Venise et Chypre

Le sénat vénitien décide, le 28 mars 1474, de considérer Chypre comme une possession de la République de Venise.

Reine de Chypre

Il établit une constitution confirmant la Reine dans ses titres mais confiant la réalité du pouvoir politique à des conseillers nommés directement par le Sénat vénitien.

L’administration vénitienne fut marquée par une reprise en main de Chypre, fortement menacée par les Ottomans. Elle relança la construction publique, avec principalement la réalisation de puissantes fortifications, mais aussi des travaux ponctuels sur les édifices religieux (restauration de Sainte-Sophie après le tremblement de terre de 1491, reconstruction de la cathédrale grecque de Nicosie, édification du monastère d’Ayia Napa, par exemple).

Hasard du calendrier, c’est, moins d’un siècle plus tard, le 28 mars 1570 que se présente au Collegio un envoyé du Sultan Selim II qui présente un ultimatum pour la restitution de l’île de Chypre.

Bien entendu, la Sérénissime rejette la demande.

Mais, malgré ses efforts, elle ne put empêcher les Ottomans de débarquer à Chypre en 1571. Ceux-ci ne rencontrèrent pas vraiment de résistance jusqu’à Famagouste, qui ne se rendit en 1571 qu’après un siège long et héroïque. La perte de Chypre entraîna la constitution d’une grande coalition des puissances occidentales qui prit sa revanche la même année à Lépante.

Les commentaires sont fermés.

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :