumaine, mais celle-ci meurt dans un tragique accident en tentant de fuir.
Le témoignage de la voisine incite Brunetti à reprendre l’enquête officieusement.
Brunetti rencontre la nièce, Graziella, qui va hériter de la fortune de sa tante. Mais une autre personne s’y intéresse, Madame Macetti, l’avocate et fondée de pouvoir de la défunte.
Entretemps, Gabriel Nicolescue, le fils de la supposée meurtrière, arrive à Venise afin de venger la mort de sa mère… C’est Patta, la première personne qui a dirigé l’enquête, qui fait les frais de sa colère…

.

De sang et d’ébène

Dans une rue commerçante de Venise, non loin du pont du Rialto, un vendeur africain ambulant est abattu. Personne ne parvient à comprendre exactement ce qui s’est passé et le tueur a pu prendre la fuite s’en être inquiété. C’est au commissaire Brunetti que l’affaire est confiée. Mais le limier comprend rapidement qu’il va avoir du fil à retordre. Comment déterminer le mobile de ce meurtre ? Brunetti essaye d’en savoir plus sur le défunt ainsi que sur ses fréquentations. Après avoir fouillé les affaires de la victime, le policier découvre des diamants bruts dissimulés dans du sel. Qui était réellement cet immigrant ? Pourquoi cherche-t-on à décourager le commissaire dans son enquête ?…

.

Nos amis russes ont encore plus de chance, puisqu’il qu’ils peuvent télécharger la totalité de la série, depuis les tout premiers épisodes.

Донна Леон. Расследование в Венеции

Комиссар Гвидо Брунетти ищет ключи к разгадкам преступлений в своем родном городе Венеции. Обаятельный, мягкий и при этом настойчивый следователь занимается делами, связанными с коррупцией и наркобизнесом, загадочными убийствами. Ему достаются самые сложные и деликатные дела, каждое расследование захватывает своей непредсказуемостью.

Оригинал:  Donna Leon
Жанры:  криминал
Страна:  Германия
Вышел:  2000
Режиссер:  Зиги Ротемунд, Christian von Castelberg
Роли:  Майкл Деген, Карл Фишер, Аннет Реннеберг, Патрик Димлинг, Laura Syniawa, Ели Джегги, Дитмар Мёссмер, Уве Кокиш, Джулия Джагер, Петер Фиц

A Venise avec Brunetti

Comme chaque fin d’été, c’est le commissaire Montalbano qui prends le relais du commissaire Brunetti sur France 3 dimanche soir…

Si vous avez, déjà, la nostalgie de notre célèbre commissaire, il vous est possible de retrouver les lieux qu’il fréquente lors de votre prochaine visite à Venise. Pour vous aider, ne comptez pas sur les vénitiens : aucun ne connait le « Commisario Brunetti », les livres et la série ne sont pas traduit en italien, car Donna Leon souhaite garder son anonymat, pour rester inconnue à Venise, des vénitiens dont elle caricature les mauvais penchants.

Guido et Paola Brunetti

Pour suivre la trace de Brunetti, vous avez deux solutions :

Venise sur les traces de Brunetti

Les lieux fréquentés par le héros des romans font l’objet d’un guide écrit par Toni Sepeda : Douze itinéraires à la découverte de Venise revisitée par Brunetti. Une énigme reste Venise pour ses multitudes de visiteurs.

Interloqué par les ruelles sinueuses, les ponts vacillants, les palazzos déserts, les venelles qui débouchent sur de petits canaux, le malheureux voyageur, déconcerté en outre par l’orthographe étrange des noms ( écrits en dialecte vénitien), se prend à rêver d’un guide autochtone, sympathique et fiable. Le commissaire Guido Brunetti, inventé par Donna Leon, est le compagnon de promenade idéal dans les labyrinthes de la Sérénissime. Car si les romans policiers dont il est le héros relèvent de la pure fiction pour ce qui est des intrigues, ils sont d’une précision rigoureuse en matière de décor et emmènent leurs lecteurs hors des sentiers battus.

Conçu autant pour les fans de Donna Leon que pour les simples touristes, le présent ouvrage propose douze itinéraires – d’une durée d’une à deux heures – au fil desquels le lecteur s’attachera aux pas d’un « natif » de Venise. On explorera ainsi divers sestiere (quartiers), comme la colonie des artistes du Dorsoduro ou les calli (rues) figés dans le temps du Canareggio, ou on suivra Brunetti du théâtre de La Fenice – point de départ des premières aventures du commissaire – au célèbre pont du Rialto, ou encore de sa maison à San Polo à la questure de Castello… Une carte ouvre chaque chapitre pour indiquer l’itinéraire ainsi que ses étapes numérotées – les adresses gourmandes de Brunetti, les lieux cités dans les enquêtes, ses bâtiments préférés. En compagnie du Vénitien Brunetti, tout devient compréhensible, plaisant… même l’idée de s’égarer dans celle qu’il nomme « la plus belle ville du monde ».

.
Prix: 17,00 €ur
ISBN no. 978-2-70214-077-2

Venise sur les traces de Brunetti

Pour retrouver les lieux de tournages de la série télévisée, il vous faudra un petit effort supplémentaire. La série est une production allemande, et le seul livre qui existe sur le sujet est également dans la langue de Goethe.

Auf den Spuren von Commissario Brunetti

Environs 150 lieux incontournables des livres et de la série, avec de nombreuses photos.

Auf den Spuren von Commissario Brunetti

Prix: 19,80 €ur
ISBN no. 978-3-86026-200-9

Auf den Spuren von Commissario Brunetti

Et pour retrouver les lieux dans Venise, vous pouvez aussi opter pour la carte illustrée, au format A3, pour un coût de 5,00 €uros…

Plan Brunettis Venezia

Retrouvez aussi dans notre blogs quelques lieux emblématiques des tournages de la série des Enquêtes du commissaire Brunetti, comme le cloître de San Francesco della Vigna, la terrasse des Brunetti, ou les jardin du palazzo Capello Malipiero Barnabo

Christel Peters

Christel Peters  est née le 15 Janvier 1916 à Swinoujscie (Swinemünde), en Poméranie (aujourd’hui une région de Pologne), et elle est décédée le 11 Juin 2009 à Brandenburg an der Havel, en Allemagne, à l’âge de 93 ans.

Dès sa plus tendre enfance, Christel Peters a joué au théâtre « Pommersche Operettentheater » dont elle rejoint la troupe à l’âge de 4 ans.

Plus tard, elle a voyagé dans toute l’Allemagne, avec son père et son frère qui avaient créé le « Trio Peters« .

Après la Seconde Guerre mondiale, elle a joué dans divers théâtres urbains de la RDA, dont  Guben, Güstrow, Anklam, Brandenburg et Meiningen. Puis elle a joué pour la télévision, et dans les dernières années, elle s’était rendue très populaire grâce à des spots pour la campagne publicitaire d’une chaîne de magasins d’électronique.

Christel Peters s’est mariée deux fois, d’abord avec l’acteur Eduard Thomalla, puis avec l’ancien directeur de théâtre, le Dr Albert Bussman, et a eu trois enfants.

Les français, et surtout nos lecteurs connaissent bien cette actrice allemande.

Christel Peters a effectivement joué le rôle d’Amelia B. Brunetti, la mère du célèbre commissaire vénitien, dans l’adaptation télévisée des romans de Donna Leon. Elle apparaît pour la première fois dans l’épisode 7 (de la série en Allemagne – ndlr).

Voici la liste des épisodes allemands auxquels elle a participé :

  • 2004: Donna Leon – Sanft entschlafen
  • 2005: Donna Leon – Beweise, dass es böse ist
  • 2006: Donna Leon – Endstation Venedig
  • 2007: Donna Leon – Die dunkle Stunde der Serenissima
  • 2007: Donna Leon – Blutige Steine

Dans le 17ème épisode, La petite fille de ses rêves, tourné en 2010, après son décès, les premières images montrent l’inhumation, dans le recinto I du cimetière de San Michele in Isola, de la mère de Brunetti. Sur la tombe, on découvre une photo de l’artiste. Cet épisode était dédié, par toute l’équipe du tournage à la mémoire de Christel Peters, qui avait incarné la mère de Brunetti.

Christel Peters dans le rôle d'Amelia B. Brunetti

Christel Peters dans le rôle d'Amelia B. Brunetti

Christel Peters dans le rôle d'Amelia B. Brunetti

A propos de la série, plusieurs de nos lectrices et lecteurs nous ont demandé où ont été tournées les séquences dans le beau jardin de la maison de retraite.

C’est dans Pêchés mortels que l’on voit le mieux ce beau jardin.

Le jardin de la maison de retraite d'Amelia Brunetti

Selon la série télévisée, la maison de retraite est en bordure du Grand Canal, bien entendu, juste en face du palazzo Loredan dell’Ambasciatore, et du palazzo Moro.  Quand vous passez sur le Grand Canal, vous pouvez voir ce beau jardin, coincé contre le palazzo Tecchio Mamoli. C’est au XIXème siècle que le haut mur qui cachait ce jardin à été remplacé par une balustrade.

Le jardin de la maison de retraite d'Amelia Brunetti

Le Palazzo Capello Malipiero Barnabo a été construit au XIème siècle dans le style byzantin par la famille Soranzo dont l’origine remonte à l’époque romaine. Puis il a eu de nombreux propriétaires ; ils ont tous successivement apporté des modifications au palais, qui garde la marque des différents styles. Il fut acquis par les Cappello au XVème siècle, puis passa aux Malipiero vers 1600 par mariage ; ces derniers firent une restauration importante en 1725 qui donna au palais son aspect actuel. En 1778, la famille Malipiero s’éteignit par manque de successeur et le palais passa de mains en mains, se dégradant au fur et à mesure jusqu’à son acquisition par la famille Barnabo qui lui redonna sa splendeur du XVIIIème siècle.

On peut désormais y louer des appartements (voir le site) et ainsi avoir accès au jardin en toute tranquillité.

Sur son excellent blog Venezziamente, Aldo a consacré à ce jardin au moins deux articles  : Le jardin du palazzo Malipiero et, La vera da pozzo du palazzo Malipiero.

Il a, hélas, été suivi par tous les barbares qui peuplent les forums des pseudo « amoureux de Venise », et ces venetophages y ont laissé un souvenir si impérissable, que l’accès au jardin est, désormais, strictement surveillé.

C’est dans ce jardin que Milla Jovovich avait réalisé sa performance pour la Biennale, l’exposition d’art étant, d’ailleurs un bon moment pour voir ce jardin en toute liberté. Cette année, le palazzo Malipiero accueille l’exposition de la Bosnie-Herzégovine (mais l’entrée se fait par le 3198 San Marco, dans des salles aveugles et entièrement refaites pour y accueillir des expositions).

La porte d’entrée directe, qui donne au 3076 San Marco, situé ramo Malipiero est quasiment toujours fermée. L’entrée, sous contrôle, ne se fait plus que par la salizzada Malipiero qui mène au campo San Samuele, au numéro civique 3200 San Marco.

Outre le jardin, utilisé pour les scènes de la maison de retraite, l’intérieur du palazzo Capello Malipiero Barnabo est également utilisé pour certaines scènes de la série.

alazzo Capello Malipiero Barnabo

Les DVD de Brunetti …

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

C’est une question que vous nous posez souvent : « Où trouver les épisodes du commissaire Brunetti en DVD? ».

Pour le moment, en français il n’existe rien, mis à part de copies illicites qui circulent sur des forums de pirates et de pseudo passionné-e-s de Venise. Le site de France 3 propose en replay chaque semaine les deux derniers épisodes.

Ensuite, tous les épisodes de la série sont proposés dans leur version originale, en langue allemande uniquement, non sous-titrée, dont les deux premiers épisodes (autres réalisateur, autres acteurs…)

France 3 ayant obtenu l’exclusivité en France s’oppose à la vente de DVD dans notre langue, ce qui prive tous les pays francophones et la français expatriés de cette série.

 Signorina Elettra  Annett Renneberg

Les DVD sont édités par Universum Film GmbH et regroupent deux épisodes à chaque fois.

Donna Leon – Vendetta / Venezianische Scharade (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Barbara Auer, Michael Degen, Annett Renneberg, Karl Fischer, Heinz Hoenig
  • Réalisateurs : Christian von Castelberg
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD Donna Leon - Vendetta / Venezianische Scharade

Donna Leon – Nobilitá / In Sachen Signora Brunetti (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Michael Degen, Barbara Auer, Karl Fischer, Joachim Krol, Patrick Diemling
  • Réalisateurs : Sigi Rothemund, Christian von Castelberg
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD Donna Leon - Nobilitá / In Sachen Signora Brunetti

Donna Leon – Feine Freunde / Das Gesetz der Lagune (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Uwe Kockisch, Julia Jäger, Patrick Diemling, Laura-Charlotte Syniawa, Michael Degen
  • Réalisateurs : Sigi Rothemund
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD * Donna Leon - Feine Freunde / Das Gesetz der Lagune

Donna Leon – Sanft entschlafen/ Verschwiegene Kanäle (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Uwe Kockisch, Julia Jäger, Patrick Diemling, Laura-Charlotte Syniawa, Michael Degen
  • Réalisateurs : Sigi Rothemund
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD Donna Leon - Sanft entschlafen/ Verschwiegene Kanäle

Donna Leon – Blutige Steine / Die dunkle Stunde der Serenissima (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Uwe Kockisch, Julia Jäger, Patrick Diemling, Laura-Charlotte Syniawa, Michael Degen
  • Réalisateurs : Sigi Rothemund
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD Donna Leon - Blutige Steine / Die dunkle Stunde der Serenissima

Donna Leon – Beweise, dass es böse ist / Endstation Venedig (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Uwe Kockisch, Julia Jäger, Patrick Diemling, Laura-Charlotte Syniawa, Michael Degen
  • Réalisateurs : Sigi Rothemund
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD Donna Leon - Beweise, dass es böse ist / Endstation Venedig

Donna Leon – Dunkles Glas / Lasset die Kinder zu mir kommen (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Julia Jäger, Uwe Kockisch, Karl Fischer, Michael Degen
  • Réalisateurs : Sigi Rothemund
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD Donna Leon - Dunkles Glas / Lasset die Kinder zu mir kommen

Donna Leon – Acqua Alta / Venezianisches Finale (Krimiedition) [Import allemand]

  • Acteurs : Uwe Kockisch, Julia Jäger, Patrick Diemling, Laura-Charlotte Syniawa, Michael Degen
  • Réalisateurs : Sigi Rothemund
  • Format : PAL, Import
  • Audio : Allemand (Dolby Digital 2.0)

DVD Donna Leon - Acqua Alta / Venezianisches Finale

Les anglophones n’étant pas soumis aux mêmes règles d’exclusivités que celles imposées par la télévision française, la série complète des enquêtes à Venise du Commissaire Brunetti vient également d’être éditée en anglais.

Filmed on location in beautiful Venice, Uwe Kockisch stars as Commissario Brunetti in this lush series of mysteries based on the international bestselling novels by Donna Leon. Now on R1 DVD in the U.S. with all-new English subtitles!

http://shop.mhznetworks.org

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

La série continue demain, dimanche 18 août 2013, avec deux épisodes :

Réalisateur : Sigi Rothemund

Acteurs : Uwe Kockisch (Guido Brunetti), Julia Jäger (Paola Brunetti), Christel Peters (madame), Patrick Diemling (Raffi Brunetti), Laura-Charlotte Syniawa (Chiara Brunetti), Karl Fischer (Vianello), Annett Renneberg (madame Elettra), Michael Degen (Patta)

Dimanche 18 août 20:45 heures : De sang et d’ébène

Dans une rue commerçante de Venise, non loin du pont du Rialto, un vendeur africain ambulant est abattu. Personne ne parvient à comprendre exactement ce qui s’est passé et le tueur a pu prendre la fuite s’en être inquiété. C’est au commissaire Brunetti que l’affaire est confiée. Mais le limier comprend rapidement qu’il va avoir du fil à retordre. Comment déterminer le mobile de ce meurtre ? Brunetti essaye d’en savoir plus sur le défunt ainsi que sur ses fréquentations. Après avoir fouillé les affaires de la victime, le policier découvre des diamants bruts dissimulés dans du sel. Qui était réellement cet immigrant ? Pourquoi cherche-t-on à décourager le commissaire dans son enquête ?…

Dimanche 18 Août 22:40 heures : Requiem pour une cité de verre

Giovanni de Cal est le directeur d’une prestigieuse verrerie située en Italie, sur la petite île de Murano, près de Venise. Il est retrouvé assassiné. La piste la plus évidente conduit immédiatement le commissaire Brunetti à soupçonner l’un des employés de Giovanni de Cal. En effet, ce salarié vouait une haine féroce à son patron – et ne s’en cachait pas. Mais, très vite, c’est la propre fille du défunt que le commissaire soupçonne. En effet, son enquête tend à prouver que son père était sur le point de la déshériter. Ne serait-ce pas là un mobile suffisant pour passer à l’acte et commettre l’irréparable ? Mais la jeune femme semble avoir de solides arguments et une conviction farouche à lui opposer…

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

La terrasse des Brunetti

Vous êtes nombreux à nous demander des secrets de tournage de la série, et des informations sur les lieux choisis pour illustrer les romans de Donna Leon.

Tout d’abord, il faut savoir que le lien est ténu entre les romans et les épisodes de la série.

Les lieux changent, le scénario diffère aussi du texte du roman : intrigue et dénouement différents, et les discussions philosophiques sont remplacés par des historiettes plus vivantes à l’écran. Cela fait que l’on peut voir les films après avoir lu les livres, ou l’inverse, indifféremment car tout y est sensiblement différent.

Parfois, on utilise dans la série plusieurs lieux pour illustrer un même endroit, et de plus, ces lieux n’ont rien à voir avec la réalité.

La questure.

A Venise, dans la vraie vie, la questure est un grand bâtiment blanc qui fait face à l’église San Lorenzo, au N° civique Castello 5053, situé sur la fondamenta San Lorenzo.

Dans la série, les extérieurs sont tournés sur le Campo della Confraternita, célèbre pour ses colonnes rouge et blanches, près de l’église San Francesco della Vigna.

Uwe Kokisch - Commissaire Guido Brunetti

Les scènes à l’intérieur sont tournées dans diverses administrations de la ville…

La fameuse terrasse des Brunetti.

Paola et Guido Brunetti sur leur terrasse.

C’est la question qui revient le plus souvent. Là aussi, elle ne correspond en rien au livre, car Donna Leon situe la maison de Brunetti dans la calle del traghetto de la Madonetta (il serait voisin de la célèbre corte Petriana, ce qui ne manque pas de charme).

Calle del traghetto de la Madonetta

La terrasse des Brunetti donne, dans le livre, sur le rio della Madonetta.

Rio della Madonetta

Dans la série télévisée, si l’appartement n’est pas très loin, à vol de mouette, sa localisation est un peu plus chargée de symboles. En effet, la terrasse donne directement sur le Canal Grande et fait face au palazzo Barbarigo, de l’autre côté du rio San Polo, et à l’immense palazzo Mocenigo de l’autre côté du Canal Grande.

Ca' Brunetti

La maison à la terrasse est située à l’angle du rio San Polo et du rio de le Erbe.

Ca' Brunetti

L’adresse civique du lieu de tournage de la maison à la terrasse est 2049 San Polo, qui se trouve Corte Scura. On y accède depuis le campo San Polo par la calle del magazen o del Bastion, puis, à gauche avant le ponte de Ca’ Grimani, la corte Contarina et le ramo de corte Scura.

Ramo de corte Scura

Vous voilà arrivés devant l’entrée de la maison des Brunetti, du moins, là où sont tournée les scènes sur la fameuse terrasse.

Ca'Brunetti

En levant les yeux, il vous sera pourtant  impossible d’apercevoir la fameuse terrasse qui donne uniquement sur l’angle des deux canaux… a pieds, il est possible de l’apercevoir en traversant le pont ponte de Ca’ Grimani et en réussissant à aller jusqu’à l’université installée dans le palazzo Capello.

Ca'Brunetti

Nous n’avons hésité à nous jeter à l’eau pour vous montrer la maison de Brunetti depuis le canal…

Ca'Brunetti

Nous ne sommes pas certains que les scènes dans l’appartement soient tournées au même endroit. En effet, voici à quoi ressemble l’intérieur de l’appartement à la terrasse.

Ca'Brunetti

Ca'Brunetti

Ca'Brunetti

La série continue d’être diffusée sur France 3 tous les dimanche, à raison de deux épisodes par soirée. Dimanche prochain :

Dimanche 11 Août

20h45 : Une question d’honneur

Alors qu’il est venu retrouver son épouse, Paola, à l’université où elle enseigne, Brunetti est accosté par une jeune étudiante, Claudia Leonardo. Elle voudrait réhabiliter la mémoire de son grand-père, jugé coupable d’un crime commis pendant la seconde guerre mondiale.
Quelques heures plus tard, Claudia est retrouvée poignardée chez elle. En menant son enquête, Brunetti découvre que cette affaire est liée à un trafic d’oeuvres d’art.

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

22h35 : Dissimulation de preuves

Madame Battestini, une vieille dame avare et acariâtre, est assassinée. La police soupçonne sa femme de ménage roumaine, mais celle-ci meurt dans un tragique accident en tentant de fuir.
Le témoignage de la voisine incite Brunetti à reprendre l’enquête officieusement.
Brunetti rencontre la nièce, Graziella, qui va hériter de la fortune de sa tante. Mais une autre personne s’y intéresse, Madame Macetti, l’avocate et fondée de pouvoir de la défunte.
Entretemps, Gabriel Nicolescue, le fils de la supposée meurtrière, arrive à Venise afin de venger la mort de sa mère… C’est Patta, la première personne qui a dirigé l’enquête, qui fait les frais de sa colère…

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

Brunetti nous a tout avoué !

Uwe Kokisch - Commissaire Guido Brunetti

Nous avons retrouvé pour nos lectrices et lecteurs Uwe Kockisch à Venise pendant un des tournages de la série Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise.

L’acteur allemand, nous met tout de suite à l’aise, il n’a plus besoins d’une carte de Venise pour nous retrouver après le tournage. Depuis 2003, il vient trois mois par an pour les besoins des tournages de épisodes de la série. Cela fait donc, cumulé, deux ans et demi qu’il vit à Venise dans la peau du célèbre détective et commence à se sentir comme chez lui dans la cité lagunaire.

« C’est justement un des charmes de la série qui est tournée en décors naturels » mais difficile aussi de vivre, même quelques mois, et de travailler comme acteur, en extérieur, dans une ville qui accueille presque 20 millions de touristes chaque année.

Pour se ressourcer, son secret réside dans l’île de Pellestrina, loin de l’agitation touristique « C’est le seul restaurant là-bas, et il a le meilleur risotto« , explique Uwe Kockisch. Vous l’avez deviné, nous avons peu parlé de la série, de Donna Leon, du personnage de Brunetti ou des autres acteurs. Nous avons simplement évoqué Venise et la lagune et notre amour pour cette ville et ses habitants.

Il nous confie que le point de départ idéal pour découvrir la ville est le quartier de Castello. « A partir de là, vous devez vous approcher lentement la ville. » Les meilleures saisons pour une visite à Venise, à son avis, surtout au printemps et à l’automne. Ses yeux brillent quand Uwe Kockisch s’extasie sur la fin de l’automne ensoleillé. « L’hiver a ses charmes. Lorsque la brume enveloppe la ville, qui devient très romantique avec une charge puissante de mysticisme« …

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

La série continue d’être diffusée sur France 3 tous les dimanche, à raison de deux épisodes par soirée. Dimanche prochain :

Dimanche 11 Août

20h45 : Une question d’honneur

Alors qu’il est venu retrouver son épouse, Paola, à l’université où elle enseigne, Brunetti est accosté par une jeune étudiante, Claudia Leonardo. Elle voudrait réhabiliter la mémoire de son grand-père, jugé coupable d’un crime commis pendant la seconde guerre mondiale.
Quelques heures plus tard, Claudia est retrouvée poignardée chez elle. En menant son enquête, Brunetti découvre que cette affaire est liée à un trafic d’oeuvres d’art.

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

22h35 : Dissimulation de preuves

Madame Battestini, une vieille dame avare et acariâtre, est assassinée. La police soupçonne sa femme de ménage roumaine, mais celle-ci meurt dans un tragique accident en tentant de fuir.
Le témoignage de la voisine incite Brunetti à reprendre l’enquête officieusement.
Brunetti rencontre la nièce, Graziella, qui va hériter de la fortune de sa tante. Mais une autre personne s’y intéresse, Madame Macetti, l’avocate et fondée de pouvoir de la défunte.
Entretemps, Gabriel Nicolescue, le fils de la supposée meurtrière, arrive à Venise afin de venger la mort de sa mère… C’est Patta, la première personne qui a dirigé l’enquête, qui fait les frais de sa colère…

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise

Faut-il encore présenter Donna Leon ? Auteur de la série à succès des “Commissaire Brunetti”, ses livres ont conquis des millions de lecteurs à travers le monde.

Les livres ont fait l’objet d’une adaptation à la télévision produit par Teamworks pour BavariaMedia TV/ARD, tourné en allemand, puis doublé dans les langues des vingt pays où la série s’est vendue. Comme pour les livres, Donna Leon s’est opposée à la diffusion de la série en Italie.

Série en production – 2 saisons, 18 épisodes
  • Première diffusion en Allemagne le 12 octobre 2000
  • Première diffusion en France le 29 juin 2010

A partir du 29 juin 2010, France 3 vous avait proposé de découvrir la version française des dix enquêtes déjà alors tournées du commissaire Guido Brunetti, marié, père de famille, bon vivant, doté d’une intelligence remarquable et d’une rare acuité d’esprit…

La réalisation à été confiée à Christian von Castelberg

Le rôle du célèbre commissaire est joué par l’acteur Uwe Kockisch qui a commencé sa carrière à Berlin, et pendant plus de 20 ans, il a joué au théâtre Maxim Gorki, de même qu’à la Schaubühne, dans des mises en scène de Thomas Langhoff, Luc Bondy et Robert Wilson. Il a aussi joué dans plus de 20 longs métrages, ainsi que 40 téléfilms, dont certains ont reçu le célèbre prix Adolf Grimme. Il a aussi joué dans 2 épisodes de la série danoise « Nom de code : l’aigle » En 2001, il a joué dans le long métrage « le Tunnel« .

Depuis 2003, il joue le rôle du commissaire Brunetti dans la série adaptée des romans policiers de Donna Leon, qui sont vendus dans plus de 20 pays.

Paradoxalement, les enquêtes du commissaire Brunetti n’ont que très peu fait l’objet de diffusion sous forme de videocassettes ou plus récemment de DVD.  Nous n’en connaissons pas l’existence en version française, pourtant il en existe en Espagne, et, bien sûr, en Allemagne.

Actuellement, France 3 diffuse, tous les dimanche soir deux épisodes de la série Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise dont certains sont inédits en France.

Ne manquez donc pas, dimanche prochain, la suite de notre cher Guido Brunetti, et les images de Venise qui sont, bien entendu la cerise sur la gateau pour tous ces amoureux de Venise que sont nos lectrices et lecteurs.

La semaine dernière, nous vous avons fait découvrir l’un des lieux de tournage : Brunetti au Palazzo Ivancich

Et vous, avez-vous reconnus quelques lieux de la célèbre série ?

Dimanche prochain, ne manquez pas la suite des aventures du célèbre commissaire vénitien :

Dimanche 28 Juillet à 20:55 heure.

Péchés mortels

Le commissaire Guido Brunetti apprend par soeur Maria Testa, une nonne travaillant dans la maison de retraite où réside sa mère, que l’établissement est le théâtre d’inquiétants décès. Cinq pensionnaires sont morts dernièrement dans des circonstances étranges, sans que cela inquiète la direction de l’établissement, pourtant mise au courant par Maria Testa. Le policier débute son enquête. C’est alors que la religieuse est à son tour victime d’un accident qui la plonge dans le coma. Brunetti ordonne qu’on la surveille en permanence pendant qu’il part à la recherche des responsables. Si l’argent ne semble pas motiver ces crimes, une organisation secrète pourrait en être à l’origine…

 Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise Péchés mortels

Dimanche 28 Juillet à 22:55 heure
Des amis haut placés

Rossi, un employé du cadastre, informe le commissaire Brunetti, stupéfait, que la maison qu’il occupe avec sa famille depuis plus de dix ans n’a jadis bénéficié d’aucun permis de construire. Peu après, alors que les deux hommes devaient se revoir, Brunetti apprend que Rossi est mort après avoir chuté d’un échafaudage. Le policier a peine à croire qu’il puisse s’agir d’un accident. Le directeur du cadastre, le suave Fabrizio dal Carlo, et son assistante n’imaginent pas un instant que leur défunt collègue ait été impliqué dans une affaire de corruption. En fouillant dans les archives de la ville et en faisant appel à ses contacts, Brunetti va mettre au jour un scandale à grande échelle…

 Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise Des amis haut placés

Brunetti au Palazzo Ivancich

Nous avons surpris le commissaire Brunetti, lors d’un tournage de la série, dans l’ex Grand Hotel, autrefois propriété de la famille Ivancich, et qui est devenu aujourd’hui le Palazzo de la Regione Veneto…

Ne manquez-pas la série qui se poursuit sur France 3 !

Dimanche 21 juillet à 20:45 heures.

Le cantique des innocents

Le capitaine Marvilli, membre des carabiniers, fait arrêter Gustavo Pedrolli, un pédiatre de renom. Il le soupçonne d’avoir assassiné une jeune Albanaise, mère de l’enfant qu’il a adopté. La victime voulait, semble-t-il, retrouver son enfant. Cependant, Brunetti n’est pas convaincu de la culpabilité de Pedrolli. Avec l’aide de Marvilli, il reprend l’enquête et tente de trouver de nouvelles pistes. Il n’obtient que peu de résultats, jusqu’à ce qu’il se penche sur une agence d’adoption aux agissements suspects. Le commissaire s’intéresse de près aux responsables de cette société et découvre de nouveaux indices…

 Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise Le cantique des innocents

suivi de…

Dimanche 21 juillet à 20:45 heures.

Entre deux eaux

A Venise, en plein hiver, alors que la cité est envahie par les eaux de la lagune durant l’acqua alta. C’est là, dans une petite ruelle à l’écart, que l’archéologue américaine Brett Lynch est violemment agressée par deux individus. Son amie, la cantatrice Flavia Petrelli, informe le commissaire Brunetti qu’elle devait rencontrer Francesco Semenzato, directeur de l’un des musées de la ville. Le policier n’aura pas l’occasion d’interroger Semenzato, qui est retrouvé mort le même jour. Lorsqu’un autre meurtre est commis, Brunetti s’implique dans l’enquête. Il ne tarde pas à découvrir un trafic d’œuvre d’art, orchestré par un collectionneur : La Carpa…

 Commissaire Brunetti : enquêtes à Venise Entre deux eaux

Le retour de Brunetti

Brunetti le retour

Le célèbre commissaire vénitien fera un bref retour à la télévision cet été, avec une série de deux épisodes par soirée, dont certains seront inédits à la TV française dès dimanche prochain.

Vous pourrez ensuite retrouver les rediffusions des épisodes précédents tous les dimanches dès 20h45, à raison de deux épisodes par soirée.

A cette occasion et à partir du 4 juillet, participez au jeu-concours organisé sur le site Club France Télévisions : 25 exemplaires du dernier roman de Donna Leon, Brunetti et le mauvais augure, publié aux éditions Calmann-Lévy, seront à gagner. Nos fidèles lectrices et lecteurs n’auront aucune difficulté pour trouver les trois bonnes réponses (sinon, demandez-les nous 😉 )

Dès ce dimanche 7 juillet, à 20:45 heures, sur France 3, avec un premier épisode inédit :

La petite fille de ses rêves

Le Commissaire Brunetti vient de perdre sa mère. Pendant la cérémonie, il apprend qu’on a découvert le cadavre d’une jeune fille noyée dans le canal. Dans ses vêtements, cachés, on découvre des bijoux vraisemblablement volés. Fait étrange, nul n’a signalé sa disparition, ni celle des bijoux récupérés dans ses vêtements. Après enquête, on apprend qu’il s’agit d’une enfant, Arianna, appartenant à la communauté des gens du voyage. Elle aurait trébuché et serait tombée d’une terrasse, à moins qu’on ne l’ait poussé… Que cache donc cet accident ? Arianna était-elle seule lorsqu’elle s’introduisait dans les appartements ?
Tant que Brunetti n’aura pas résolu l’enquête, cette petite fille hantera ses nuits.

Mort à la Fenice

Le grand chef d’orchestre Helmut Wellauer est retrouvé mort dans sa loge lors d’une première à La Fenice de Venise. Le commissaire Brunetti soupçonne un empoisonnement au cyanure. En interrogeant toutes les personnes qu’il côtoyait, Brunetti découvre que Wellauer avait des ennemis : le ténor, la soprano, le baryton. Ils étaient humiliés et critiqués pour leur choix de vie par le maestro. Brunetti va également faire la connaissance de sa très jeune femme, Elisabeth, une personne très énigmatique…
Qui en voulait à Wellauer au point de le supprimer ? A qui profite le crime ?
C’est en fouillant le passé du maestro que le commissaire fera tomber les masques…

Le dimanche 14 juillet, à 20:45 heures, sur France 3, avec un premier épisode inédit :

La femme au masque de chair

Lors d’une soirée organisée par le beau-père de Brunetti, celui-ci fait la connaissance d’un couple, les Cataldo, qui veulent s’associer avec leur hôte.
Peu après, l’homme de confiance de Cataldo, Ranzato, est retrouvé assassiné : « un suspense bien distillé dans cette enquête sur la Mafia menée dans un cadre enchanteur »

Mortes eaux

Deux pêcheurs sont retrouvés morts dans le port de Pellestrina

Jeu concours Brunetti

Brunetti, un bo-bo pour les bourgeois-bohèmes

C’est ce qu’affirme Michel Del Castillo sur son site, dans un article intitulé : Donna Leon, la madone des bobos

Michel del Castillo (ou Michel Janicot del Castillo) est un écrivain français né à Madrid le 2 août 1933  à 05h45, peu avant la guerre civile. Son père, Michel Janicot, quitte son épouse Candida Isabel del Castillo en 1935, après avoir été convaincu de son infidélité. Il rejoint la France et ne s’occupe plus de son jeune fils. Sa mère, Candida Isabel, très engagée politiquement, est proche du parti républicain de Manuel Azaña. Pourtant elle sera emprisonnée par ces mêmes républicains de 1936 à 1937, pour s’être inquiétée du sort des prisonniers politiques. Durant son emprisonnement le jeune Michel lui rend visite accompagné de sa grand-mère. Présentatrice connue et efficace à la radio républicaine à partir de 1937 elle sera condamnée à mort par les franquistes.

Candida Isabel del Castillo avec son fils Xavier, né en 1923 du premier mariage. Il sera élevé par son père et ne reverra sa mère, furtivement, qu’en 1942 alors qu’elle traverse l’Espagne pour rejoindre l’Afrique du Nord. Photo Michel del Castillo

« J’ai savouré les mille détails de la vie quotidienne des Vénitiens, la des­cription des différents quartiers, l’évocation sans complai­sance d’une Italie gangrenée par la corruption. » .

Quelque chose manquait, mais quoi ?

« Très vite, j’ai compris ce qui causait mon insatisfaction. Toutes les in­trigues reproduisent le même schéma: invaria­blement les assas­sins appar­tiennent à la classe diri­geante, nobles cor­rompus, industriels dou­teux, politi­ciens véreux, bigots hypocrites et vicieux, militaires factieux, ma­gouilleurs vêtus de cachemire et de soie, spéculateurs sans scrupules, ban­quiers louches, j’en passe ; invariablement aussi, les humbles y sont les vic­times innocentes des turpitudes des puis­sants. C’est un monde en noir et blanc. » .

« Les Brunetti sont écologistes avec une nuance d’ironie. Gé­néreux, ils ont l’aisance tranquille de ceux qui se savent à l’abri du besoin. Ils peuvent se permettre d’accrocher un tableau de Tintoretto dans leur cuisine. Paola, la fille unique du comte Falier, l’un des hommes les plus riches et les plus puissants de la ville, héritera de sa fortune. Faut-il préciser que Paola est une féministe détermi­née? » .

Voilà donc ce qui permet à Michel Janicot del Castillo de définir le bo-bo vénitien : écologiste, féministe et héritier. Mais les Brunetti ont une tare encore plus grande à ses yeux : ils sont de gauche !

« An­ciens militants de gauche, l’un, le commissaire, a perdu toute foi dans la poli­tique, cependant que Paola vote, sans trop d’illusions, communiste. » .

Forcément, puisqu’ils sont de gauche, ils sont déçus par cette idéologie, mais ils restent ficèles aux politiques qui la défendent. Forcément, les gens de gauche sont tous des abrutis finis qui n’ont aucune culture…

Pas tout à fait, puisque « elle enseigne la littérature anglaise à l’université, il lit à ses mo­ments de loisir Thucydide ou Hérodote, quand ce n’est pas La guerre des Gaules ou Tacite. Ils professent des idées toujours justes et généreuses. » .

On est en effet, avec la famille Brunetti, à mille lieu de celle de Michel Janicot del Castillo.

Il n’a même pas su résister aux deux monstres qu’il a eus pour géniteurs. Rue des Archives nous faisait assister à la fin de sa mère, ogresse octogénaire, obèse et invalide, que n’effleurait nul remords et qui ne régnait plus que sur un grouillement de vermine. Son nouveau récit autobiographique, De père français, nous peint le monstre mâle. « Mon assassin« , écrit-il dès la première phrase. La liste des crimes de ce père semblerait interminable. Qu’on sache seulement que ce lâche abandonna sa femme et leur fils dans la tourmente madrilène de la guerre civile. Et lorsque, en 1940, cette femme, républicaine espagnole, vint à Clermont-Ferrand lui demander secours, pour s’en débarrasser il la dénonça comme « étrangère indésirable« . Arrêtée, elle se retrouva internée au camp de Rieucos. Son petit garçon la rejoignit bientôt derrière les barbelés.

Chez les Brunetti, la mo­rale politique est toujours sauve.

Les Brunetti seraient donc des Bo-bo ?

Le terme bobo, contraction de bourgeois-bohème, traduction de l’anglais bourgeois bohemian, est issu d’un livre de David Brooks intitulé Bobos in Paradise: The New Upper Class and How They Got There publié en 2000 ; il s’agit d’une sorte de sociostyle, c’est-à-dire de tentative de caractériser un groupe social selon les valeurs que ses membres partagent, plutôt que selon des caractéristiques socio-économiques ou démographiques. L’auteur entendait caractériser et regrouper sous ce terme l’évolution et la transformation du groupe des yuppies des années 1980.

On peut trouver un emploi précurseur dans le roman Bel-Ami, de Guy de Maupassant, publié en 1885 : « Ce fut elle alors qui lui serra la main très fort, très longtemps ; et il se sentit remué par cet aveu silencieux, repris d’un brusque béguin pour cette petite bourgeoise bohème et bon enfant qui l’aimait vraiment, peut-être. » .

Les Brunetti « se cha­maillent quand il arrive au policier d’émettre un propos qui pourrait passer pour homophobe, ils morigènent leur fille parce qu’elle laisse échapper une remarque anodine qui semble flairer le racisme, puis discutent longuement pour savoir si elle a émis une opinion personnelle ou si elle n’a fait que répé­ter des propos en­tendus dans son lycée. Débat essentiel car, dans le premier cas, c’est l’éduca­tion reçue à la maison qui serait en cause, donc aussi leur res­ponsabilité de parents. » .

Deux conceptions de la ville et de la vie. Le bobo aime la ville socialement mélangée, croit en une société pacifiée. Une attitude différente de celle du bourgeois qui, lui, souhaite que son environnement reflète sa réussite matérielle et pense que la compétition et la sélection constituent, de loin, la meilleure façon d’assurer une certaine équité. Ces conceptions trouvent logiquement des traductions politiques différentes. Le bobo est de gauche mais il peut également se reconnaître dans un candidat ambitionnant de réconcilier les deux camps, d’où l’intérêt pour les candidats de droite de faire croire à une certaine teneur sociale de leurs programmes, écran de fumée pour plaire à cette catégorie de la population qui participe fidèlement aux élections.

« Donna Leon habite une île enchantée. Le clair soleil de la fraternitude brille sur ses rivages paradisiaques. Loin, très loin de cet appartement lu­mineux, de cette terrasse où Carlo Brunetti s’installe pour savourer son vin blanc en relisant Suétone, il existe un continent barbare, ha­bité par la canaille de la haute, mais le couple peut ignorer ses turpitudes, lui en relisant ses Grecs, elle plongée dans les romans de son cher Henry James. Assez riches pour feindre de mépriser l’argent, ils vivent dans la béatitude des Bobos, avec une conscience sereine. Ce sont des purs, des cathares. » .

En 2008, Michel Janicot del Castillo publie un récit biographique inattendu, consacré à Franco. Il rédige cependant le portrait d’un homme physiquement courageux, un militaire « chimiquement pur », en aucun cas fasciste, mais un conservateur autoritaire, assez banal, en lui accordant au passage le décollage économique de l’Espagne.

Ce jongleur des mots qui réinvente l’Histoire, juge on ne peut plus sévèrement Donna Leon : « Ces romans pour jeunes filles de la Haute Gauche, avec leurs méchants ban­quiers, leurs patrons cupides, leurs politiciens vendus n’en sont pas moins, je le redis, construits avec force, ils fourmillent de détails bien vus, de person­nages vraisemblables, ils sont remplis de descriptions sug­gestives. Avec nostalgie, on explore tous les quartiers de Venise, on entre dans des tratorie simples et familiales, on visite les îles, par tous les temps, sous diffé­rentes lumières.

Com­tesse de Ségur de la gauche caviar, Donna Leon possède un incontes­table savoir-faire. Pour être une romancière authentique, il lui manque seule­ment le sens de la complexité. » .

Pour conclure, d’après le révisionniste Michel Janicot del Costillo, Donna Leon est un pur produit de la médiocrité culturelle mondialiste américaine : « Pourquoi parler de Donna Leon, auteur honorable, artisan habile et consciencieux ? Elle symbolise la dégénérescence de la lit­térature, sa lente glissade, son américanisation. Elle fait des produits mécaniques, reproduc­tibles, à la fois différents et identiques, tels que les ateliers d’écriture en­seignent à les faire. » .

Previous Older Entries

Tous les articles des derniers mois…