Isola di San Paolo – Fortin Napoléonien

Le patrimoine architectural historique n’est pas éternel, tout au plus peut-on limiter sa dégradation pour reculer le jour de sa disparition définitive.

Il en est ainsi des installations militaires napoléoniennes de la lagune de Venise, celles qui n’ont pas été transformées par les autrichiens, les italiens ou les promoteurs se sont, petit à petit, dégradées au point de presque disparaitre de nos jours.

Pour que nos lecteurs puissent imaginer ce que pouvaient être ces fortins, il nous a fallu nous rendre tout au sud de l’Italie, dans la région de Taranto où se trouvent les îles Cheradi (du grec Choiràdes  – Coirades).

Sur la plus petite, Saint Paul, on peut encore voir, en assez bon état, un fortin qui était cher à Bonaparte alors que sur sa voisine plus grande, San Pietro, la végétation et la forêt ont repris le dessus.

Isola di San Paolo

L’île a une superficie d’environ 5 hectares.

Au Moyen Age, elle portait le nom de Saint-André (Isola di San’Andrea), du nom d’une l’église construite en l’honneur du saint. Dans les temps anciens, il semble que l’île appartenait au clergé.

Mais le fait historique le plus important reste la « présence » de Napoléon Bonaparte à la fin du XVIIIème siècle. Il a fait construire sur ces îles les « Forts Laclos » du nom du général d’artillerie Pierre Choderlos de Laclos (l’auteur des Liaisons dangereuses), qui y est mort le 5 septembre 1803, non pas lors d’un affrontement, mais affaibli par la dysenterie et la malaria, et enterré sur cette île.

Au retour des Bourbons en 1815, sa tombe fut violée et détruite.

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

L’île de San’Paolo avec seulement 5 hectares, presque tous occupés par le fort Laclos et le reste des installations militaires utilisées pour la défense de la ville de Tarente pendant la Seconde Guerre Mondiale, a un écosystème sous-marin riche et enviable : le long des pentes de l’île, il est possible, à faible profondeur, d’admirer des plages de sable fin et de vastes prairies de zostères et posidonies, lesquels sont un refuge pour les éponges, mollusques, oursins, étoiles de mer et différentes espèces de poissons.

On a souvent noté la présence de mammifères comme les dauphins.

Présents partout de délicieux fruits de mer comme les palourdes et les très rares moules velues.

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

La tradition dit que Saint-Pierre serait débarqué sur l’île de Saint-Pélagie, et que c’est en souvenir de cela que l’on a changé le nom de l’île en San Pietro. La légende raconte que, pendant qu’il était à genoux, il a laissé sa marque sur la pierre sur laquelle il était. La pierre surnommée « Pietra d’apodonia » et a été volée et transportée à Venise par des marins vénitiens.

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Fortin Napoleonien de l'Isola di San Paolo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :