Les dames de la cour de Russie

Voici des gravures représentant les robes de cérémonie approuvées 1834 pour les Dames de la Maison Impériale, à la cour de la Grande-Duchesse.

Tout était extrêmement codifié à la cour du tsar de Russie, et les dames qui y étaient admises ne pouvaient porter n’importe quelle tenue. Tout un code permettait ainsi, d’un simple regard, de savoir à quel groupe social appartenait la personne. Les robes des dames de la cour devaient, notamment, avoir des couleurs précises en fonction de leur statut, leur fonction, ou de l’évènement auquel elles participaient.

Robe solennelle de fête des demoiselles d’honneur de la Grande-Duchesse :

Robes de cérémonie des Dames de la cour de la Grande-Duchesse

Robes de cérémonie des Dames de la cour de la Grande-Duchesse

Robe de fête des caméristes de la Grande-Duchesse.

Robes de cérémonie des Dames de la cour de la Grande-Duchesse

Robe de fête de la préceptrice de la Grande-Duchesse

Robes de cérémonie des Dames de la cour de la Grande-Duchesse

Robe de bal des demoiselles d’honneur de l’Impératrice

Robes de cérémonie des Dames de la cour de la Grande-Duchesse

Robe de bal des demoiselles d’honneur des princesses.

Et enfin, les robes de bal des demoiselles d’honneur et celle des dame de la cour :

Robes de cérémonie des Dames de la cour de la Grande-Duchesse

Robes de cérémonie des Dames de la cour de la Grande-Duchesse

Le dernier bal impérial – invités et costumes

Nous allons encore vous parler de ce bal, pour vous montrer un peu plus en détail cette fois les costumes des principaux invités (comme ils étaient 3.000 en tout, nous n’allons pas tous vous les présenter).

Nous ne parlerons que de ceux dont nous avons trouvé des photos qui valent la peine d’être publiées.

Le grand-duc Michel Alexandrovitch

Le grand-duc Michel Alexandrovitch, le frère de Nicolas II. Il est alors héritier du trône (il le restera jusqu’à la naissance du fils de Nicolas II l’année suivante). C’est surement pour cette raison qu’il porte un costume de tsarévitch du XVIIème siècle. Un malheureux incident fut considéré comme un signe prémonitoire : le grand-duc Michel perdit, sans doute pendant une danse, un bijou de très grande valeur qu’il avait emprunté à sa mère pour le porter en aigrette sur sa cape de fourrure. Ce bijou avait appartenu au tsar Paul Ier et l’impératrice le portait très rarement. Jamais on ne le retrouva …

La grande-duchesse Xénia Alexandrovna

La grande-duchesse Xénia Alexandrovna, la sœur de Nicolas II, portait quasiment ses cinq parures complètes sur son costume d’épouse de boyard (nom des anciens nobles).

Le Grand Duc Alexandre Mikhailovich

Son mari, le grand-duc Alexandre Mikhaïlovitch était en costume de fauconnier.

La grande-duchesse Marie Pavlovna

La grande-duchesse Marie Pavlovna, née princesse de Mecklembourg-Schwerin, la tante de Nicolas II. En épouse de boyard de la fin du XVIIème.

Andreï Vladimirovitch a épousé la ballerine Mathilde Kchessinskaïa

Son fils, le grand-duc Andreï Vladimirovitch, le cousin de Nicolas II, en habit de fauconnier. Andreï Vladimirovitch a épousé la ballerine Mathilde Kchessinskaïa.

Le grand-duc Serge Alexandrovitch

Le grand-duc Serge Alexandrovitch, l’oncle de Nicolas II, en habit princier du XVIIème.

la grande-duchesse Elisabeth Fédorovna,

L’épouse du précédent, sœur de l’impératrice : la grande-duchesse Elisabeth Fédorovna, née princesse de Hesse-Darmstadt en habit princier.

La grande-duchesse Marie Guéorguievna

La grande-duchesse Marie Guéorguievna, née princesse de Grèce, en paysanne de la ville de Torjok du temps d’Alexis Mikhaïlovitch: le traditionnel sarafan (robe longue sans manches), chemise et kokochnik. Ce costume est conservé à l’Ermitage.

Voici quelques autres costumes tirés de l’album souvenir.

SA

AA

EF

EN

GAK

KA

KZ

MM

Vous pouvez retrouver de nombreuses photographies réalisées ce jour-là dans nos divers articles consacrés à ce bal.

NA

Outre la dimension invraisemblablement fastueuse de l’évènement, il s’agissait du dernier grand bal costumé des Romanov, les troubles commenceront dès 1905 et le tsar abdiquera en 1917.

Le dernier bal impérial

Le dernier bal impérial

Le dernier bal impérial

Le dernier bal impérial – le Bal de l’Ermitage

Le Palais d'hiver illuminé un soir de fête

La Cours de Russie était au début du XXème siècle, la plus fastueuse d’Europe et elle avait réuni le temps d’un bal tout ce que des costumes pouvaient compter de broderies, de fourrures, de brocarts, de velours vénitiens, de tissus d’or et d’argent où se déployaient généreusement sequins et pierreries.

L’activité fut grande dans les ateliers des costumes de théâtre, chez les tailleurs et les modistes. On fit venir de Moscou des tissus d’or et d’argent, brocarts et somptueux velours vénitiens. Des personnes se rendaient exprès à Moscou pour visiter une exposition consacrée aux vêtements, joyaux et étoffes de la Russie antérieure au XVIIème siècle. Les hommes, mêmes les généraux au visage grave et les austères hommes d’État, attachaient autant d’importance à leur physique que les femmes.

Les officiers des régiments de la Garde portaient des uniformes des régiments du XVIIIème siècle ou ceux de dignitaires de l’ancienne Cour de Moscou.

groupe des officiers du Régiment de Hussards

Ce bal à été organisé sur le modèle du bal donné dans le Devonshire en 1897 par la reine Élisabeth. Étaient invités toute l’ élite de la Russie, le corps diplomatique, les ambassadeurs étrangers.

Le tsar a nommé soixante-cinq officiers de l’armée du tsar pour participer et danser, ceci afin que toutes les dames présentes trouvent des partenaires pour les danses.

Groupe des officiers du Régiment de la Garde

Derrière des grilles d’or, l’orchestre de la cour du tsar, également en costume des musiciens du tsar Alexei Michailovitch , deuxième tsar de la dynastie des Romanof,  qui a régné de 1645 à 1676 .

Le clou du bal fut trois danses russes, préparées spécialement pour ce bal par le metteur en scène Felix Adam Valerian Krzesiński. Ces danses, qui avait donné lieu à des répétitions préalables le 10 février, furent exécutées par vingt-quatre couples conduits par un jeune lieutenant du régiment des Chevaliers-Gardes et la comtesse Nadia Tolstoï. Les dames en kokochniks et saraphane, les hommes en costumes des soldats russes du XVIIème. L’impératrice Alexandra Fedorovna avait surveillé la répétition générale en personne.

Groupe des officers de la garde à Cheval

C’est la comtesse Betsy Chouvalov, maîtresse de maison incomparable et femme de grand goût, qui avait conçu l’idée de cette danse. Elle avait soigneusement choisi les exécutants parmi les plus gracieuses jeunes filles et les officiers des régiments de la Garde connus comme les danseurs les plus brillants des salons de Saint-Pétersbourg. Varvara Dolgorouky se retrouvait parmi le groupe de jeunes filles, triées sur le volet.

On écrit souvent que le bal avait lieu dans le palais d’Hiver, mais il faut y ajouter les autres palais adjacents: les « Ermitages » et le théâtre de l’Ermitage.

Danses nationales russes données pendant le bal

Le dernier bal impérial – Le Tsar Nicolas II et l’impératrice Alexandra Fiodorovna

23 janvier 1883 chez le grand duc Vladimir Alexandrovitch

La ville est entièrement recouverte de neige et de glace, des traineaux dévalent les rues en direction du Palais d’Hiver. Les femmes, dans des toilettes somptueuses, empruntent l’escalier du Jourdain puis s’arrêtent devant l’une des trois grandes salles d’apparats du Palais. La plus importante fait une fois et demi la taille de la salle des glaces de Versailles.

Le Tsar Nicolas II et l’impératrice Alexandra Fiodorovna sont arrivés et ils sont, selon la tradition, accueillis par leurs hôtes, qui, pour les honorer, leur présentent le pain et le sel sur une serviette de Russie avant de rentrer dans le palais. Chacun doit prendre alors un morceau de ce pain, le poser sur le sel avant de le manger.

Pour les cérémonies importantes, on offre toujours du pain et du sel sur une serviette brodée tenue par la jeune fille de la maison. L’invité rompt un morceau de pain, le trempe dans le sel et le mange. Le sel était autrefois si précieux qu’on le stockait à Moscou dans un entrepôt fortifié, dans la Solianka, la rue au Sel.

L’empereur Nicolas II dans le costume du tsar Alexis Mikhaïlovitch, l’impératrice Alexandra Fédorovna portant un costume inspiré de celui de la tsarine Marie Ilinitchna Miloslavskaïa.

 Descrizione: Le tsar de Russie Nicolas II (1868-1918) en costume du Tsar Alexis Mikhailovitch et sa femme la tsarine Alexandra Feodorovna avec un costume inspire de celui de la Tsarine Marie Ilinitchna Miloslavskaia (17esiecle) lors du grand bal costume donne le 13 fevrier 1903 au Palais d'Hiver a Saint Petersbourg

L’impératrice Alexandra Fédorovna portait un costume où elle avait fait coudre les pierres précieuses les plus impressionnantes du Trésor, comme cette émeraude de la taille d’une pêche trônant sur son bustier. Son costume était estimé à trente kilos. Pour Vincent Meylan, historien de la Joaillerie « … ce bal de 1903 est sans doute le plus extraordinaire jamais connu dans le monde. » .

L’impératrice Alexandra Fédorovna

Le costume de l’impératrice est conservé désormais au musée de l’Ermitage de St-Pétersbourg, ainsi que la couronne et les chaussures. L’énorme émeraude que l’impératrice portait sur la poitrine est aujourd’hui conservée à Moscou, dans le fonds des diamants du Kremlin.

Le tsar Nicolas II

Ce costume est conservé au palais des Armures du Kremlin de Moscou.

Le tsar Nicolas II et son épouse en costume ancien.

Si ce bal a autant marqué les esprits, l’album avec les photos du bal, commandé par l’impératrice Alexandra Fédorovna aux meilleurs photographes de Pétersbourg, y est surement pour beaucoup. Cet événement grandiose marque la fin d’une époque.

N’est-ce pas aussi pour cela qu’il reste dans les mémoires ?

Le tsar Nicolas II et son épouse en costume ancien.

Le dernier bal impérial – Bal « vieux russes »

Le 13 février 1903, le Tsar Nicolas II et Alexandra Fiodorovna organisent un grand bal destiné à éblouir toute l’Europe par son faste.

Le grand bal à la Cour de Russie. Saint-Pétersbourg, 11-13 février 1903

Il a neigé sur Saint-Pétersbourg ce jour-là et il fait un froid intense. Le palais d’Hiver s’est voilé de blanc, comme une dentelle sur le marbre. Du jamais vu. Du grandiose. Sous les manteaux de fourrure, de sublimes vêtements restituent le faste de la cour de Russie au XVIIe siècle, car, en souvenir du temps des boyards, les invités sont tenus de porter des costumes de l’ancienne Russie.

Pourtant, cet événement grandiose marque la fin d’une époque. C’est le dernier grand bal costumé. Une Russie hostile commence à regarder à travers les fenêtres du palais, le couple impérial va bientôt vivre un drame avec la maladie de leur héritier… mais cela est une autre histoire.

Ce 13 février 1903, tous les participants portent des costumes inspirés de l’époque du deuxième tsar de la dynastie Romanov, Alexis Mikhaïlovitch (XVIIe siècle). Ces costumes ont été créés d’après les esquisses du peintres Sergei Solomko, et réalisés avec les meilleurs brocards, des soies de Venise, tous brodés d’or et garnis de pierres précieuses, diamants, rubis, saphirs que les élégantes ont fait dessertir de leurs parures pour les broder sur des sarafans de velours.

23 janvier 1883 chez le grand duc Vladimir Alexandrovitch

Tous les invités se bousculent, se poussent du coude, pour apercevoir la famille impériale, on reconnait l’empereur Nicolas II dans le costume du tsar Alexis Mikhaïlovitch, l’impératrice Alexandra Fédorovna portant un costume inspiré de celui de la tsarine Marie Ilinitchna Miloslavskaïa, le grand-duc Michel Alexandrovitch, la grande-duchesse Xénia Alexandrovna, la grande-duchesse Marie Pavlovna, le grand-duc Andreï Vladimirovitch, le grand-duc Serge Alexandrovitch.

A la demande du maître des cérémonies de la Cour, les invités furent priés de se faire photographier par les meilleurs photographes de l’époque, présents à Saint-Petersbourg, dans leur costume d’époque afin de laisser un souvenir de l’événement. L’imprimerie d’État édita ensuite, en 1904, un album dans un luxueux, tiré à quelques centaines d’exemplaires et vendus au profit d’œuvres de bienfaisance. Aujourd’hui, maigre trésor emmené en émigration, quelle est la famille russe qui n’a pas dans un tiroir des photos sur carton jauni de parents ou grands-parents en costume d’inspiration byzantine, souvenirs d’un temps à jamais révolu ?

Le bal de 1903 à la cour de Russie

Le dernier bal impérial – Chaliapine chante Boris Godounov

Le 11 février 1903 est donnée une grande soirée dans la grande salle du Palais d’Hiver.

Le concert donné au théâtre de l’Ermitage est un extrait de l’opéra Boris Godounov (Бори́с Годуно́в) de Modeste Moussorgski sur un livret russe du compositeur, basé sur le drame du même nom d’Alexandre Pouchkine et sur l’Histoire de l’État russe de Karamzine, avec dans le rôle titre Fiodor Ivanovitch Chaliapine (en russe : Фёдор Иванович Шаляпин) une vedette dans la Russie des Tsars !

Chaliapine dans le rôle de Boris Godounov dans l'opéra éponyme (Photo de Sergueï Prokoudine-Gorski 1915)

Chaliapine dans le rôle de Boris Godounov dans l’opéra éponyme (Photo de Sergueï Prokoudine-Gorski 1915)

Chaliapine était considéré comme la plus grande basse slave de son temps, et ses successeurs les plus illustres (Mark Reizen, Boris Christoff, Nicolaï Ghiaurov) ont tous été jugés — avec sévérité — à son aune. Ses interprétations de Boris Godounov et de Dossiféï (personnages de Modeste Moussorgski) et de Salieri (dans l’opéra Mozart et Salieri de Nikolaï Rimski-Korsakov) sont toujours considérées comme immortelles.

Puis, Riccardo Eugenio Drigo (né le 30 juin 1846 à Padoue, compositeur et chef d’orchestre italien qui travailla longtemps au Théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg dirigea Le lac des cygnes de Thaikovsky avec la danseuse Anna Pavlova.

Anna Pavlova

Le spectacle fut suivi d’un diner de gala et d’un bal.

Bal à Saint-Petersbourg, 23 janvier 1883

En Janvier 1883, le grand-duc Vladimir Alexandrovitch et sa femme ont organisé un bal dans le «style russe». L’empereur Alexandre III était un ardent russophile très attaché à l’idée du nationalisme russe.

Grand-duc Vladimir Alexandrovitch et sa femme Maria Pavlovna.

23 janvier 1883 chez le grand duc Vladimir Alexandrovitch

Le grand-duc Vladimir Alexandrovitch était vêtu d’un costume de Boyar du XVIIème siècle, en velours vert foncé et garni de fourrure de martre, un chapeau de Boyar, chemise en soie, la ceinture et le col étaient parsemés de pierres précieuses

Grand-duc Vladimir Alexandrovitch

La grande-duchesse Maria Pavlovna avait revêtu un costume de la même époque. Sur sa tête elle avait posé un kokoshnik. Ce kokoshnik, et le manteau de brocart brodé d’or étaient parsemés de pierres précieuses et de perles de couleurs.

23 janvier 1883 chez le grand duc Vladimir Alexandrovitch

23 janvier 1883 chez le grand duc Vladimir Alexandrovitch

23 janvier 1883 chez le grand duc Vladimir Alexandrovitch

L’impératrice Maria Feodorovna était vêtue d’un coûteux brocart d’or orné d’émeraudes, de diamants, de rubis, de perles et d’autres bijoux. Le manteau de brocart à fleurs d’or et garni de manches de fourrure de martre. Elle portait sur la tête une couronne d’argent posée sur un coussin en fourrure de  zibeline parée et ornée de gros diamants, d’émeraudes et de perles de grande taille. L’impératrice Maria Feodorovna disait que sa belle robe était incroyablement étouffante et lourde.

23 janvier 1883 chez le grand duc Vladimir Alexandrovitch

Ce bal a réunis 250 invités de la noblesse qui étaient accueillis, dans le grand escalier, par des serviteurs, également costumés avec des costumes traditionnels des régions de toutes les Russies.

Le bal a commencé avec une polonaise, puis une mazurka.

Ensuite, il y eu le dîner, au cours duquel la musique et la chorale ont interprété uniquement de la musique russe.

Enfin la danse a repris par le fameux cotillon et la fête s’est terminée au delà de 4 heures. L’empereur quitta la soirée après le dîner, et sa femme, comme d’habitude, n’a pas pu résister à participer jusqu’à la fin de la soirée.

Le bal de 1883 à la cour de Russie

Zinaida Beauharnais, grand amour du grand-duc Alexeï Alexandrovitch, était également présente en femme fatale, et le luxe de sa tenue n’avait rien à envier à celui de ses hôtes.  Elle portait une robe de femme de boyard, bleu parsemé de diamants et de perles.

Zinaida Beauharnais

Le bal des Romanov

La cour de Russie était réputée pour sa magnificence. La fête bat son plein en ces 11 et 13 février 1903 dans la grande salle de bal du palais d’Hiver de Saint-Saint-Pétersbourg.

Photo de groupe au bal de 1903

Des milliers d’invités parmi les plus hauts dignitaires de la cour, dont le tsar Nicolas II et son épouse, Alexandra Feodorovna, dansent en costume traditionnel russe du XVIIème siècle. Ils commémorent le célèbre bal qui s’est tenu 20 ans plus tôt. Mais l’élite de l’aristocratie impériale ne sait pas qu’il s’agit du dernier bal costumé des Romanov.

Ces bals en costumes de la « Russie ancienne » ont été des évènements marquants de cette époque.

Tous les participants portaient des costumes inspirés de l’époque du deuxième tsar de la dynastie Romanov, Alexis Mikhaïlovitch (XVIIe siècle). Des costumes d’avant la réforme vestimentaire imposée par Pierre le Grand.

Pour ces bals, les ateliers spécialisés ont produit brocarts et velours vénitiens, tissus d’or et d’argent. Les joyaux, pierres, perles, dentelles, broderies anciennes ont été largement utilisé.

Nous avons retrouvé pour vous de nombreux documents d’époque, ainsi que des informations inédites pour les costumes. De quoi émoustiller votre imagination pour les prochains Carnavals de Venise pour l’année de la Russie en Italie…

Suivez donc attentivement notre blog pour tout apprendre sur les merveilleux costumes de la cour du dernier Tsar de toutes les Russies

ou

Tous les articles des derniers mois…