Coiffure aux champignons

Les coiffures des vénitiennes furent diverses selon les époques. Au début, elles portèrent des coiffures abondantes, ensuite elles tressèrent leur cheveux et les serraient autour d’une petite couronne d’or (ou simili or). Plus tard, elles firent des tresses entortillées en forme de cône sur la nuque.

Il y a cinq siècles, au milieu du XVème siècle, les courtisanes vénitiennes avaient inventé la coiffure au champignon, immortalisé par le pinceau de Vettor Carpaccio, soulevant les cheveux sur le dessus de la tête et laissant cou nu.

Ludovico Pozzoserrato

Nous disposons d’une mémoire que Venise avait été mis en place, les archives des magistrats. Déjà en 1360, un bordel existait eu cœur de la ville, près du marché Rialto. G. Tassini écrit : Depuis 1358, il est  prescrit que les Capi di Sestiere doivent trouver un local à Rialto pour les prostituées. Il a été décrit en 1360, un groupe de maisons dans la paroisse de San Matteo, surnommé Castelletto, qui devait être sous la supervision de six gardiens, et devait fermer tous les soirs après la troisième cloche de San Marco, et ne jamais ouvrir pour les grandes fêtes religieuses.

Ludovico Pozzoserrato4

Les prostituées devaient obéir à certaines matrones, qui percevaient la rémunération en espèces, puis, à la fin de chaque mois, les divisaient entre chaque fille.

Peut-être importé de l’Orient, avec lequel le trafic était grand, le vice de la sodomie faisait rage chez nous dans les temps anciens. Il était devenu très risqué pour un jeune garçon de s’aventurer la nuit dans les rues, si mal éclairées à l’époque, comme peut le prouver l’exemple d’un certain Vettore Foscari, qui, en 1482, fut victime dans la calle della Bissa, à San Bartolomeo des envies malhonnêtes de Bernardino Correr.

Ludovico Pozzoserrato3

Les décrets du gouvernement n’arrivaient nullement à endiguer le phénomène. Pas plus que les charmes et les minauderies des prostituées, qu’on voyait prendre des poses négligées, provocantes. Qu’imaginèrent alors les malheureuses ?
Il ne leur était pas permis de s’habiller à la manière des hommes. Elles adoptèrent donc une coiffure qui, en quelque sorte, les faisaient leur ressembler et caresser ainsi les passions de l’époque.

Ce fut la fameuse coiffure au champignon (Pettinatura al fungo), ainsi appelée parce qu’elle rassemblait les cheveux sur le front de manière à former un toupet ressemblant à un champignon.

La nouveauté ne plût cependant pas au conseil des Dix qui l’interdit par la loi du 14 mars 1470, en recommandant aux curés de paroisse de chercher à éradiquer la coutume établie par l’intermédiaire des confesseurs et d’édits placardés à la porte des églises.

Ludovico Pozzoserrato2

Ludovico Pozzoserrato1

Les commentaires sont fermés.

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :