Venise « Puttanaio » de l’Europe

Au début de la Grande Guerre, un important contingent de troupes afflua dans la cité lagunaire, et, dans le même temps, de nombreux réfugiés arrivèrent.

Bordel militaire à Venise pendant la Grande Guerre

Le 13 juillet 1915, l’inspecteur Puccinelli chargé de la vigilance sanitaire des prostituées, assurait que « Ce ne sont pas des prostituées sous surveillance qui contribuent le plus aux maladies vénériennes. » Il ajoute, à deux mois de la déclaration de guerre, qu’il existe à Venise « 15 maisons de prostitution avec 49 filles. Le prof. Minassian, médecin visiteur, m’a assuré qu’il a très rarement trouvé des filles malades lors des visites de contrôle. Il en est bien autrement pour les prostituées clandestines qu’il faudrait également placer sous l’autorité militaire. » .

En effet, de tous temps et dans tous les pays, en temps de guerre, les bordels et les prostitués passent sous l’autorité militaire (ce sont les BMC).

Calle del carro, calle Bognolo ou delle Pietre Vive, près de la Frezzeria, dix nouvelles maisons de tolérance ouvrirent dès le début de la guerre, transformant le secteur en quartier chaud. Certains étaient réservés aux officiers, voir même à l’État Major. Les bordels populaires étant destinés au repos de la troupe revenant du front pour une courte permission.

Maison close à Venise

Alors qu’en 1920, l’état de guerre finissait officiellement, les maisons de tolérance, conformément au décret du 22 août 1916, auraient dû fermer de manière automatique. Mais les tenanciers étaient assis sur un pactole et le commerce de la chair humaine continua. Les prostituées transformèrent tout le secteur de le Frezzeria en une vaste Yoshiwara ou les filles, se tenaient à la porte des maisons, à demi nues.

Le 18 novembre 1922, un lecteur de la Gazzetta di Venezia faisait écrire, indigné, que « … dans ces rues tout est permis. Au milieu des ordures, à toute heure du jour et de la nuit elles viennent guetter dans la rue, les murs et les angles servant d’urinoir ou pire… » à deux pas de la piazza San Marco, le quartier du vice, malgré les contrôles, ouvrait la voie au trafic de cocaïne et autres substances stupéfiantes.

Article librement inspiré de Venezia sconta. 7 secoli di piaceri, intrighi e scandali erotici par Claudio Dell’Orso avec la permission de l’auteur.

Maison close à Venise

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. ytaba36
    Déc 27, 2013 @ 12:38:32

    I have stayed on the Frezzeria, little did I know about this piece of its history!

  2. TDM99
    Déc 29, 2013 @ 15:57:50

    Oui en temps de guerre le  » bordel  » suit les soldats …
    Cette année on a pu voir un reportage sur ces fameux :  » bordels militaires de campagne  » ! Ou comment relever le moral des troupes .

    C’ était un document ou on peut voir comment l’ être humain détruit son vis a vis sans  » aucun  » scrupule et sans aucune arrière pensée …
    Souvent c’ est les pays les plus civilisés qui sont les pires !!!

    Un exemple les  » Boys  » au Vietnam …
    Vu que les prostituées locales suffisaient pas , ils ont créés des BMC haut standings en Thaïlande avec tout le confort moderne de l’ époque .
    Des hôtels entier ont été réquisitionnés au début puis achetés carrément pour pouvoir assouvir en toute plénitude le repos du guerrier .
    Tout ça a été payé par des fonds  » spéciaux  » votés par le congrès !!!
    Le pire c’ est après le départ des GI , que faire de toutes ces infrastructure ?
    Le gouvernement Thailandais a simplement continué de faire tourner ce  » commerce  » avec la pègre locale .
    L’ argent  » sale  » a continué de financer les ripoux de leur pays …

    Ca été comme ça en Algérie et en ex Yougoslavie
    Le pire c’ est toujours l’ esclavagisme de la Femme .
    Et dans cette sale histoire c’ est toujours les Femmes qui payent l’ addition .

    Ce reportage a montré la  » bassesse  » de l’ Homme …
    Des militaires ont  » abusés  » des Femmes : viols et autres pratiques sexuelles …
    Même des casques bleus (officiers) on été protégés par l’ ONU !!!
    Pour éviter des scandales à leur pays respectifs .

    Les  » bons ou gentils  » sont pas tous aussi bon qu’ ils en ont l’ air …

    Voilà , dans les maisons de passes ou bmc tout était pas si  » joviales  » que ça …
    C’ était comme ça dans le passé et je crains , hélas aussi dans le futur .
    Et c’ est toujours la Femme qui est humiliée .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :