Le XVIIIème au goût du jour

Jusqu’au 9 octobre 2011, le château de Versailles et le musée Galliera présentent, dans les appartements du Grand Trianon, une exposition consacrée à l’influence du Siècle des Lumières sur la mode contemporaine.

Entre haute couture et prêt-à-porter, une cinquantaine de modèles de grands créateurs du XXème siècle dialoguent avec les costumes et accessoires du XVIIIème et racontent comment ce siècle est cité avec un intérêt constant. Ces pièces proviennent des archives des maisons de couture et des collections de Galliera. Un face à face qui passionnera les fashion victims d’aujourd’hui comme les amateurs de costumes historiques.

Mme Deshayes (XIXème siècle) Habit d’homme créé entre 1770 et 1780. Transformé en jaquette de robe vers 1877-1882, façonnée en soie marron à motifs de semis de fleurs ; broderies au passé de fils de soie polychromes ; doublure en sergé de soie marron. Musée Galliera.

Rayonnant sur les cours européennes, la culture française éclaire ce XVIIIème siècle incarné par Madame de Pompadour, Madame Du Barry et plus encore Marie-Antoinette – figures de la frivolité qui fascinent tant le cinéma, la littérature et la mode. Immenses coiffures poudrées, corps à baleines et jupes à panier, volants et falbalas, escarpolettes et chuchotements, tel est ce XVIIIème siècle  portant l’artifice à son paroxysme…

Robe à la française (1755-1760) Lampas, un lat de lancé, broché, fond taffetas, fils de chaîne crèmes, fil de trames verts, passementerie de soie crème et verte. Musée Galliera.

Le siècle des Lumières fascine. Le prestige politique et culturel de la France s’y affirme, les jeux d’esprit, l’élégance se métamorphosent en un art de vivre. Depuis 1800, la mode ne cesse de se référer au XVIIIe siècle tant dans le costume féminin et masculin que dans les textiles et les accessoires.

Robe à la française (1755-1760) Lampas, un lat de lancé, broché, fond taffetas, fils de chaîne crèmes, fil de trames verts, passementerie de soie crème et verte. Musée Galliera.

Un style fantasmé qui donne libre cours à l’interprétation : les Soeurs Boué font revivre paniers et dentelles avec les robes de style des années 20, Christian Dior et Pierre Balmain proposent des robes du soir brodées de motifs décoratifs typiquement XVIIIème, Vivienne Westwood redonne vie à des courtisanes délurées, Azzedine Alaïa corsète les gorges des galantes, Karl Lagerfeld pour Chanel invite Watteau avec ses robes à la française, la maison Dior pare les dames de compagnie de mille atours, Christian Lacroix drape ses reines de brocarts chamarrés de pierreries et Olivier Theyskens pour Rochas convoque le fantôme de Marie-Antoinette dans un film hollywoodien.

Maison Christian Dior, collection haute couture automne-hiver 2007-2008 Robe Doutzen Kroes inspirée par Fragonard ; robe en taffetas de soie rose changeant, voilée de tulle rose dragée. Collection maison Christian Dior.

Si Yves Saint Laurent joue le registre de l’épure en noir & blanc, Martin Margiela détourne l’habit masculin en vêtement féminin, Nicolas Ghesquière pour Balenciaga habille les femmes en petits marquis parés de dentelles millefeuille et Alexander McQueen pour Givenchy revêt ses marquises de justaucorps brodés de fils d’or. Avec Yohji Yamamoto, les robes de cour se déstructurent, et, avec Rei Kawakubo, c’est au tour des redingotes. Alors que Thierry Mugler cache des paniers surdimensionnés sous les robes, Jean Paul Gaultier, lui, les met sens dessus dessous.

Rochas, 2006 Veste et jupe réalisées par Olivier Theyskens à l’occasion de la sortie du film Marie-Antoinette de Sofia Coppola ; tulle gris, faux cheveux et crinoline. Musée Galliera.

Ce XVIIIème siècle au goût du jour, couturiers et créateurs vous invitent à le découvrir au Grand Trianon.

L’exposition est ouverte tous les jours au Grand Trianon, sauf le lundi, de 12h à 18h30 (dernière admission à 18h).

Tarifs

L’exposition est accessible avec un billet Passeport ou un billet Châteaux de Trianon et Domaine de Marie-Antoinette.

Pour consulter la liste détaillée des bénéficiaires de la gratuité, cliquez ici.

Yohji Yamamoto, collection prêt-à-porter printemps-été 2011 Veste sans manche boutonnée en coton gris à rayures, chemise en coton blanc, pantalon court à rayures en viscose, noeud papillon en soie blanc. Collection maison Yohji Yamamoto

Accès

L’entrée de l’exposition est au Grand Trianon (voir plan d’accès).

Attention, les jours de Grandes Eaux musicales ou les jardins musicaux, si vous n’avez pas de billet pour le spectacle, l’accès se fait par la grille de la Reine ou la grille saint-Antoine.

Jean Paul Gaultier, collection haute couture Les Marquis touaregs, printemps-été 1998 Veste à paniers, lamé, tulle, volants, ruchés, nœuds. Collection maison Jean Paul Gaultier.

Visites guidées sur réservation

Des visites guidées de l’exposition « Le XVIIIe au goût du jour » sont organisées les :
Mercredi 14 septembre
Mercredi 28 septembre

Ces visites ont lieu à 13h30 et à 15h30, durée 1h30 en français. En savoir plus.

.

Catalogue d’exposition Le XVIIIe siècle au goût du jour Couturiers et créateurs de mode au Grand Trianon 25,00 €

Cet ouvrage accompagne l’exposition Le XVIIIème siècle au goût du jour, Château de Versaiiles, Grand Trianon jusqu’au 9 octobre 2011.

Mises en résonance avec les chefs-d’œuvre des collections du musée Galliera, les créations des plus grands couturiers contemporains témoignent d’une commune fascination pour un XVIIIe siècle fantasmé : Lagerfeld invite Watteau et les robes à la française chez Chanel, la maison Christian Dior fait défiler des princesses de contes de fées, Westwood redonne vie à des courtisanes et marquises plutôt délurées… Riche d’un superbe portfolio mêlant gravures et pièces des XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles, ce livre constitue un véritable hommage au siècle des Lumières, au style de la Pompadour, de Marie-Antoinette et à Versailles, capitale du goût au XVIIIe siècle.

  • Sommaire
  • Préfaces de Jean-Jacques Aillagon et Laurence Engelq
  • Le XVIIIe siècle au goût du jour, Olivier Saillard
  • De la mode au XVIIIe siècle !, Pascale Gorguet Ballesteros
  • Le Candide de l’accessoire, Marie-Laure Gutton
  • Robes Watteau et bouquets Pompadour, Alexandra Bosc
  • Le XVIIIe siècle, mythes et clichés, Laurent Cotta
  • Le XVIIIe siècle réinventé
  • Glossaire
  • Liste des œuvres exposées
Éditeur
Coédition Éditions Artlys / Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles
Nb. de pages
96
Illustrations
75 coul. et n&b
Format
17×22 cm
Couverture
Brochée avec jaquette
Langue
Édition bilingue Français / anglais
Parution
Juillet 2011
Les photos illustrant cet article nous ont été aimablement confiées par le magasine Vogue
partenaire de l’exposition.
Réalisées par Julie Ansiau,
elles ont illustré le reportage qui est paru dans la revue

Petit théâtre de Marie-Antoinette

Petit théâtre de Marie-Antoinette : visite et découverte de la machinerie en mouvement !

Petit théâtre de Marie-Antoinette

Découvrez ce lieu intime et miraculeusement préservé où Marie-Antoinette elle-même montait sur scène devant ses proches. Un groupe du Ministère des Modes a été monté à la date du 25 février mais est malheureusement déjà complet, nous en profiterons pour visiter l’exposition « Sciences et curiosités à la Cour de Versailles » au château (ce seront les derniers jours).

D’autres dates sont néanmoins disponibles pour aller visiter le petit théâtre par vous-même : les  29 janvier et 25 février (13h30 et 15h15).

Entrée : 16  €uros, tarif réduit : 7  €uros.

Réservations : 01 30 83 78 00 ou mail : visites.thematiques@chateauversailles.fr

(Versailles, 78)

Tous les articles des derniers mois…