Le tapis de Lotto

La lecture des catalogues des ventes aux enchères de l’hôtel Drouot se révèle toujours fort instructive, et nous réserve parfois de bien belles surprises.

Par exemple, le plus beau lot de la vente du Cabinet V.A.E.P. Marie-Françoise Robert qui débutera à 15:00 heures dans la salle 7 est ce magnifique tapis de Lotto.

tapis de Lotto

Très rare et important tapis de Lotto, XVIème siècle, de l’Anatolie (Ouchak) Les tapis Lotto apparus pour la première fois dans les peintures du grand peintre vénitien Lorenzo Lotto… Ils sont souvent sur fond jaune ou rouge… La rareté de cette pièce par apport aux autres est bien sa grande taille (2x3m) et sa bordure très archaïque (Combat de dragon et phénix) sur un très joli bleu rappelant les ancêtres des Tapis Turcs et l’Asie central de la période d’art de sédjukide!

Il est a noter que cette pièce est parmi les plus anciens exemplaire des Tapis Lotto découverts dans le monde jusqu’à ce jour.

Voilà qui méritait bien une petite enquête !

Les tapis « Lotto » sont ainsi appelés, car ils sont représentés dans les tableaux du peintre italien Lorenzo Lotto (1480-1557). Ces tapis furent probablement produits dès la fin du XVème siècle. Beaucoup furent exportés vers l’Europe. Ils se caractérisent par leur fond rouge et leurs arabesques anguleuses complexes, généralement jaunes. Sur les bords, on retrouve généralement des frises pouvant porter des inscriptions. 

Quiconque a vu ou étudié ses œuvres ne peut douter que Lorenzo Lotto est l´un des peintres les plus fascinants de la Renaissance : Il passa son enfance et son adolescence à Venise où il fut formé. Élève de Giovanni Bellini selon Vasari, pour qui Lotto, « ayant imité un temps la manière de Bellini, s’attacha ensuite à celle de Giorgione« , il est plus souvent présenté comme l’élève d’Alvise Vivarini, en considération de la sévère monumentalité de ses premières œuvres.

Mais, comme nul n’est prophète en son pays, il se heurte à la concurrence de Titien et à l’hostilité des patriciens de la Sérénissime. En 1548, Pierre l’Arétin lui envoie une lettre, teintée de son habituelle ironie, dans laquelle il vante la supériorité du Titien :  » (…) être dépassé dans le métier de peindre ne peut se comparer au fait de ne point trouver son égal en matière de dévotion. Ainsi, le ciel vous récompensera d’une gloire qui dépasse la louange de ce monde« .

Les tapis orientaux arrivent à Venise au début du XIVème siècle et apparaissent aussitôt dans les tableaux car ils sont à l’époque les produits les plus couteux, et il est bon, pour le prestige des commanditaires, d’affirmer leur luxe fruit de leur richesse, et pour la Sérénissime sa toute puissance.

Lorenzo Lotto a représenté de ces tapis d’Orient, fabriqués en Anatolie, dans la région d’Ouchack, dans, au moins, six de ses tableaux connus. C’est pourquoi, de nos jours ces magnifiques tapis portent le nom du peintre, même s’ils n’ont jamais connu Venise.

Le double portrait des époux par Lorenzo Lotto

Les Aumône de saint Antoine

Giovanni della Volta avec sa femme et ses enfants

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Francesca Fiorentino
    Nov 02, 2015 @ 13:15:25

    The first painting of Lotto here posted (Portrait of a married couple) does not depicts a ‘Lotto’ carpet, yet a ‘Bellini’ prayer rug. Actually the name ‘Lotto’ in the common rug scholarship only refers to the design depicted in the other two paintings. The first rug originating this article is called ‘Large Medallion’ Ushak.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :