Sigismond le Riche, régent du Tyrol

L’archiduc Habsbourg d’Autriche Sigismond d’Autriche, dit Sigismond le Riche fut régent du Tyrol de 1446 à 1490.

En 1487, Jakob II Fugger devint son banquier et créancier.

Sigismond a été facilement influencé par les mauvais conseils de ses ministres et proches. En Mars 1487, il conclu une guerre inutile avec la République de Venise, parfois appelé la guerre de Rovereto. Les forces armées tyroliennes ont rapidement conquis des mines d’argent dans la vallée Valsugana détenue par Venise, minerais qui fut employé pour frapper une grosse pièce d’argent valant un florin d’or ou gulden (guldiner ; Guldengroschen) à Hall (ville proche de Innsbruck en Autriche).

Guldengroschen

Le 13 avril 1487, l’archiduc du Tyrol Sigismond a donné l’ordre d’emprisonner 130 marchands vénitiens qui étaient venus participer à la foire de Bozen et de confisquer tous leurs biens et marchandises. Les sujets de Sigismond, privés par cette guerre du commerce avantageux qu’ils faisaient avec Venise, murmuraient ouvertement contre leur souverain, qu’ils accusaient de les sacrifier à son ambition.

L’armée du Tyrol a pris d’assaut le col de Calliano et plus tard assiégé le château de Rovereto, dans le Trentin, en utilisant une grosse bombarde, l’une des premières fois qu’un tel armement, si gros, était utilisé lors d’une guerre. La guerre a continué pendant tout l’été, mais a fini sans victoire décisive pour les deux parties. Le condottiere Roberto Sanseverino fut une des victimes remarquables de cette guerre.

En 1490 l’opposition de la population du Tirol éclata avec tellement d’aigreur qu’on craignit une révolte. Ceux des ministres du Prince qui lui avaient conseillé la guerre avec le plus d’ardeur furent les premiers à le persuader à signer la paix avec Venise.  Sigismond contraint de céder et de renoncer au fruit de ses victoires, employa la médiation de l’empereur Frederic.

Les vénitiens qui ne s’étaient engagés dans cette guerre que contrains et forcés, acceptèrent sans difficulté la proposition qu’on leur fit : que tous les prisonniers soient libérés sans rançon, que les limites redeviennent celles d’avant le conflit, et que tous les dommages soufferts par les marchands vénitiens arrêtés à la foire de Bolzano soient réparés dans l’espace d’un mois. Le traité fut signé le 13 novembre.

Après cela, Sigismond du céder la régence du Tyrol à l’archiduc Maximilien Ier, qui devint plus tard empereur Saint Empire Romain Germanique.

Les commentaires sont fermés.

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :