Le petit teinturier

L’élève de Titien, Jacopo Robusti, dit Tintoretto (le petit teinturier) ne reste que peu de jours chez son maître, renvoyé ou parti à la requête d’autres sources ?

Le Tintoret, comme nous l’appelons en France, de son vrai nom Jacopo Comin, est né le 29 septembre 1518 à Venise, alors capitale de la République de Venise, où il est mort le 31 mai 1594. Il doit son surnom à son père, Battista Robusti, qui travaillait dans une teinturerie (tintorìa en italien).

Autoportrait

Selon les sources, on lit que le jeune Jacopo, entre très jeune dans l’atelier du Titien, et y serait resté entre dix jours, quelques mois ou sept ans.

Élève de Titien, il est réputé pour avoir dépassé son professeur dans la maîtrise des couleurs et des ombres, du rendu de la matière, s’inscrivant ainsi parmi les grands du style vénitien. Avant d’être admis à participer à une œuvre nouvelle, tout élève apprend le métier en copiant le travail du maître. Le garçon est-il trop impatient d’affirmer sa personnalité ? Ou bien le patron a-t-il surpris quelques dessins de lui et l’a-t-il renvoyé de crainte que de pareils débuts ne révèlent un concurrent potentiel ?

  La Cène (1594), San Giorgio Maggiore, Venise

Il avait une grande admiration pour Michel-Ange qui l’a influencé dans sa technique du dessin. Le Tintoret avait une passion pour les effets de lumière : il réalisait des statues de cire de ses modèles et expérimentait l’orientation des sources de lumière avant de les peindre. Michel-Ange deviendra pour lui, une bible « Il disegno di Michelangelo ed il colorito di Tiziano » (dessin de Michel-Ange, couleur de Titien) voilà, ce qu’il affiche dans son atelier.

En 1550, il épouse Faustina de Vescovi qui lui donnera de nombreux enfants. Trois d’entre eux, dont une fille, seront peintres.

Suzanne au bain

Son talent, sa magie sur les lumières, sont incomparables il est un peintre majeur du maniérisme de l’école vénitienne en 1564, il est nommé décorateur officiel de la la Scuola Grande di San Rocco.

C’est plus qu’une consécration, C’est l’honneur le plus grand qui pouvait lui être fait. Il offre, après cette nomination, soixante-cinq fresques qui rendent ce lieu unique au monde (nous vous en avons déjà parlé dans : A Venise, la Sixtine du Tintoret).

L’œuvre du Tintoret est immense. En plus des tableaux il a laissé de nombreux dessins préparatoires comme on peut le voir sur les reproductions ci-dessous, infime partie des collections du Musée du Louvre.

Etude d'après un moulage du groupe de Michel-Ange : Samson et les Philistins

Homme nu assis

Etude d'après un moulage de la sculpture de Michel-Ange dite 'le Jour'

Etude d'après un moulage de la sculpture de Michel-Ange dite 'le Jour'

Etude d'après un moulage de tête dite de Vitellius

Etude d'homme nu allongé et reprise du bras

Etude d'après un moulage du groupe de Michel-Ange : Samson et les Philistins

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :