Chi per la gloria muore

Carlo Coccia est un compositeur italien né le 14 avril 1782 à Naples. Il étudie la composition et le chant à Naples, où il est nommé pianiste de Joseph Bonaparte. Il s’affirme à Venise avec Clothilde en 1815.

Le 21 février 1826, au Gran Teatro La Fenice de Venise, est représenté pour la première fois son opéra Donna Caritea, reine d’Espagne, avec la musique de Saverio Mercadante sur un livret du cavaliere Paolo Pola.

Le succès retentissant est déterminée par le chœur : « Qui est mort pour la gloire » qui deviendra le chant des jeunes martyrs du Risorgimento italien, une fois convenablement adapté par les frères Attilio et Emilio Bandiera, deux jeunes de Venise, officiers déserteurs de la marine autrichienne et ayant rejoint la jeune Italie (l’association dissoute dans les années 30 et refondée par Mazzini en 1840)  :

Chi per la patria muor
vissuto è assai
la fronda dell’allor
non muore mai.
 
Piuttosto che languir
sotto i tiranni
meglio è per noi morir
sul fior degli anni.
 .

Plutôt que de croupir sous les tyrans il est préférable pour nous de mourir à la fleur de l’âge

Les frères Bandiera, faits prisonniers près de Cosenza le 25 juillet 1844 sont effectivement montés sur l’échafaud en chantant ce refrain, Chi per la patria muor vissuto è assai!, détourné à leur manière… et qui est, encore de nos jours, joué tous les ans, pour le premier janvier, à La Fenice, en hommage aux héros vénitiens morts pour la liberté, devant un parterre de parvenus conservateurs pour qui cela reste encore un affront.

Les commentaires sont fermés.

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :