La Biennale de la Contestation

Biennale 1968 - 100

Ce 18 juin 1968, les portes de la Biennale d’Art de Venise devaient s’ouvrir pour la presse et la critique, mais le spectacle qui s’offrit aux yeux de ces premiers visiteurs fut très différent de leurs attente.

De nombreuses sales sont fermées, ou vides, les quelques œuvres exposées ont été retournées ou jetées à terre.

Les portes du pavillon de l’URSS sont verrouillées, les fenêtres de celui de la Suède ont été recouvertes de rideaux et un écriteau indique « Dans les conditions actuelles de la Biennale, nous ne pouvons pas ouvrir notre exposition« . L’accès au pavillon de la France est barré par des affiches avec des slogans sur les évènements de mai.

Les artistes italiens Gastone Novelli et Lorenzo Guerrini ont remplacé leur exposition par es carrés sur les bords desquels ont peut lire des phrases comme « La Biennale est fasciste« .

Biennale 1968 - 006

Aux inutiles protestations des critiques d’arts, les artistes répondent : « Les œuvres sont à moi et j’en fait ce que je veux« .

Le vent de la révolte de 1968 souffle sur Venise et les artistes remettent en question le passé fasciste de la Biennale largement récupérée par Mussolini.

Biennale 1968 - 001

Au cours de la matinée, les artistes, rejoints par des étudiants, réunis en assemblée à l’Academia delle Belle Arti, décident de partir en cortège vers les Giardini de Castello. Mais ils sont arrêtés par la police avant d’avoir atteint leur objectif.

Dans l’après-midi, ils s’attaquent alors à plusieurs monuments emblématiques de Venise (Ca’ Pesaro, Ca’ Rezzonico, Palazzo Ducale, Galeria d’Arte Moderna), dans le but de les occuper. Mais ils sont repoussés ou violemment évacués par des dizaines de policiers.

Biennale 1968 - 003

La manifestation s’est ensuite dirigée vers la piazza San Marco.

Biennale 1968 - 004

Le conflit a continué, et la soirée d’inauguration n’a pas pu se faire : 18 artistes italiens sur les 22 ont, les espagnols et les scandinaves, ont retiré leurs œuvres pour protester contre les violences policières.

La Biennale a bien ouvert au public le 21 juin, mais de manière purement formelle puisqu’il n’y avait presque rien à voir.

Biennale 1968 - 005

« La Biennale é lo strumento della borghesia per codificare una politica di razzismo e di sottosviluppo culturale attraverso la mercificazione delle idee » (La Biennale est l’instrument de la bourgeoisie pour codifier une politique raciste et de sous-développement culturel à travers la marchandisation des idées).

Biennale 1968 - 002Emilo Vedova, sur la piazza en juin 1968

 Lire également : « Storia della biennale 1895-1982« , P. Rizzi, E. di Marchio, ed. Electra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :