La révolte des boules de neige

Les histoires de la Sérénissime vantent d’ordinaire l’habileté politique des doges, louent les réussites des marchands, ou l’art de vivre dans la cité de Casanova.

Le 27 janvier 1511 le « podestat » Vitale Vitturi quitte sa charge en recevant son successeur Giacomo Suriano. La passation des pouvoirs se fait à l’intérieur de l’église Santi Maria e Donato. À leur sortie, sur le campo l’usage serait d’applaudir les podestats ; au lieu de quoi les habitants leur jettent des boules de neige, certains depuis le campanile, visant avec application Vitturi tandis qu’au milieu du brouhaha amplifié par les cloches s’élève un chant hostile, rimé et satirique : « Surian, Surian / Caccia via questo can / Che ha ruinato Muran ». Et le podestat humilié de se hâter vers sa gondole pour regagner Venise par le traghetto le plus court.

Scandale pour les autorités ! Venise bafouée à travers la personne du podestat ! Une enquête débouche rapidement sur la mise en accusation du crieur public Antonio Malcanton, du pêcheur Jacopo Cagnato, et de quatre autres personnes du petit peuple. Seront-ils emprisonnés ? bannis ? En fait, le crieur sera relaxé et les autres acquittés. Alors, beaucoup de bruit pour rien ?

Avec “La révolte des boules de neige” l’historienne Claire Judde de Larivière se livre à un brillant exercice de micro-histoire en utilisant principalement les archives du procès qui a suivi l’incident et en se fondant sur l’apport des sciences sociales pour interroger cette révolte populaire qui n’en est pas vraiment une.

L’auteure examine ce modeste événement sous différents angles. La géographie de Murano à la fois proche et différente de Venise, ses activités économiques dominées par l’industrie du verre qui y est localisée depuis le XIIIème siècle, la composition diversifiée d’une société urbaine de peut-être 5 000 personnes, la vie quotidienne, et bien entendu le rude contexte hivernal et l’état de guerre qui contraint Vitturi à trouver des hommes et des barques pour servir Venise. Tout est bon pour alimenter les finances de Murano : Vitturi multiplie les tracasseries administratives et les amendes en s’appuyant sur le statut de 1502. Pêcheurs et verriers, quoique rivaux, sont remontés contre le podestat issu de la petite noblesse vénitienne réputée dédaigneuse du « popolo ». Les habitants de Murano ont la réputation de savoir résister aux autorités et d’être bagarreurs. Pourtant ils n’iront pas plus loin que l’ébauche d’une révolte, une sorte de charivari en temps de carnaval, ils ont su rester dans les limites de ce que leur modeste expérience politique locale leur avait appris.

Finalement le lecteur se sent très proche de ces Muranais d’il y a cinq-cents ans ; ils deviennent presque familiers avec leurs querelles professionnelles et de voisinage. En recourant aux citations, souvent en dialecte vénitien, Claire Judde de Larivière réussit à rendre vivant ce travail sur des archives que l’humidité des lieux a quelquefois détériorées.

Claire Judde de Larivière. La révolte des boules de neige. Murano face à Venise, 1511. Fayard, 2014, 350 pages.

La révolte des boules de neige

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :