La folie des hommes

Nous avions voulu en parler lors des cérémonies du cinquantenaire de la catastrophe, en 2013, et puis, comme ce drame n’avait pas, à notre avis, vraiment affecté Venise, et que le voyeurisme morbide attaché à ce genre d’évènements nous déplaît (n’oublions pas que Klod est une des nombreuses victimes de la catastrophe d’AZF à Toulouse), nous avions parlé d’autre choses. Toutefois, notre article d’hier sur Giuseppe Volpi comte di Misurata a éveillé la curiosité de nos lectrices et lecteurs. Comme le fruit de nos recherches, il y a un an, était tout prêt, nous avons donc décidé de tout vous dire dès aujourd’hui.

vajont

Italie, 1959, dans la vallée du Vajont, débutent les travaux du plus grand barrage d’Europe.

Carlo Semenza, le plus grand architecte de barrage au monde de la Società Adriatica Di Elettricità (SADE), réalise l’œuvre de sa vie, secondé par l’ingénieur Alberico Biadene responsable du projet, qui promet de transformer l’économie de l’Italie.

Malgré cela, un événement de fort mauvais augure survint lors de la construction du barrage de Vajont, un glissement de terrain au Barrage de Pontesei (ayant les mêmes caractéristiques géologiques), non loin de là, provoque une vague qui emporta un ouvrier de la SADE. D’autres études ont démontré que le Mont Toc, bordant le lac du Barrage du Vajont, risquait de s’effondrer dans la retenue d’eau artificielle, ce qui provoquerait une vague dévastatrice pouvant détruire les villages en contrebas du barrage.

Disastro Vajont

Seule une journaliste, Tina Merlin qui a bien pris conscience du danger, va tout faire pour empêcher la mise en service du barrage, mais malgré cela, les enjeux économiques sont énormes, et les travaux continuent…

Le barrage du Vajont (nom d’une rivière de la région), construit de 1956 à 1959, est situé au-dessus de Longarone, dans la province de Belluno, à 100 kilomètres de Venise, au pied du mont Toc en Italie.

La SADE (Società Adriatica Di Elettricità), société qui a construit le barrage, a affirmé que la géologie de la gorge avait été étudiée, y compris l’analyse d’éventuels glissements de terrain, on croyait ainsi que celui-ci serait suffisamment stable. Cependant, lors du remplissage du barrage on a pu constater une modification dans la roche ; un premier glissement de terrain a eu lieu le 4 novembre 1960. On a donc fait baisser le niveau du lac qui a alors été contrôlé attentivement. Les recherches ont conclu qu’une catastrophe était peu probable. Le lac fut entièrement rempli puis vidé à trois reprises.

À ce moment-là, l’Italie débutait une nationalisation des centrales électriques et la SADE était impatiente de vendre ce barrage au service public.

Le 9 octobre 1963 à 22 h 39, un glissement de terrain fait s’écrouler 260 millions de mètres-cubes de terres et de roches dans le lac de retenue du barrage, à plus de 110 km/h. Au passage, l’éboulement emporte les lignes d’alimentation électrique, plongeant ainsi Longarone dans le noir sur un kilomètre et demi. Deux vagues de 25 millions de mètres cubes d’eau chacune se propagent d’amont en aval du lac de retenue en débordant du barrage. La masse d’eau détruit les localités de Longarone, Pirago, Rivalta, Villanova et Faè, puis touche d’autres nombreux petits villages aux alentours (Castellavazzo, Erto e Casso…). On estime à environ 1 900 le nombre de personnes tuées par le méga-tsunami. Le barrage, lui, n’a pratiquement pas été endommagé.

Les signes avant-coureurs de ce glissement de terrain dûment mesurés chaque jour étaient suivis depuis des mois par les ingénieurs.

L’un des responsables du désastre se suicidera. La plupart des autres responsables politiques et techniques ont été absous faute de preuves, en dehors de l’ingénieur en chef du projet, Alberico Biadene, condamné à 5 ans de prison en 1977 (et ayant bénéficié d’une mesure de grâce au bout d’un an).

De ce drame, on a tiré un film : La Folie des hommes (titre original : Vajont – La diga del disonore), film franco-italien réalisé par Renzo Martinelli, sorti en 2001, avec :

  • Michel Serrault : Carlo Semenza
  • Daniel Auteuil : Alberico Biadene
  • Laura Morante : Tina Merlin
  • Jorge Perugorría : Olmo Montaner
  • Anita Caprioli : Ancilla
  • Leo Gullotta : Mario Pancini
  • Philippe Leroy : Giorgio dal Piaz
  • Jean-Christophe Brétigniere : Edoardo Semenza
  • Nicola Di Pinto : Francesco Penta
  • Federica Martinelli : Margherita
  • Eleonora Martinelli : Giannina
  • Maurizio Trombini : Desidera
  • Bruno Bilotta : Remo
  • Paco Reconti : Bertolissi
  • Antonio Fabbri : le professeur Ghetti

On peut consulter les dossiers spéciaux, en italien, sur les sites des médias de la péninsule :

Cimitero Vajon

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. M. Vaudenay
    Nov 20, 2014 @ 07:47:16

    bonjour
    je ne connaissais pas. C’est la vie de tous les jours, et cela nous touche beaucoup. Cela donne une dimension supplémentaire à la bio de Volpi.

  2. RANLIAL
    Nov 20, 2014 @ 08:29:10

    Très triste. C’est bien de rappeler cette catastrophe car cela permet de réfléchir aux conditions de sécurité actuellement, j’espère !
    Mais ???

  3. oliaiklod
    Nov 20, 2014 @ 08:52:57

    Justement !
    Quand on voit tous les scandales à propos du chantier du Mose, et les questions que des spécialistes se posent sur sa sécurité, on ne peut que frémir en pensant au Vajont.

  4. Muriel
    Nov 20, 2014 @ 09:26:49

    « De tous les ouvrages construits de main d’homme, les barrages sont les plus meurtriers ».
    Ces mots sont ceux du constructeur du barrage de Malpasset qui a cédé le 2 décembre 1959 à 21h13 inondant tout sur son passage jusqu’à Fréjus. C’est toujours une cicatrice douloureuse dans mon département.
    Ces vidéos me touchent, surtout la dernière…

  5. oliaiklod
    Nov 20, 2014 @ 09:46:29

    Vous comprenez pourquoi nous avions hésité à publier… alors.

  6. Claudio
    Nov 20, 2014 @ 12:06:16

    Sache Claude que tous les vénitiens connaissent très bien la catastrophe du Val d’Ajont et ont été très affectés par ce drame… Tu sais que pendant la belle saison un grande majorité de vénitiens fuit la chaleur et les touristes justement dans les montagnes environnantes auxquelles ils sont forts attachés… C’était le cas de mes regrettés oncles et tantes… Une des premières balades où m’ont conduit mes cousins, c’est justement au Val d’Ajont, in memoriam…

  7. Stephanie Dupont
    Nov 20, 2014 @ 16:35:31

    Oui une très grande tragédie annoncée….

  8. oliaiklod
    Nov 20, 2014 @ 20:07:29

    Merci, Claudio pour cette précision, je n’avais pas fait le lien.
    Donc,la tragédie du Vajont a bien sa place dans notre blog, hélas.

  9. Patrick Landreau
    Nov 20, 2014 @ 20:27:40

    30 ans après la catastrophe de Fréjus, comme journaliste dans le Var, les témoignages me restent encore gravés dans la mémoire … Je conserve aujourd’hui ces visages, ces larmes, ces drames, ces photos d’époque qui ont servi à faire un numéro spécial m’habiteront à jamais je crois. Alors respect, silence.

  10. Jacques BAUDHUIN
    Déc 02, 2014 @ 07:29:47

    TV5 a diffusé hier soir (01.12.2014) l’excellent film « La folie des hommes » qui est une remarquable démonstration de cette catastrophe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :