Der Betrug von Harel

Nous vous avons déjà parlé d’un mythique jardin qui a fait tant rêver et qui suscite de nombreux articles. Le jardin de Frederic Eden, à la Giudecca, dont tous les amoureux de jardinage connaissent le livre : Un jardin à Venise.

Le Jardin de Frederic Eden

A la fin du XIXème siècle, un riche aristocrate anglais, Frederic Eden, s’installe à Venise. Las d’une vie oisive, il achète en 1884, sur la Giudecca, un jardin qu’il entreprend de transformer. Or, jardiner à Venise tourne vite au cauchemar : les pergolas s’enfoncent dans la vase, il est presque impossible de planter des arbres, le climat est capricieux et la lagune envahissante…

Cette histoire, nombreux sont celles et ceux qui vous l’ont racontée, dans toutes les langues possible, elle est dans le livre.

A Garden in Venice - Frederic Eden

Revenons sur les propriétaires successifs :

Frederick Eden s’éteint en 1916 et son épouse Caroline lui survit jusqu’en 1928. Un an avant de mourir, celle-ci revend le Jardin d’Eden à la princesse Aspasia de Grèce (veuve du roi Alexandre Ier), qui acquiert la villa grâce au soutien financier de son ami sir James Horlick. La princesse réside ensuite dans la villa avec sa fille Alexandra jusqu’en 1940, date à laquelle éclate la guerre italo-grecque. Endommagée durant la Deuxième Guerre mondiale, la villa est reconstruite par Aspasia une fois la paix revenue. Le Jardin d’Eden est classé, à cette époque, monumento nazionale (1945).

La princesse Aspasia termine ses jours dans la villa en 1972 et le Jardin d’Eden passe alors par héritage à sa fille, devenue en 1944 la reine Alexandra de Yougoslavie. Personnalité fragile, Alexandra fait plusieurs tentatives de suicide dans la résidence et finit par la revendre en 1979. Le nouvel acquéreur est le peintre autrichien Friedensreich Hundertwasser. Il laisse les jardins à l’abandon et la végétation s’y développe de manière incontrôlée.

Friedensreich Hundertwasser est décédé, des suites d’une crise cardiaque, le 19 Février 2000, à bord du navire de croisière de luxe Queen Elizabeth II.

Treize années de mystère.

Cela fait treize ans que le peintre autrichien est mort, et depuis, personne ne savait qui est le propriétaire réel de jardin qui ne se visite plus, et qui sombre de plus en plus dans un état d’abandon et de décrépitude déplorable.

Un indice, sur le portier d’entrée, à la grille du pont : Gruener Janura AG c/o Fidiuris GmbH

Notre enquête nous a amené à découvrir une des plus grosses affaires de notre époque…

Au centre de cette histoire captivante : une femme d’une trentaine d’années, aujourd’hui, qui est née d’une relation autrichienne d’Hundertwasser. Jusqu’à sa mort, le père a refusé, selon les amis de la famille, tout contact avec elle, mais il a toujours réglé de façon ponctuelle la pension alimentaire.

Frau

Et c’est à propos de l’héritage du célèbre artiste que, depuis treize ans une vaste affaire de faux en écriture et dissimulation avait éclaté.

Après le décès du peintre, c’est la Fondation Hundertwasser présidée par l’ami et confident, Joram Harel qui revendique l’ensemble des droits, en dépit d’éléments qui semblent indiquer l’existence d’héritiers directs.

Harel, c’est aussi un marchand d’art et le patron de la maison d’éditions Grüner Janura AG (tiens, le nom sur la sonnette) qui commercialise les œuvres, reproduction et droits du peintre.

Harel, au nom de la fondation, fait très vite savoir qu’en fait d’héritage, il ne reste que des dettes, l’immense fortune de l’artiste ayant été dilapidée dans la construction des Therme Blumau.

Il existe un testament qui fait partage par moitié les biens du défunt entre la Fondation et son héritière légitime.

Kunsthaus

Harel présente un passif de de 1,5 millions d’euros pour le Kunsthaus et une facture dentaire impayée d’un montant astronomique de 12.206,13 €uros. Mais il oublie de mentionner certains actifs dont une propriété dans le Waldviertel.

Harel a offert la jeune femme à ce moment 140,000 €uros et une photo de son père, par respect pour la fille de son ami qui venait de perdre un père, qui l’avait ignorée toute sa vie. Le jeune fille de 18 ans, à l’époque a accepté, plus ou moins forcée, et ce fut là sa grande erreur.

Après quoi, le Kunsthaus Wien évalué à 44257,76 €uros au moment de la succession s’est vendu 4,3 millions d’€uros à une bien nommée Sans Souci Invest ging.

370 acres de terre en Nouvelle-Zélande à Bay of Islands ont été évaluées, à la succession pour 120 000 €uros, selon les données de Harel et Zanger. Actuellement, la vente de quelques petites parcelles a déjà rapporté trois millions d’euros.

Le peintre n’aurait pas laissé d’œuvres à sa mort, or, le catalogue raisonné en recense 18 encore en sa possession et qui ont « disparues ».

Huebner

Mais revenons à notre jardin sur l’île de la Giudecca. Le jardin de Frederic Eden, déjà maltraité par Friedensreich Hundertwasser est officiellement la propriété de Grüner Janura AG, devenue aujourd’hui Namida AG, une société déclarée en Suisse (pour des raisons d’opacité fiscale que l’on comprends bien). Depuis treize ans il n’est plus entretenu, et la maison est plus ou moins inhabitée, à l’exception d’un étrange gardien. En fait, on attends que la justice tranche pour la mise en vente de la propriété.

Joram Harel a confirmé en 2008 que Grüner Janura AG n’a aucun lien avec l’héritage de Hundertwasse (Die Stiftung hat damit nichts zu tun und lukriert daher auch nichts). Une contradiction flagrante avec les comptes de la fondation, et en contradiction avec le contrôle effectué par le cabinet de conseil Hübner & Hübner.

Le jardin de Frederic Eden s’étend sur près de 18.000 mètres carrés est une propriété de grande valeur de nos jours. Des biens beaucoup plus petits atteignent de prix élevés, à Venise, depuis des années. Actuellement une propriété voisine, avec une maison sur un jardin de 1500 mètres carrés est proposée par un courtier de luxe à 7,5 millions d’€uros.

La justice à été saisie, et, le 31 Mai 2013 fut une bonne journée pour Joram Harel et son avocat Georg Zanger. Ce jour-là, la justice autrichienne a rejeté tous les soupçons qui pesaient sur l’ancien directeur et exécuteur testamentaire du défunt artiste Friedensreich Hundertwasser. L’enquête sur les allégations de fraude grave à été close par le procureur compétent, avec la bénédiction de la Cour d’État de Vienne, sans autre recours.

Le jardin de Frederic Eden va pouvoir être mis en vente pour une petite fortune qui ira disparaître en Suisse en toute impunité.

Voir :

The Garden of Eden'. collection def Mrs. Pamela Milne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :