Andrea Tirali

Andrea Tirali ou Tiralli est né à Venise en 1657. Il peut être considéré comme le père de la tradition rationaliste du néoclassicisme vénitien, qui s’étendra plus tard à toute l’Europe.

Fils de maçon, dans sa jeunesse, il était tailleur de pierre et maçon. On sait peu de choses de sa formation, probablement autodidacte, et de ses premiers travaux.

Vers 1688, il a été employé par le Magistrato delle Acque de la Repubblica di Venezia, où il s’est occupé principalement de projets de génie hydraulique. Il s’y fait apprécier pour ses compétences techniques, de sorte qu’en 1694, il a été chargé de la reconstruction du ponte dei Tre Archi de Cannaregio.

Il est rejoint par des architectes tels que Carlo Lodoli, Francesco Algarotti et Andrea Memmo, et des scientifiques comme le géographe Vincenzo Coronelli et le mathématicien Bernardino Zendrini.
D’autres architectes, plus tard, tel que Giovanni Antonio Scalfarotto, Matteo Lucchesi, Giovanni Battista Piranesi dit « Il Piranèse » et Tommaso Temanza, tous fonctionnaires du Magistrat des Eaux de la République de Venise dans la première moitié du XVIIème siècle, vont reprendre le flambeau et poursuivre sa conception de l’architecture.

Son travail est généralement considéré comme le point de transition entre la culture baroque du XVIIème siècle et de la culture classique qui s’est développée au XVIIIème siècle dans le style néo-classique et a été encore imprégnée de l’héritage d’Andrea Palladio.

Andrea Tirali

Il construisit certains des palais les plus représentatifs du début du XVIIIème siècle, comme le palais Priuli Venier Manfrin (1724-31) au pied du ponte dei Guglie sur le rio de Cannaregio. L’édifice appartient aujourd’hui à la Région Vénétie.

Le grand escalier à trois rampes du palais Sagredo (1718-38), puis peint à fresque par Pietro Longhi avec la Caduta dei Giganti, et le nouveau pavage de la place Saint Marc sont d’autres de ses œuvres importantes.

En 1720 Tirali à étudié, en collaboration avec Bernardino Zendrini, les défenses en bordure de la mer. A cette époque, était encore utilisé l’ancien système des « Palade » : deux barrages de pali, dont l’entretien était si coûteux, que c’était « un gouffre financier pour les caisses de la République » selon un rapport du Magistrato delle Acque de l’époque.

Il est mort à Monselice, dans la province de Padoue, en 1737.

Ponte di San Giobbe o dei Tre Archi- Venezia_13967_34637

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :