Les frères Bandiera

25 Luglio 1844

Les frères Bandiera appartiennent à une famille noble de Venise. Ils sont les fils du baron Francesco Bandiera, amiral, et d’Anna Marsich. À leur tour, ils seront officiers de la marine austro-hongroise.

Attilio Bandiera est né à Venise le 24 mai 1810, son jeune frère Emilio Bandiera est né dans la cité lagunaire le 20 juin 1819.

Les frères Bandiera adhèrent aux idées de Giuseppe Mazzini et fondent une société secrète, l’Esperia. Ils font de la propagande auprès des officiers et des hommes de troupe de la marine autrichienne, presque tous italiens. Attilio prévoit de saisir un navire de guerre, la frégate Bellona, pour bombarder la ville de Messine. Après avoir été trahi par un informateur, il fuit vers Corfou et sera rejoint par son frère le 13 juin 1844.

Les frères Bandiera, encouragés par Mazzini, sont déterminés à fomenter un raid sur la côte calabraise. Ils rassemblent un groupe d’une vingtaine d’hommes prêts à sacrifier leur vie dont le barese Vito Infante, le brigand calabrais Giuseppe Melusi et le corse Pietro Boccheciampe. Ils mettent le cap sur leur destination le 12 juin 1844. Quatre jours plus tard, le 16 juin 1844, ils débarquent en Calabre à l’embouchure de la rivière Neto, près de Crotone dans l’intention d’aller à Cosenza libérer les prisonniers politiques et émettre leur proclamation.

Ils sont trahis par un membre de leur groupe, Boccheciampe, et par des paysans qui voient en eux des pirates turcs.

La recherche des rebelles par les gardes civiques des Bourbons commence immédiatement. Lorsque le petit groupe se trouve devant les portes de San Giovanni in Fiore, il est repéré par les gardes civiques, et après un court combat qui a lieu vers le lieu-dit la Stragola, ils sont capturés, à l’exception du brigand Giuseppe Melusi qui connaît très bien la région étant lui-même originaire de San Giovanni in Fiore

Les prisonniers sont présentés devant la cour martiale qui les condamne à mort. Le roi Ferdinand II se montre sévère et en gracie peu, les frères Bandiera avec sept autres compagnons, Giovanni Venerucci, Anacarsi Nardi, Nicola Ricciotti, Giacomo Rocca, Domenico Moro, Francesco Berti et Domenico Lupatelli sont fusillés dans le vallon de Rovito le 25 juillet 1844, ils tombent aux cris de « Viva l’Italia! ».

Les corps des neuf fusillés sont enterrés dans l’église de Sant’Agostino, puis dans la cathédrale de Cosenza. Ceux des frères Bandiera et de Domenico Moro retournent à Venise le 18 juin 1867, environ un an après la libération de Venise à l’issue de la troisième guerre d’Indépendance. Les trois dépouillent sont enterrés dans la basilique de San Zanipolo.

Bibliographie :

  • Anita Frugiuele, Chi per la patria muor. Cosenza, Le Nuvole, 2004.
  • Alessandro Conflenti, I fratelli Bandiera e i massacri di Cosenza del 1844, Cosenza, Tipografia Bruzia, 1862.
  • Alessandro Conflenti, Commiato di Cosenza alle ceneri dei fratelli Bandiera e Domenico Moro, Cosenza, SN, 1867
  • Carlo Alberto Radaelli; Storia dello assedio di Venezia negli anni 1848 e 1849. Napoli, 1865.
  • Felice Venosta, I fratelli Bandiera e loro compagni martiri a Cosenza: notizie storiche, Milan, C. Barbini, 1863.
  • Mauro Stramacci, La vera storia dei fratelli Bandiera. Roma, Mediterranee, 1993.
  • Riccardo Pierantoni, Storia dei fratelli Bandiera e loro compagni in Calabria. Milano, Cogliati, 1909.
  • Salvatore Meluso, La spedizione in Calabria dei Fratelli Bandiera. Soveria Mannelli (Catanzaro), Rubbettino Editore, 2001.

 Mauro Stramacci, La vera storia dei fratelli Bandiera

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :