Francesco Albotto

Francesco Albotto est né à Venise à une date incertaine (vers 1721). Il est inscrit à la confrérie des peintres vénitiens de 1750 à 1756. Il a été élève de Michele Marieschi et à la mort de ce dernier (1743) il en épousa la veuve, Angela Fontana.

C’est pourquoi cet article fait directement suite à celui, publié hier, consacré à Michele Marieschi.

Les particularités de son style pictural ont été répertoriées par Rodolfo Pallucchini qui en 1971 trouva à New York, auprès d’un antiquaire une Veduta di Palazzo Ducale signée par l’artiste Francesco Albotto F., in Cale de Ca’ Loredan a San Luca.

Contrairement à sa fantaisie prédominante et à son coup de pinceau désinvolte, la source d’inspiration principale de Francesco Albotto est liée aux modèles déjà réalisés par d’autres artistes, qu’il s’est appropriés en consultant les éditions Magnificentioris Selectioresque Venetiarum Prospectus, gravées par Marieschi, dont il assura la réimpression, ainsi que Urbis Venetiarum Prospectus celebriores […], gravées par Antonio Visentini ce qui a posé souvent des problèmes d’attribution.

Il est mort à Venise le 13 janvier 1757.

(c) Bristol Museum and Art Gallery; Supplied by The Public Catalogue Foundation

Albotto - Veduta del campo e delle porte dell Arsenale

Albotto - Veduta del palazzo ducale

Albotto - San Guiseppe de Castello

Michele Marieschi

Michele Marieschi est né à Venise le 1er décembre 1710, fils d’Antonio, graveur, et d’Elisabetta Meneghini, il fut le probable élève de Canaletto, c’est un peintre de vedute moins connu que son maître ou que  Francesco Guardi.

Des siècles plus tard, la biographie de ce peintre vénitien n’est pas complètement connue, et il reste des zones d’ombre, tant dans l’histoire de sa vie que dans le catalogue de ses œuvres.

Son grand-père maternel, Antonio Meneghini était également un peintre, probablement spécialisé dans les décors scénographique, car il travaillait en relation avec l’impresario de spectacles Francesco Tasso.

Il semblerait que, avant 1735, il ait vécu en Allemagne après avoir commencé son apprentissage avec son père qui est mort en 1721. Entre 1735 et 1741, il est inscrit à la Fragalia de’ Pittori.

En 1737, il épouse Angela Fontana, fille d’un riche marchand vénitien de tableaux, Gaspare Diziani, le peintre de Belluno, est son témoin.

Initialement, il peignait surtout des caprices, ces paysages imaginaires très réalistes.

Marieschi - Capriccio avec une ruine et une arche

Puis il devint peintre de paysages, les célèbres vedute, très prisées à son époque.

Un de ses mécènes fut le collectionneur Johann Matthias von der Schulenburg qui lui a acheté au moins deux grandes toiles : Corte di palazzo ducale verso la basilica et Ponte di Rialto con l’ingresso del patriarca F.A. Correr, pour respectivement, 50 et 55 monete d’oro.

Marieschi a également publié en 1741 un recueil de 21 gravures sur bois sur Venise, dont le titre est Magnificentiores Selectioresque Urbis Venetiarum Prospectus, et qui reste la seule œuvre qui puisse lui être attribuée avec certitude.

Marieschi - Veduta di Venezia con dedica da magnificentiores i stato

De nombreuses œuvres aujourd’hui attribuées à Michele Marieschi ont d’abord été attribuées à Canaletto.

Michele Marieschi est mort à Venise le 18 janvier 1744.

Ses œuvres les plus connues sont :

  • Campo Santi Giovanni e Paolo, Venezia (entre 1730 et 1740), peinture à l’huile, Musée Capodimonte de Naples
  • L’entrée du Grand-Canal et l’église de la Salute (entre 1735 et 1740), peinture à l’huile, Musée du Louvre, initialement attribuée à Canaletto
  • Église Santa Maria della Salute, Venise (entre 1740 et 1741), peinture à l’huile, Art Institute of Chicago, initialement attribuée à Canaletto

MM01

Marieschi - San Giovani e Paolo

Marieschi - Le pont du Rialto depuis la riva del vin

Marieschi - Le grand canal

Tous les articles des derniers mois…