Quand Venise réprimait la fraude électorale

On découvre que trente-sept rejetons des plus grandes familles patriciennes de Venise, tous enregistrés dans le Livre d’Or, se sont entendus pour se soutenir mutuellement, et se garantir ainsi une belle carrière publique.

Le 18 janvier 1432, leur chef, Marco Cicogna est condamné au bannissement perpétuel.

Mais on trouve également, condamnés à cinq années de bannissement, un Contarini, Barbarigo et Pisani, et à un an de bannissement, un Venier, Soranzo et Venier…

Le Conseil des X rappelle ainsi à tous que la fraude, mais également la simple propagande électorale sont interdits dans la République de Venise, et que faire partie du Grand Conseil, uniquement pour s’asseoir et le plaisir ne sont pas une fin en soit.

Des règles qu’il serait bon d’appliquer encore de nos jours, surtout en cette année d’élections à Venise suite à la corruption prouvée du dernier magistrat de la ville.

(c) Roebuck Collection; Supplied by The Public Catalogue Foundation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :