Bataille d’Agnadel

Le 14 mai 1509, la République de Venise est vaincue à Agnadel, non loin de Milan, par la coalition de pays regroupés dans la Ligue de Cambrai, à savoir le pape Jules II, le roi de France Louis XII, l’empereur d’Allemagne Maximilien Ier et le roi d’Aragon Ferdinand.

Bataille d'Agnadel, Pierre-Jules Jollivet (1837)

Le 15 avril 1509, l’armée française menée par Louis XII quitte Milan et s’enfonce en territoire vénitien. Pour entraver sa progression, Venise lève une armée de mercenaires commandée par les cousins Orsini, Bartolomeo d’Alviano et Niccolò di Pitigliano, qu’elle stationne devant Bergame. Les Orsini ont reçu l’ordre d’éviter toute confrontation directe et de s’en tenir à des démonstrations et des escarmouches pour harceler l’ennemi.

Pourtant, le 9 mai, Louis XII de France, à la tête de 30 000 hommes dont 6 000 Suisses et 2 000 cavaliers, fait traverser à son armée l’Adda à hauteur de Cassano d’Adda. Alviano et Pitigliano, dont l’armée, de force égale, campe sous les remparts de Treviglio, hésitent sur l’attitude à tenir : Alviano est partisan d’enfreindre les consignes des doges et d’attaquer de front l’envahisseur ; mais finalement ils se décident à décrocher sur le Pô afin de tenir des positions plus solides.

Le 14 mai, alors qu’il faisait marche vers le sud, Alviano se heurte à un détachement français commandé par Charles d’Amboise, qui stationnait ses troupes autour du village d’Agnadel. Alviano range son armée, environ 8 000 hommes, en ordre de bataille, sur un coteau surplombant un vignoble. Les Vénitiens engagent l’action et se heurtent à l’avant-garde Française. Chaumont-d’Amboise répond par une charge de cavalerie, puis fait monter les piquiers suisses à l’assaut, mais ses troupes sont ralenties dans l’ascension de la colline par le franchissement d’un fossé de drainage et par la pluie. Dans ces conditions, les positions vénitiennes soutiennent le premier choc.

Lorsque Pitigliano, qui est déjà plusieurs kilomètres au sud, reçoit un message d’Alviano l’appelant à la rescousse, il fait répondre qu’il vaut mieux interrompre la bataille, et quant à lui, poursuit sa marche vers le sud.

Dans l’intervalle, le gros de l’armée française, dirigé par Louis XII, arrive à Agnadel et encercle Alviano et son armée. Les bataillons français et vénitiens se combattent dans une terrible mêlée, sans pouvoir presque se reconnaître, et dans un tel tumulte que les ordres sont à peine entendus par les soldats. Le roi Louis ayant fait disposer son artillerie dans les broussailles, hors de la vue des ennemis, la fit tirer, éclaircissant les rangs Vénitiens. Il fit ensuite donner ses gens d’armes, mettant en fuite les forces ennemies.

Les Français, notamment le chevalier Bayard, s’illustrent aux côtés de leurs alliés. La cavalerie vénitienne s’enfuit, puis en l’espace de trois heures, l’armée vénitienne est détruite et compte 4 000 morts, cependant qu’Alviano, blessé, est fait prisonnier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :