Une énorme tempête venue du nord…

« Le soir, l’eau du canal crût au dessus des quais de presque un bras. Beaucoup de puits furent endommagés et les ateliers et boutiques de verre, ici à Murano, en souffrirent aussi beaucoup. L’eau commença à monter vers minuit et monta jusqu’à sept heures de la nuit, avec une grande tempête de vent. Et il faisait nuit noire, de sorte que c’était effrayant à voir. J’allais en barque jusqu’à San Bernardo, par les rues. On allait aussi sur les quais avec des bateaux et des barques, ainsi que dans les boutiques ».

Storm at Sunset - Joseph Mallord William Turner

Dans son journal, Diaro di Murano, Francesco Luna raconte ainsi l’effrayant spectacle auquel il a assisté.

Dans la nuit du 9 mars 1502 « une énorme tempête venue du nord, avec de la pluie, du vent et de la neige » touche la lagune.

Marino Sanudo, dans sa chronique (I diari, po. cit. vol. 20, col. 138) raconte que tous les pêcheurs ont vu les campaniles de Venise, de Murano et de Torcello qui semblaient en flamme.

Andrea Camo s’amuse de ces caprices météorologiques dans une lettre qu’il envoie à Bortoliamo de Salis, un de ses amis :

« Je peux dire que, presque en un instant, est arrivé l’ambassadeur du déluge, poussé par la rage du vent grec du Levant…
… l’eau montant en moins de trois heures au dessus de tout le Lido, d’un bout à l’autre, coulant navires et barques, tuant les oiseaux et noyant les poissons dans les bassins, l’eau montant tellement que dans tout Venise on allait en pataugeant, trois bras au dessus des quais, gâtant les marchandises, ruinant les boutiquiers, inondant les blés, abîmant au final tout type de créature…
… Chioggia tremblait d’être aspirée par le courant jusqu’à Altino ; Pelestrina s’était déshabillée en chemise pour nager vers un lieu plus sûr ; Poveglia avit chaussé ses bottes pour s’échapper entre les canaux ; Murano avait pris ses courges sous les aisselles et commençait à pactiser du côté de Tessera ; Mazzorbo, Torcello et Burano, à califourchon sur des barques, munies de harpons, allaient se réfugier vers Grassaga ; Jesolo courut se sauver sur la tour de Sant’ Erasmo ».

 Dopo la tempesta - Antonio Sinisgalli

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :