Niccolò di Giovanni Fiorentino

Pendant des siècles, on savait peu de la vie de cet architecte et sculpteur dont les œuvres, cependant, étaient bien connues avant la publication en 1978 de l’étude marquante d’Anne Markham Schulz, Niccolò di Giovanni and Venetian Sculpture of the early Renaissance (New York State University Press for the College Art Association of America, 1978 – ISBN 0-8147-7786-4).

Puis, la découverte en 2000, toujours par A. Markham Schulz, aux Archivio di Stato di Venezia d’un testament de Niccolò di Giovanni, écrit lors d’une maladie sérieuse, mais non mortelle, a certainement permis d’éclairer nos  connaissances sur l’identité du personnage. Il est né – selon ce document  autographe – dans le petit village de Tegolaia (San Michele in Tegolaia aujourd’hui Grassina, dans la région de Florence, en Toscane). D’où cette épithète « Fiorentino » qui lui a été attribuée  plus tard, en Dalmatie.

Il a été actif  à Venise environ entre 1457 et 1468, puis il a déménagé en Dalmatie, tandis que pour la période antérieure, l’hypothèse la plus fiable est celle de sa présence dans l’atelier de Donato di Niccolò di Betto Bardi à Padoue : la perte des registres de la période de la Veneranda Arca di Sant’Antonio empêche la preuve documentaire, mais certaines affinités stylistiques de Niccolò di Giovanni avec Donatello et d’autres artistes de son cercle Padovan permettent d’émettre de telles suppositions.

En 1468, Niccolò di Giovanni Fiorentino est parti s’installer en Dalmatie, jusqu’à sa mort, à Sibenik , probablement en 1506.

Niccolò di Giovanni Fiorentino Monumento al doge Francesco Foscari († 1475) Venise, Santa Maria Gloriosa dei Frari

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Muriel
    Avr 05, 2014 @ 09:36:58

    Savez-vous quelles oeuvres il a laissées à Venise? Avez-vous eu en main le livre d’Anne Markham Schulz?

  2. oliaiklod
    Avr 05, 2014 @ 10:45:52

    Le tombeau du doge Francesco Foscari aux Frari,
    Le St. Christophe et la Vierge du portail de la Madona del Orto
    Le tombeau d’Orsato Giustiniani dans la chapelle du cloitre de S. Andre della Certosa
    Le tombeau de Vittore Capello à S. Elena
    Le portail de S. Elena
    St. Jérôme dans le désert, un bas relief dans S. Maria del Giglio
    Il a aussi participé aux sculptures du portail du palais ducal…

    Le livre Niccolo Di Giovanni Fiorentino… d’Anne Markham Schulz est à la Libreria Marciana.

  3. Muriel
    Avr 05, 2014 @ 17:31:36

    Oh, oh! Merci beaucoup, je vais tâcher de regarder tout cela!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :