Au-delà du jardin d’Alma

Alma Mahler découvrit Venise en 1897 lors d’un premier voyage d’Italie en compagnie de ses parents.

Elle se nommait d’ailleurs, à l’époque Alma Schindler, jeune fille d’une beauté admirable qui se destinait à la musique et dont s’étaient déjà épris nombre d’artistes viennois, dont Alban Berg, Hugo von Hofmannsthal et Adolf Loos.

Gustav Klimt, qui lui aussi en était follement amoureux l’accompagna à un concert donné par Arturo Toscanini.

alma_femme_fatale

Ce ne fut, pourtant que pendant l’été 1922 qu’elle y fit un premier séjour prolongé, y achetant même une maison datant du XVème siècle, située près de l’église des Frari, et qui avait appartenu à la famille Soranzo.

1

Un jour, dans la rue, elle croise Oskar Kokoschka, avec lequel, après la mort en 1911 de son premier mari, Gustav Mahler, épousé dix ans plus tôt, elle avait eu une liaison interrompue par son calamiteux remariage, en 1915, avec Walter Gropius : « J’ai rencontré par hasard Oskar Kokoschka. Étrangement proche et lointain. »
Une fois Kokoschka parti, Franz Werfel la rejoignit. Elle était de onze ans son aînée ; ils s’étaient rencontrés en 1917 et se marieront en 1929.

3

Venise alors deviendra pour Alma un refuge : « Je rêve de vivre entièrement séparée du monde, dans ma maisonnette de Venise, toute seule derrière un mur de pierre – et d’y mourir. Seulement, je ne sais pas encore si je le supporterais. Si je supporterais la dernière grande solitude. […] Dans ma propre maison ! Un petite jardin, un vrai paradis« .

giardino_07

Février 1928 : « Je suis arrivée hier. Venise ! J’habite à présent ma maison. Ma maison tirée du néant, de quelques sommes dont je ne me souciais pas… Si je vendais cette demeure, je recevrais cent mille lire, c’est -à-dire un chiffre avec cinq zéros. Par contre, mon univers ici disparaîtrait et j’aurais seulement quelques zéros de plus ».

Alma Mahler et Franz Werfel, abandonnent de nouveau Vienne pour Venise au printemps 1934, laissant derrière eux une Autriche en proie à l’agitation nazie.

alma_manon_werfel

Lors de ce séjour, la mort soudaine le 22 avril 1935 de Manon Gropius, la troisième fille d’Alma et du grand architecte Walter Gropius des suites d’une poliomyélite affecte profondément Alban et Hélène Berg, amis proches d’Alma Mahler et de sa famille. Bouleversé par le décès de « Mutzi », cette jeune fille de 18 ans à peine, Alban Berg envisage de donner à son concerto le caractère d’un requiem à sa mémoire, « à la mémoire d’un ange« , et le conduit à composer une œuvre sensible et émouvante. Thomas Mann, familier des milieux cultivés, raffinés, et très proche de cette haute société intellectuelle viennoise de l’époque, s’inspira de ce drame familial pour écrire la trame de sa nouvelle Mort à Venise.

anna_gondel

Viendra alors la décision irrévocable, consignée dans le journal d’Alma Mahler à la fin de juillet 1935 : « Nous partons tous pour Venise, afin de vendre notre chère maison, où nous avons été si heureux, trop peut-être. Mais la fin de ce rêve a été si terrible que nous ne pourrions jamais plus y éprouver le désir de rire« .

giardino_8

Source bibliographique :

Alma Mahler, Ma vie, Paris, Hachette, 1985.

giardino_01

giardino_04

giardino_06

OLTRE IL GIARDINO
Sestiere San Polo, 2542
Fondamenta Cortarini
Tél. 041-275 00 15
www.oltreilgiardino-venezia.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :