Le Lion et la Gazelle

En ce début de Carnaval de Venise, nous vous offrons un monument baroque, librement inspiré par l’histoire bien connue qui était utilisée comme pédagogique, dans les salons mondains du XIXème siècle.

C’est un peu la trilogie du trenette, saumon et filet au poivre vert, dont on se demande bien pourquoi elle n’a jamais été élue au Prix Nobel de la pédagogie servile.

Luca Colferai rends ici un poignant hommage à notre maître à tous, carnavaliers désuets des temps modernes, nos avons évoqué la mémoire du sublime Comte Emile Targhetta d’Audriffet de Greoux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :