Sur la piste d’Ernest Hemingway à travers les lagunes

Nous vous emmenons aujourd’hui dans la Floride italienne d’après Ernest Hemingway… à l’est de Venise s’étendent d’autres lagunes sauvages peuplées d’oiseaux sauvages, un rêve pour ce chasseur.

Parcourons donc la lagune de Marano sur les traces d’Ernest Hemingway.

Ernest Hemingway a parcouru une première fois la région de la Vénétie en mai 1918 pendant la Grande Guerre, il a combattu à Schio, Pasubio et Fossalta di Piave, où il a été grièvement blessé.

Il est revenu en Vénétie en 1948 avec sa femme Mary pour revoir les endroits de sa guerre et pour y vivre, d’abord à Cortina d’Ampezzo, où il a rencontré pour la première fois Fernanda Pivano, la traductrice de ses romans en italien.

Puis il s’est installé à Venise, où il a rendu célèbre le Harry’s Bar et la locanda Cipriani à Torcello, où certains on cru avoir la merveilleuse idée d’écrire une des plus fameuses fables qui courent sur l’auteur, dans la lagune. En effet, on peu lire parfois que c’est à la locanda Cipriani, à Torcello, qu’Ernest Hemingway aurait écrit Across the River and Into the Trees. Certains donnent même le nom d’une chambre : la Concordia room qui n’existe évidemment pas. Tout ceci n’est que pure fantaisie, ou des inventions d’alcoolique et pour cause…

Et enfin, également passé du temps à Caorle où il avait l’habitude de chasser dans la vallée de San Gaetano.

Ce qui est moins connu des « fans de la Sérénissime », c’est que la plus grande partie de ses aventures de chasse, à cette époque, ne se sont pas déroulées dans la lagune de Venise, mais dans celles, bien plus giboyeuses de Marano et de Grado.

Et, c’est encore lui qui a rendu célèbre un lieu désolé, à l’époque : Lignano Pineta.

Ernest Hemingway a contribué au lancement d’une ville dans ce lieu sauvage qu’il a appelé la « Floride de l’Italie »
La société a été fondée dans les années 1950, alors que Lignano Pineta était alors encore un lieu désert ; qui faisait géographiquement partie de la ville de Latisana, bien que situé dans le centre de la péninsule qui permettait d’accéder au village de Lignano Sabbiadoro (devenu aujourd’hui une ville balnéaire importante).

Lignano Pineta est née de l’initiative d’un groupe d’entrepreneurs locaux dirigés par le comte Carlo Alberto Kechler, qui créent une urbanisation en spirale selon un design innovant, conçu par l’architecte Marcello D’Olivo.

Ce projet a été décrit dans de nombreux magazines, pour son originalité et sa fonctionnalité, et parce qu’il a marqué le paysage et la forêt de pins, par sa forme d’escargot, repris ensuite sur le drapeau de la ville de Lignano Sabbiadoro

Ernest Hemingway a vécu ici, contribuant à rendre la ville célèbre et courtisée par les notables. Alberto Sordi, qui avait une maison à Lignano Pineta, a été l’un des protagonistes de la vie sociale de Lignano dans les années 60.

Toutefois, loin de l’agitation balnéaire et mondaine, c’est dans les « casoni », ces maisons de transitionnelles de pêcheurs, faites de bois et au toit recouvert avec des cannes des marais alentours qu’il aimait à se retrouver. La coutume de vivre dans des huttes est ancienne et très répandue dans de nombreuses parties de la lagune. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale les « casoni » de Caorle étaient devenus une cachette, loin des Allemands.

Ces maisons sont, encore de nos jours, utilisés par les pêcheurs, spécialement pour le loup de mer et l’anguille.

Enfin, après toute une expédition, c’est dans un autre petit village de pêcheurs, qui est encore resté authentique parce que secret, que l’on suivra la trace de l’écrivain pour un rendez-vous mythique.

C’est en effet dans ce petit village de cabanes perdu au bout du monde, à l’extrémité d’une des lagunes, un village encore secret, coupé du monde et loin des touristes, que l’écrivain à écrit, en 1950 son chef d’œuvre.

Ici, rien : quelques cabanes et bois alignées le long d’une allée, un petit port et quelques barques. Le silence et les oiseaux…

Une madone pour assurer la protection des chasseurs et des pêcheurs…

… c’est bel et bien ici qu’en 1950, Ernest Hemingway à écrit Au delà du fleuve sous les arbres. C’est en tout cas ce qu’il ressort de l’étude consciencieuse de sa correspondance à cette époque.

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. M. Cornaro-Tron
    Juil 26, 2013 @ 12:52:58

    Ecxellent et de bon alloi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :