Collegio alle Acque

On se souvient que, au XVIème et au XVIIème siècles, la création d’îles artificielles, pour y décharger les matériaux générés par les travaux de terrassement et la création de digues de grisiole avaient modifiés les débits des courants et les échanges d’eau dans les lagunes méridionales et centrale, mettant en péril l’équilibre même de la lagune.

Des enseignements de l’histoire que l’on semble avoir, pourtant, déjà oublié et fait table rase, aujourd’hui où les dégâts engendrés par le canal de pétroliers n’est pas suffisant, et quand, Paolo Costa, veut, encore, créer un nouveau canal, qui obligera à édifier de nouvelles îles artificielles, et modifiera de manière imprévisible l’équilibre de la lagune.

Le 14 avril 1662, en attendant que le sénat prenne des décisions définitives sur les sites d’entreposages des matières, le creusement des canaux et les concessions de pêche, le Collegio alle Acque, suspend toutes les licences d’élevage et de pêche dans les vallées de Cornio Sette morti, Riolo, Torson et Valle Grande.

Le Collegio alle Acque, créé en 1501, était composé de quinze membres, tous sénateurs, pour veiller sur la gestion et le respect de sa lagune. C’est l’ancêtre du Magistrato alle acque nella Repubblica di Venezia, qui existe encore de nos jours, sous une forme différente, mais sous le même nom. Cet organisme est devenu un service de l’État italien, responsable de tout le bassin versant d’Italie nord-orientale.

Magistrato_alle_acque_di_Venezia_(logo).svg

Les commentaires sont fermés.

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :