Carnaval pour touristes

Vous le savez, les vénitiens ont une prédilection pour les polémiques, et cela nous ravis car c’est, pour nous, à chaque fois, des sujets pour des articles un peu plus « croustillants » que vous appréciez.

Les dernières polémiques à propos du Carnaval qui va commencer dans quelques semaines, sont :

A propos de l’utilisation de l’Arsenale par le Carnaval, qu’ils vivent comme une tentative de privatisation de cet espace vénitien, au profit exclusif de Pietro Rosa Salva et sa clique (voir dans notre page Olia & Klod Venexiani).

La seconde polémique, récurrente chaque année, vient d’être relancée avec un des nouveaux index du site officiel du Carnaval de Venise.

carnevale-di-venezia-2014-sito-ufficiale

Monica Manin a publié dans La Voce di Venezia un pamphlet qui ravit les vénitiens et ravive leur guerre contre ce carnaval qu’on leur a volé.

Voici une traduction assez libre de cet article qui plaît tant à Venise :

« Le Carnaval de Venise porte avec lui une diatribe intrinsèque : depuis des années il est accusé de mettre en scène un festival uniquement fait pour attirer toujours plus de touristes à une époque où le tourisme d’hivers se fait plus discret, et apporter une atmosphère oppressante qui empêchent la ville et ses habitants de respirer.

L’activité touristique est devenue une sorte de monoculture économique dominante, qui a réinventé un artisanat spécifique et qui considère le tissus social des résidents comme une nuisance. Cela fait partie désormais du bagage de chaque vénitien qui doit même, désormais, constamment lutter avec l’administration pour, simplement, continuer à vivre dans sa ville.

Gran Teatro di Piazza San Marco

Mais quand, désormais, les organisateurs et les administrateurs avouent, sur leur site officiel, qu’ils travaillent exclusivement pour les touristes, cela signifie qu’ils estiment ne plus avoir besoin de sauver les apparences, et qu’ils sont arrivés à un point où ils estiment que Venise leur appartient.

Désolés, chers vénitiens, mais le programme du Carnaval n’est pas pour vous !

En fin de compte, il s’agit de la confirmation de ce que criaient les vénitiens depuis des années, le Carnaval est devenu une occasion de vendre des forfaits, au profit d’une seule et unique organisation avec l’aval des autorités locales. La privatisation de la piazza ou de lieux historiques, la main mise sur les fêtes données dans des palais privés sont la partie la plus visible de cette privatisation de Venise pour des intérêts privés plus ou moins occultes.

Aux vénitiens, il ne reste que les désagréments, les rues encombrées, les ordures, et les effluves de liquides corporels qui envahissent les calli de la ville.

Au professeur Rampello, les vénitiens adressent un message :

il Carnevale di Venezia nasce attorno al 1100 come periodo legato ai divertimenti pubblici. Era il periodo ritenuto più importante per i veneziani, per la gente. Era l’unico periodo dell’anno in cui i cittadini potevano festeggiare risollevando il morale dalle stringenti norme della Repubblica di Venezia, secondo il modello ‘panem et circenses’. Agli abitanti di Venezia, soprattutto ai più umili, veniva concesso un periodo dedicato al divertimento e ai festeggiamenti, in cui, attraverso l’anonimato di maschere e costumi veniva concessa la burla anche ai danni di autorità e aristocrazia.

Le Carnaval de Venise à été fondé vers 1100 et a toujours été un divertissement public, considéré comme le plus important pour les vénitiens, pour le peuple. C’était le seul moment de l’année où les habitants de la ville peuvent oublier leurs soucis et célébrer ensemble la vie, selon le modèle du « pain des des jeux ». Pour les habitants de Venise, en particulier pour les plus humbles, c’était une période d’amusement et de fête qui leur était accordée, sous l’anonymat du masque qui leur permettait, même, de plaisanter au détriment de l’aristocratie.

A voi che affermate sempre pubblicamente che lavorate nel rispetto delle tradizioni storiche vorrei chedere: di quello spirito e di quelle premesse, nel ‘programma quotidiano ed informazioni utili per il turista’ quanto è rimasto?

Pour vous, qui avez toujours affirmé publiquement, votre respect de l’histoire de Venise et de ses traditions, que reste’il de tout cela dans votre programme quotidien et vos informations pour les touristes ?

Lire l’article original de Monica Manin.

Il GRAN TEATRO DI PIAZZA SAN MARCO è il cuore del Carnevale Prenota il tuo posto nel PARTERRE o nei PALCHI per UN CARNEVALE DA PROTAGONISTA!

4 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. bbordasilvand
    Fév 03, 2014 @ 12:20:10

    Personnellement, je peux comprendre les réactions des habitants de Venise ! Je viens d’une région où le tourisme est (selon la saison) assez envahissant. Et trop souvent le touriste, uniquement préoccupé de son plaisir (parfois « gagné » au prix de beaucoup de sacrifices) s’imagine avoir tous les droits… sans penser au vécu quotidien des gens qui vivent là en permanence et se sentent dépossédés de leur ville. Hélas, même avec la plus grande attention, nous provoquons parfois des réactions agressives, j’en ai été profondément désolée une fois, et ce n’était pas en période de Carnaval pourtant… Mais c’est compréhensible. A nous, touristes, de nous faire le plus discrets possible, ou… le moins agressif possible.

  2. alainguiducci
    Fév 03, 2014 @ 13:00:49

    Venise et le tourisme ? J’ai l’impression que c’est un remake permanent de « Je t’aime, moi non plus ». Cela dit, en cinq ou six séjours, je n’ai jamais été victime de la moindre réaction négative venant de vénitiens, bien au contraire. Il est vrai que nous nous faisons tout petits, que nous nous efforçons de parler italien et qu’il ne nous viendrait pas à l’idée de nous comporter comme en terrain conquis, ça n’est pas dans notre nature. Il faut cependant reconnaître qu’en tant que costumés, nous avons été interpellés à trois ou quatre reprises avec une certaine agressivité, voire avec une franche grossièreté. Hélas, à chaque fois, il s’agissait de français…

  3. isengrin
    Fév 04, 2014 @ 21:55:37

    Venise s’éteint petit à petit au profit d’intérêts bien sûr financiers. Le plus bel exemple étant celui de ces montres marins venant accoster en plein centre déversant touristes décalés et eaux usées. Il n’y a pas grande mobilisation sur cette appropriation cynique et Venise, se vidant progressivement de ses authentiques habitants , va voir se déverser des hordes de voyageurs que l’histoire prestigieuse de la ville et son architecture surprenante n’intéressent pas plus que cela. Dès le passage du premier pont on ne peut ignorer la présence d’un Mac Donald !!

  4. Kikir
    Fév 05, 2014 @ 21:34:55

    Je peux comprendre l’article du journal, pourtant en quelques séjours, certes hors période de Carnaval, mais autant en hiver qu’en été, je n’ai jamais rencontré de Vénitiens malveillants. Je n’adresse toujours à eux en italien, (même si mon italien n’est pas parfait), j’aime aller flâner hors de sentiers à touristes.
    Je pense que des touristes, comme nous, il y en a beaucoup ici, mais que nous représentons une minorité !
    Le carnaval devrait être une magnifique vitrine de Venise, qui profite autant aux vénitiens qu’aux touristes. Mais déjà le fait de faire un week-end avant pour le vénitiens montre une fracture entre ce qui est attendu des touristes et ce qui est attendu des habitants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :