Venise se meurt

Le centre historique de Venise a perdu 1.470 habitants durant les douze dernier derniers mois, un chiffre terrible qui sonne comme un glas le déclin d’une ville admirée dans le monde entier.

Au XVème siècle, ce que l’on nomme de nos jours « le centre historique » et qui était Venise, comptait 200.000 habitants.

L’agonie de la ville a commencé après l’invasion de Bonaparte et ses troupes, avec la perte de l’Arsenale, et la déconstruction du tissus social de la République maritime. Pourtant, en 1960, il y avait encore 160.000 habitants qui vivaient et travaillaient ici.

Lettre de Villetard

C’est dans le début des années 1980 que l’on est passé en dessous de la barre des 100.000 habitants : en 1976: 102 269 et dix ans plus tard, en 1986:  84 355, et depuis, Venise se dépeuple de plus en plus rapidement.

Or, le peuplement de Venise est essentiel à sa propre survie et celle de ses habitants. Venise est une ville de rêve, au sein de laquelle on imagine mal mener une existence « normale ». Pourtant cette facette de la ville est indispensable à sa pérennité : que des vénitiens habitent leur ville, qu’ils y fassent leurs courses et y exercent de multiples métiers est prosaïque, certes, mais essentiel. 71% des départs concernent des personnes jeunes de moins de 45 ans, et ces derniers affirment partir à contrecœur, sous la pression de facteurs incontournables.

Nous nous souvenons, treize ans en arrière, comment les politiques de l’époque, l’ancien maire Paolo Costa, le tout nouveau, Massimo Cacciari, se riaient des propos alarmistes de Venessia.com et du compteur installé dans la vitrine de la pharmacie de San Bartolomeo. « Sono solo numeri, vanno e vengono » disaient-ils.

C’est au début de l’année 2010 que l’on est passé sous la barre des 60.000 habitants. Au 31 décembre 2012 il restait 58.269 vénitiens.

Les statistiques du bureau d’enregistrement du Service des Statistiques de Venise à la Ca’ Farsetti sont tombées, comme un couperet : au 31 décembre 2013 il reste seulement 56.799 habitants dans le centre historique de Venise.

Si le nombre d’habitants continue de décroitre selon cette courbe, il reste au maximum 30 ans à Venise avant de se vider complètement. Probablement moins. Et la responsabilité des politiques est grande, eux qui, sous prétexte de la crise, au nom de la rentabilité économique et en fonction des règles imposées par des banques phagocytées par des organisations criminelles ferment l’un après l’autre les services publics pour les transférer à Mestre ou à Milan, ferment l’hôpital, les crèches, les écoles, transfèrent à Tronchetto le retrait des colis postaux…

Messieurs Zaïa, Orsoni et tous les autres, si prompt à trouver de l’argent pour creuser un canal pour faire passer 5 paquebots monstrueux, ne trouvent pas le moyen d’endiguer hémorragie des habitants de Venise.

En réalité, tout se passe comme s’il devenait gênant, désormais, qu’il reste dans le centre historique des vénitiens, qui s’acharnent à habiter, travailler et vivre au plus près de leurs racines. Cela dérange les appétits d’investisseurs pour qui l’être humain n’est rien. Pour qui le flot quotidien de touristes qui viennent acheter à des marchands chinois des babioles fabriquées en Asie et des contrefaçons est plus important que la fermeture des boulangeries, commerces de bouche et la disparition de commerçants et artisans nécessaires à la vie de tous les jours.

Il y a quelques années, on entendait encore quelques politiques émettre des idées pour sauver la vie à Venise. De nos jours, plus aucun n’en parle, comme si la question était réglée.

Parmi les départs les plus marquants, on peut citer le siège principal des Assurances Générales (2.000 emplois), les directions provinciales de plusieurs banques, la direction de la typographie du quotidien Il Gazzettino ou encore la compagnie italienne d’aviation Alitalia.

La population active émigre sur la terraferma, ce qui provoque un important transit matin et soir entre îles et continent, la classe moyenne disparaît, les prix de l’immobilier sont complètement déconnectés de la réalité, et il ne reste plus à Venise que des anciens qui reviennent mourir là où ils ne peuvent plus vivre (pour 1 enfant de moins de 5 ans, il y a 10 vénitiens de plus de 65 ans).

Mais Venise, vidée de ses habitant-e-s, ville musée à ciel ouvert dont rêvent certains, est vouée à la mort programmée, car les maisons abandonnées sombreront alors irrémédiablement dans la lagune, comme, il y a quinze siècles, quand la première ville de la lagune s’est trouvée engloutie par les flots, antique Atlantide. Vous qui lisez notre blog chaque jour, vous connaissez le destin de Venise si les hommes s’acharnent sur elle, ce sera le même que celui de l’archipel d’îles qui constituait cette mégapole antique autour d’Ammiana, Torcelo, Costanziaco…

Dans trente ans, Venise, vidée de ses habitants commencera à voir ses maison qui ne seront plus entretenues tomber en ruine, sombrer dans la vase d’où elles ont surgit il y a dix siècle. Il aura fallu moins d’un siècle, depuis la fin de la dernière guerre mondiale pour que la rapacité de quelques uns soit la cause de la disparition d’un trésor de l’Humanité. Si l’on ne fait rien, dans cinquante ans au plus Venise aura disparu au fond des eaux.

Journal

Lire également :

Venezia sta morendo, altri 1.470 residenti del centro storico persi nell’ultimo anno

Venise, belle et triste vitrine

Transformation de Venise en une ville-musée

Venise se meurt

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Thierry
    Jan 07, 2014 @ 08:51:13

    Hélas banquiers, investisseurs de toutes sortes, mafia etc … pourrissent comme toujours la vie des gens ! Comme disait Jules Renard « Il ne suffit pas d’être heureux encore faut-il que les autres ne le soient pas » Pourquoi arrêteraient-ils puisqu’ils prennent leur pied comme ça …
    Eh si vider Venise de ses habitants était voulu, calculé, planifié ?…

  2. oliaiklod
    Jan 07, 2014 @ 09:13:34

    Voilà encore un exemple frappant de ce changement de Venise, ville vivante, faite pour y vivre, en un Veniceland usine à touristes :

    Un magasin de jouets vient de fermer, aussitôt remplacé par un magasin qui vends des bibelots en verre, prétendument fabriqués à Murano…

    Comme l’écrit Matteo Secchi dans Venezia non ha più posto per noi!

    Dispiace fare la parte di quelli che danno le brutte notizie ma non sarebbe giusto far finta di nulla. In arrivo quindi nuove attività per la Venezia dei turisti e degli intellettuali di Folin. Bambini fuori dalla scatole grazie, vietato nascere e crescere a venezia.

    Les enfants des vénitiens, expulsés des écoles que l’on ferme n’ont plus le droit de naître et grandir à Venise…

  3. RANLIAL
    Jan 07, 2014 @ 09:57:02

    J’espère que des personnes honnêtes vont sauver réellement Venise.
    Il faut que ceux qui aiment Venise se rassemblent pour faire tout leur possible pour que Venise survive.
    C’est vrai et catastrophique que depuis plusieurs années des villes magnifiques d’Europe (Paris, Prague, Florence ….), sont de plus en plus victimes de ce commerce « minable ». Tous ces produits d’Asie ou autres sont partout !!!
    Et toutes ces belles maisons, ces palais, qui sont vendus à des richissimes mafiosos qui ensuite dénaturent ce patrimoine ; que nos politiques réagissent et préservent le passé de l’Europe … au lieu de le détruire.

    Je garde quand même l’espoir ! Il faut sauver Venise !!!!

  4. Stephanie Dupont
    Jan 07, 2014 @ 11:17:23

    Oui c’est vraiment honteux de ne pas aider qui a envie de rester vivre et travailler à Venise car ils sont nombreux a vouloir la sauver, mais les taxes et le pouvoir de l’argent avec leur commerce pour touriste à la chinoiserie tue tous le reste, car quand je parle avec les peu de commerçants traditionnels qui y sont encore,ils me disent qu ils ont beaucoup de mal a rester ouvert avec tout sa et ne savent pas si l’année d’après ils seront encore en pied.. et j ai pu constater la fermeture de plusieurs lors de mes promenades……
    Belle semaine a tous

  5. Tutifrutti Teuf
    Jan 07, 2014 @ 12:11:28

    En l’état des choses, le combat pour Venise ne peut être gagné par ses seuls habitants en voie de disparition.
    Venise appartient en toutes petites parties à l’ensemble des visiteurs qui y viennent et reviennent. Il va être temps qu’un mouvement d’adhésion se dessine et dénonce les agissements mafieux des responsables: premier exemple cité ici, la place incongrue des bateaux de croisière qui vident dans la lagune les eaux usées et surtout provoquent des pressions dévastatrices sur les fondations…
    Il est temps de mobiliser bien au delà de Venise et les réseaux sociaux peuvent être un excellent vecteur. En tous cas, je ne peux que porter ma modeste contribution à ce qui devra être un grand mouvement de protestation.

  6. marianne françois
    Jan 07, 2014 @ 16:01:06

    Je suis entièrement d’accord avec vous : en trente ans j’ai personnellement assisté à la dégradation des choses… Maintenant, on sait que c’est le sort de toutes les villes du monde, et même des villages quand ils vivent exclusivement du tourisme. Pourquoi ne pas se dire que de toute façon le « triangle maudit » San Marco-Rialto-Canal est foutu, et préserver le reste? Il y a à Venise des quartiers merveilleux où ne se précipitent jamais les hordes de touristes en tongs : c’est aux Vénitiens eux-mêmes à ne pas les brader au premier Russe ou Chinois friqué qui débarque ! Il y a aussi une chose qui s’appelle le bulletin de vote : les édiles vénitiens sont élus comme les autres, à chaque résident de savoir si leur politique lui convient… La solution doit-elle venir seulement des étrangers amoureux de Venise? Franchement, j’espère que non !

  7. annie vannoni
    Jan 08, 2014 @ 10:19:40

    Rien n’arrive par hasard et les paroles prononcées par l’une des personnes interviewées nous l’indique hélas avec lucidité. Ce sera le Venise de Las Vegas.

  8. Marie
    Jan 08, 2014 @ 15:15:43

    Petite rectification positive : 56 824 au compteur ce matin alla Farmacia Morelli.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :