Chaussures – Histoire et histoires – Partie I

Un costume vénitien ou historique se doit d’être parfait de la tête aux pieds. Or, justement, c’est souvent au niveau des pieds que l’on peut voir des choses qui rendent immonde le plus beau des costumes. Bottes de moto, tennis ou sabots de jardinage ont rarement leur place dans un beau costume.

Gravure d'après Jean-François de Troy

Nous ne vous montrerons pas « ce qu’il ne faut pas faire », si vous avez déjà été dans un carnaval dans le nord est de la France, vous comprenez de quoi nous parlons en matière de « costume mal fini. » .

Un petit voyage dans le temps, au niveau des pieds, vous donnera, nous l’espérons quelques idées pour vos prochains costumes.

Voici les plus anciennes « chaussures » que nous ayons vues… elles ont été trouvées près d’une tour de guet en Chine, et sont datées entre 400 avant J-C et le IIème siècle de notre ère.

Chaussures de la Limes Watchtowers

Ces chaussures sont en fibres végétales tissées. Elles proviennent d’un site connu sous le nom « tours de guet The Limes », une ligne de campements fortifiés destinés à assurer la sécurité du transport des marchandises à travers la région, le long de la la Route de la Soie, une série de routes commerciales terrestres qui traversaient l’Asie, de la Chine à l’Europe.

Ces objets ont été ramenés d’Asie centrale par l’explorateur et archéologue Sir Marc Aurel Stein (1862-1943). Le Victoria and Albert Museum possède environ 700 pièces de textiles antiques et médiévaux récupérés par Stein au début du XXème siècle. Les textiles vont du IIème siècle avant J.-C. au XIIème siècle de notre ère. Certaines pièces sont en soie tandis que d’autres sont faits à partir de la laine de différents animaux.

Maître anonyme allemand, XVème siècle. Le sortilège d’amour, c.1480. Huile sur bois, Leipzig, Museum der bildenden Künste.

Maître anonyme allemand, XVème siècle.
Le sortilège d’amour, c.1480.
Huile sur bois, Leipzig, Museum der bildenden Künste.

Au XVème siècle, nous retrouvons des chaussures de cuir, longues et basses.

Vers 1600

Vers 1735, cette paire est en soie brochée, bordée de cuir, ornée de ruban gros-grain et d’acier poli.

Paire de chaussures vers 1735

De telles chaussures délicates ont été conçues pour être porté à l’intérieur. Pour voyager, à cheval ou marcher à l’extérieur, les femmes portaient des bottes en cuir. La danse offrait une excellente occasion de montrer des chaussures élégantes normalement cachés sous des jupons. La passion pour les soies s’est vu jusque sur les chaussures pour femmes au XVIIème siècle. Jusque dans les années 1790, le cuir était très peu utilisé pour les chaussures, à l’exception des bottes.

Les talons courbés et les orteils pointus tournés vers le haut de ces chaussures sont typiques des chaussures des années 1730 des femmes. La semelle de la chaussure est en cuir avec la partie supérieure en soie. Un soin particulier a été pris pour adapter le motif floral sur le bout de la chaussure. Les sangles latérales  devaient normalement être maintenu fermées par une boucle en acier, taillé et polis pour simuler des diamants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :