Bartolomeo da Mortegliano, prêtre et traitre

Dans la lutte qui a opposé Venise et Maximilien d’Autriche dans sa tentative de conquête de tout le Frioul, la prise de Marano était un objectif important.

Cet endroit, déjà fortifié par la nature, car au milieu de marécages et de lagunes, avait été admirablement fortifié par les vénitiens.

En, 1513, le noble dalmate Cristoforo Frangipane, au service des troupes impériales avait appris que son ennemi juré, le lieutenant Nicolò Tiepolo, homme énergique et infatigable, avait été rappelé de Marano, laissant le fort avec une petite garnison peu appropriée. Profitant alors de cette bonne occasion, il quitta Gorizia tôt le matin avec 400 chevaux et 600 fantassins.

Arrivé à proximité de la ville, il envoya un signal à Bartolomeo da Mortegliano, un prêtre qui se présenta à Marano avec l’excuse d’en emporter des biens qui lui appartenaient, réussit à entrer dans la ville avec l’aide et le consentement de son ami Alessandro Marcello. Puis, par trahison, il ouvrit les portes de la ville aux troupes de l’Empire qui y pénétrèrent et s’emparèrent facilement de la forteresse le 13 décembre 1513.

Puis ce prêtre traitre à la Sérénissime, tenta de renouveler son exploit à Portogruaro, mais il fut découvert et arrêté, transporté enchaîné à Venise où il fut présenté devant la terrible Inquisition d’État.

D’abord condamné à mort, il fut livré, le 18 mars 1514 à l’autorité ecclésiastique pour y être défroqué, et que le clergé se charge de le faire disparaître à jamais.

Frangipane

Les commentaires sont fermés.

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :