Une dynastie de navigateurs : les Caboto

Au début de la Via Garibaldi, à l’angle de la Riva dei Sette Martini, une plaque, sur la façade d’une maison, indique qu’ici ont vécu Giovanni e Sebastiano Caboto.

La maison où ont vécu Giovanni e Sebastiano Caboto

La plaque sur maison où ont vécu Giovanni e Sebastiano Caboto

Giovanni Caboto (1450 – 1498), connu en français sous le nom Jean Cabot et en anglais sous le nom John Cabot, est un navigateur et explorateur vénitien au service de l’Angleterre. De dix ans plus âgé que Christophe Colomb, il poursuit la même quête : la recherche de la route maritime des Indes par l’Ouest.

Le lieu de naissance de Giovanni Cabot est incertain : certains pensent qu’il est originaire de Gênes alors que d’autres le font naître à Gaète près de Naples. Il serait parti vivre pour Venise encore enfant et y obtient la nationalité. Il épouse Mattea, une Vénitienne qui lui donne trois fils (Ludovico, Sebastiano, et Sancio).

Le plus ancien document historique où il est question de lui indique qu’il fut naturalisé citoyen de Venise en 1476, en vertu d’un règlement qui accordait ce privilège aux étrangers ayant résidé à Venise sans interruption pendant 15 ans ou plus.

Certains documents des archives de Venise, dont les dates se situent entre le 27 septembre 1482 et le 13 janvier 1485 (imprimés dans R. Gallo, 1948) révèlent que Giovanni Caboto (Jean Cabot), marchand, était le fils de feu Giulio Caboto et qu’il avait un frère, Piero, que sa femme Mattea était vénitienne, et qu’en décembre 1484, il avait au moins deux fils. Ces documents ont trait à des transactions immobilières effectuées à Chioggia et dans trois autres paroisses, et, en 1551, Sébastien Cabot était encore en communication avec le Conseil des Dix au sujet des biens qu’il avait à Venise.

Le privilège royal accordé à Jean Cabot en Angleterre, en 1496, mentionne par leurs noms ses trois fils, sans doute dans l’ordre chronologique ; ce sont « Lewis » (Louis, c’est-à-dire Ludovico), Sébastien et Sancio. S’il s’agit des « fils » mentionnés mais non nommés dans les archives de Venise, les deux premiers au moins ont dû naître avant le 11 décembre 1484.

Le 2 mai 1497, l’explorateur quitte Bristol à bord du Matthew, un navire de 50 tonneaux disposant d’un équipage de 18 personnes dont son fils Sébastien Cabot. Il touche terre le 24 juin et explore la côte pendant quelque temps avant de repartir pour l’Angleterre. L’endroit précis de son premier accostage est controversé, mais les gouvernements canadiens et britanniques considèrent qu’il est arrivé à Bonavista. Dans ce cas, il est probable qu’il ait été le premier Européen à mettre les pieds sur le continent nord-américain depuis les Vikings, mais l’absence de cartographie ou de journal de voyage pose des questions quant à la véracité des faits et Gaspar Corte-Real serait alors le premier à découvrir la « nouvelle terre ».

 Giovanni Caboto

Sebastiano Caboto est probablement né à Venise en 1477, mort en 1557, navigateur et explorateur britannique. Il a toutefois affirmé à certains de ses contemporains qu’il était né à Bristol, et avait vécu à Venise à partir de 4 ans ; à d’autres, qu’il était né à Venise, puis avait été élevé en Angleterre.

Il exécuta en 1517, pour le compte de Henri VIII, un voyage de découverte, et visita le Brésil, Hispaniola, Porto Rico.

Il passe en 1525 au service de l’Espagne, et obtint le grade de capitaine général le 3 mars 1525. Le 5 avril 1526, il part avec une flotte de 3 navires et 150 marins pour trouver le Cathay et une nouvelle route vers les Moluques. Il remonte le rio de la Plata et abandonne ses compagnons Francisco de Rojas, Martin Mendez, et Miguel de Rodas, avec lesquels il s’était querellé. Il remonte ensuite le Paraná jusqu’à son confluent avec le Paraguay, construit plusieurs forts sur ses rives, puis il revient en Espagne en août 1530. On lui reproche son manque de succès et sa conduite avec ses subordonnés, et il est exilé à Oran le 1er février 1532. Il est gracié au bout d’un an et revient à Séville où il retrouve son titre de pilote major.

La relation des voyages des deux Cabot a été publiée à Venise, 1583, et dans les recueils de Richard Hakluyt et de Samuel Purchas. Les Anglais ont voulu opposer les découvertes des Cabot à celles de Christophe Colomb.

Sebastiano Caboto

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Muriel
    Avr 14, 2014 @ 08:16:33

    Très intéressant! Peut-être sont-ils à l’origine du mot « cabotage »?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :