Le Torson di Sotto

Torson di Sotto dans la moitié du siècle dernier

Sur cette photo, on peut voir Luigi Gigio Tolotti (1912 – 1974), légendaire figure de la lagune, naturaliste et chasseur, dans un lieu dont il ne reste aujourd’hui même plus la mémoire.

Depuis que l’on a creusé le canale dei petroli, pour le passage des pétroliers, la presqu’île que l’on nommait autrefois Torson de Sotto a subis tellement d’érosion qu’il n’en reste presque plus rien.  De la maison, dans la fin des années 1990, il ne restait que cela :

Torson di Sotto

C’était un coin perdu de la lagune, loin, entre les marais de Ravaglio et de Rivola, en bordure du canal de Piovega. Seul un habitant de la lagune savait y aller sans se perdre.

Le département de génie civil pour les travaux maritimes avait proposé avant la Seconde Guerre mondiale, puis à nouveau en 1953, l’ouverture d’un canal navigable entre l’embouchure de Malamocco et de la zone industrielle située à Marghera, sur le continent.

Le projet initial à été régulièrement agrandi pour arriver à sa forme définitive de la loi du 2 mars 1963. On y jugeait que les gros pétroliers étaient potentiellement dangereux pour ce centre historique en cas d’explosion ou d’incendie à bord. On creusa donc un canal de 18 kilomètres de long et de 140 mètres de large, avec une profondeur de 14 à 15 mètres, capable de permettre la circulation de navires de 65.000 tonnes.

Le canale dei Petroli fut inauguré en 1969.

A l’époque déjà, des craintes avaient été exprimées, notamment par l’association écologique Associazione Italia Nostra. Elles furent balayées d’un revers de main au nom du progrès industriel.

Aujourd’hui, toute cette partie de la lagune est très polluée, les activités de pêche y sont même interdites. Les courants créés par cette voie maritime et l’impact de la masse des gros pétroliers a détérioré toutes les berges.

Il y a quelques années nous étions allés pêcher le long du Canal Melison, près des marais de Rivola et pas très loin du canale dei petroli. C’était en Novembre lors de la fraima (la fraima pour ceux qui ne connaissent pas, c’est le moment de l’année entre Octobre et Novembre quand la nature se prépare à hiberner, et que les poissons de la lagune repartent vers la mer). Au coucher du soleil, au moment où l’on dit que l’eau est dozana ou calme, un pétrolier est passé. Il allait vers S. Leonardo. Eh bien, dans un premier temps, notre embarcation s’est presque retrouvée à sec et ensuite nous avons été soulevés par une vague tellement importante que c’est seulement à cause de l’expérience des marins vénitiens et, de leur avis, une forte dose de chance si le bateau n’a pas chaviré. C’était une chose incroyable !

Or, des bateaux comme cela il en passe des centaines dans ce canal, même si l’activité de la zone de Marghera a fortement périclité ces dernières années.

Cela fait bien longtemps que je ne suis pas allé traîner dans ce secteur. Je ne sais même pas s’il existe encore aujourd’hui un peu de cet endroit.

Au delà de cet endroit, on a créé une zone naturelle qui s’étend presque jusqu’à Chioggia. De nombreuses exploitation y élèvent désormais les poissons qui viendront à votre table lors de vos séjours à Venise.

Article écrit avec la complicité de Gigio Zanon, que nous remercions pour son aide.

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. ytaba36
    Juil 12, 2013 @ 06:04:18

    Bravo to Gigio Zanon, he holds so much history!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :