Canzoniere

Petrarque

Un des manuscrits qui contient le Canzoniere de Pétrarque (1304-1374) porte le titre en latin de Rerum vulgarium fragmenta (fragments en langue vulgaire).

Non que ces 366 sonnets, chansons, sextines et ballades présentent le moindre signe d’inachèvement : Pétrarque désignait par là une œuvre faite de pièces diverses, à la différence de formes longues comme le poème épique. Il s’agit d’un livre, pourtant, et non d’un recueil ; chaque poésie renvoie à un ensemble qui se voulait édifiant : à l’histoire d’un homme dans laquelle l’auteur, comme pour réaliser le dessein annoncé à la fin de cette confession-dialogue qu’est le Secretum, a « rassemblé les fragments épars de son âme ».

L’écrivain Francesco Petrarca a consacrés ces Canzoniere à son amour intemporel : Laure, que Pétrarque aurait aperçue le 6 avril 1327, dans l’église Sainte-Claire à Avignon.

De nombreux comtes et légendes du nord de l’Italie portent également ce nom de Canzoniere. Des chansons populaires dont nous essaierons, dans les mois à venir d’en traduire quelque unes et de vous les présenter.

P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :