Zendàl

Cittadina Veneziana in zendàl (1783) "Dodici abiti veneziani del Settecento"

Cittadina Veneziana in zendàl (1783)
« Dodici abiti veneziani del Settecento »

Ce châle a été porté par toutes les vénitiennes pendant plusieurs siècles, et, encore, au début du siècle dernier comme peut en témoigner la photo ci-dessous.

Veneziani in zendàl

En 1761, il fut concédé à Giovanni Zivaglio, le droit de « fabbricare fazzoletti come si usano nelle Indie e portati anche dalle donne dello Scià di Piersia« . C’est donc un vêtement venu des Indes qui devint à la mode à Venise, tels que le portaient à l’époque, les femmes du Shah de Perse. En réalité, ces fazzoletti n’avaient rien de châles (en italien scialli, un nom dérivé de Scià – Shah). Ils deviendront des zendali probablement en raison de leur origine indienne où ils étaient appelés Sindhu (mot indien d’où, entre-parenthèse, vient le nom italien du Saint-Suaire, ici dénommé sindone). Puis, par altération, le mot zendale est devenu dans la langue populaire sendale, cendale et, en vénitien, zendàl.

Ils ont, dans un premier temps, existé en tissus de soie, ou en dentelle fine, de différentes couleurs et avec de longues franges.

Les femmes des milieux populaires en ont utilisés, en laine, par la suite.

Banco lotto

Selon une légende, tous ces châles vénitiens sont devenus noirs, en signe de deuil, après la défaite de la guerre de libération contre l’Autriche, pour protester contre la domination.

Les femmes vénitiennes étaient décrites grâce à un qualificatif : morbin qui illustrait bien leur esprit indépendant, leur vivacité, leur façon de se démêler entre des hommes entreprenants, sans compromettre quoi que ce soit.

Boccace les utilise dans ses novelle, tandis que Carlo Goldoni y fait des allusions marquées dans plusieurs de ses pièces et qui décrit si bien cette Marietta morbinose jeune, amusante et pleine de vie, qui plaisante avec le jeu de séduction de son amoureux, avant d’être prise à son propre piège, ou, la Locandiera, jeune femme énergique poursuivie par une foule d’admirateurs, qui réussit à repousser leurs attentions jusqu’au jour où elle rencontre celui qui la fait chavirer…

La pollivendola

L’expression typiquement vénitienne tacàr boton, pour décrire le début d’une relation amoureuse, viendrait de l’utilisation faite du zendàl quand une jeune fille, un peu trop timide, ou feignant de l’être, rencontrait un prétendant qu’elle aimait. D’un geste brusque, elle retournait le châle pour se découvrir une épaule, et les franges pouvaient alors faire de petits nœuds… ainsi se nouait peut-être, avec des fils de soie, une nouvelle relation entre un garçon et une fille.

Preuve, encore que même en Italie, et surtout à Venise, ville de l’amour, c’est toujours la femme qui choisit.

L'ultima parola

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. BRUN Christiane
    Nov 21, 2014 @ 10:23:59

    Je ne recevais plus votre article quotidien depuis un cetain temps, je pensais à une interruption de votre blog ou autre cause ???? Par contre les photos ne s’affichent plus, j’ai un petit carré avec une croix rouge et la place de la photo reste blanche. Peut-être avez-vous fait une mise à jour avec une autre version et que ça ne fonctionne plus comme avant (j’avais les photos)
    ChristianeB

  2. oliaiklod
    Nov 21, 2014 @ 10:39:52

    Il faudrait peut-être faire une mise à jour de votre logiciel de navigation sur Internet.
    Quand aux messages dans les boites e-mails qui ne sont plus reçus, cela vient des malveillants que notre blog dérangent et qui dénoncent nos messages comme des spams. Il vous faut donc signaler régulièrement à votre fournisseur de messageries que notre lettre n’est pas un spam.
    Il y a un an, une organisatrice de carnaval en France a osé demander à la justice d’interdire notre blog, comme quoi, « les cons ça ose tout« .

  3. Adriana Venier
    Nov 21, 2014 @ 11:18:07

    Mais enfin pourquoi vouloir faire interdire votre blog? Il est super intéressant, on y apprend plein plein de choses sur Venise. C’est passionnant. Je ne vois qui ça peut déranger. Il y a vraiment des abrutis partout!

  4. oliaiklod
    Nov 21, 2014 @ 11:22:07

    Nous avons le tord d’avoir parlé d’organisateurs de carnaval en France, qui ne nous semble pas d’une grande rigueur financière, au point de demander aux costumés qui participent de leur apporter des factures (d’essence, de train, de tissus) pour équilibrer les comptes de l’association. L’une d’entre elles a déjà été condamnée pour escroquerie, et nous avons osé en parler sur notre blog…

  5. Adriana Venier
    Nov 21, 2014 @ 12:22:40

    Et oui, bien sûr. Vous ne pratiquez pas la langue de bois et ça ne plaît pas à tout le monde. Pourtant, dans ce monde de magouilles et d’hypocrisie où l’argent dicte sa loi, il est important que certains osent parler vrai. Continuez sans vous laisser intimider, c’est vous qui avez raison.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :