Un accident dans le port de Gênes qui effraie encore plus les vénitiens…

Le port de Venise

Cette nuit, vers 23 heures, le porte container Jolly Nero de la compagnie Messina, a, pour une raison inconnue, effectué une mauvaise manœuvre en plein port de Gênes, et heurté de plein fouet la Palazzina Piloti, d’où sont contrôlés les mouvements des bateaux.

Sous le choc très violent, la tour de contrôle, une haute structure de métal où se trouvent les bureaux des pilotes du port ainsi que les garde-côtes, s’est inclinée de 45 degrés et une partie s’est même affaissée dans l’eau.

Les personnes qui s’y trouvaient sont tombées à l’eau. Les plongeurs des pompiers, arrivés très vite sur les lieux, ont repêché neuf personnes, dont trois étaient mortes.

Selon les premiers témoignages, il semblerait que deux moteurs se soient bloqués, rendant le porte-conteneurs incontrôlable. Le navire italien mesure près de 200 mètres de long, 30 mètres de large et pèse plus de 40.500 tonnes.

Arrivé sur les lieux, l’armateur du bateau, Stefano Messina, était sous le choc : «Jamais une chose pareille n’était arrivée. Nous sommes désespérés», a-t-il déclaré au bord des larmes… désespéré d’avoir perdu beaucoup d’argent, mais pas coupable d’avoir causé des morts inutiles.

Volontairement, nous ne mettrons aucune image de ce drame.

Navire dans le bassin de san Marco - Photo Alberto Alberti

Cet accident rappelle douloureusement aux Italiens la tragédie du Costa Concordia. Ce paquebot de croisière avait fait naufrage le 13 janvier 2012 après avoir heurté un rocher tout près de l’île toscane du Giglio, faisant 32 morts.

Cette tragédie touche plus particulièrement les vénitiens et vient remettre en cause les affirmations du Presidente dell’Autorità Portuale di Venezia Paolo Costa. Désormais, on comprends que ce ne sont pas des affirmations mais plutôt des incantations quand il dit que les navires de croisières modernes ont une sécurité maximale et qu’aucun accident ne peut survenir pendant leur traversée de la lagune de Venise.

12-12-1977

Cela ne peut pas arriver, nous dit-on, et pourtant un porte containers s’était encastré dans les quais des Giardini le 12 décembre 1977.

C’est donc déjà arrivé !

Navire de croisière et sa pollution athmosphérique - photo Luciano Mazzolin

Que dira t’on quand les moteurs d’un de ces monstres se bloqueront à leur tour et qu’un navire plus haut que le campanile de San Marco viendra s’encastrer dans la piazzetta, provoquant des centaines de morts, des milliers de blessés et de disparus, et la destruction irrémédiable d’un patrimoine de l’humanité ?

Ce jour-là, l’histoire nous a appris comment les choses se passent, le seul coupable sera le capitaine du navire, et tous les responsables se défausseront et plaideront la catastrophe imprévisible.

Navire de croisière et sa pollution athmosphérique - photo Luciano Mazzolin

Pourtant, la sagesse populaire et le bon sens des vénitiens leur fait crier la vérité depuis des années : Les monstrueux navires de croisières ne sont pas les bienvenus dans notre lagune, où seuls des bateaux de taille raisonnable devraient être accueillis.

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Argon 57
    Mai 08, 2013 @ 14:12:30

    Avant l’accident, la chose est prétendue impossible. Déjà pour le Titanic, qui était garanti insubmersible, on a vu ce que cela a donné!
    Et je crois qu’en cherchant, on trouverait d’autres exemples….
    L’argent et tout est dit!

  2. oliaiklod
    Mai 08, 2013 @ 19:26:09

    La photo du porte container encastré dans le quai des Giardini, l’accident impossible à Venise :

    Catastrophe à Venise

  3. divorce
    Mai 08, 2013 @ 20:53:43

    Une enquête a été ouverte visant le commandant du porte-conteneurs, il risque d’être inculpé pour homicide par imprudence. En effet le bilan se porte à sept morts, deux disparus et quatre blessés.

  4. oliaiklod
    Mai 08, 2013 @ 22:19:51

    C’est ce que j’ai appris également, le capitaine du bateau et le pilote du port sont inculpés. Des moteurs qui s’emballent risquent plus d’être un défaut d’entretiens qu’une erreur de pilotage, mais les vrais responsables, une fois de plus s’empressent de faire payer les lampistes.

  5. NOËL
    Mai 11, 2013 @ 22:57:47

    En 2012 j’ étais à San Georgio lors du Carnaval . Je photographais  » Peggy  » avec la Place Saint Marc en arrière plan , mais j’ étais pressé , car …
    Car un énorme navire de croisière passait juste derrière .

    Etant un peu spécialiste des paquebots et des  » navires de croisières  » (voir mon blog) j’ ai un peu analysé la situation .

    Marche en avant lente , le 1er remorqueur  » tire  » le navire et le 2ème le  » retient  » .
    Scénario classique , en pleine journée , visiblité bonne , traffic calme , mer bonne .
    Conditions  » idyllique  » au niveau de la sécurité pour  » circuler  » !

    Voilà comme j’ écris : des conditions  » optimale  » avec le moins de danger .
    On peut corser avec plus : de traffic , mauvaise visibilité et surtout mer mauvaise .
    Le vent est le pire énemi pour ces mastodontes pendant ces manoeuvres lente !!!
    La prise au vent est  » phénoménal  » !!! Et je pèse mes mots .

    Au Havre le Paquebot Queen Mary 2 veut partir de son quai . Impossible !
    Malgré ses 5 propulseurs d’ étrave et 2 remorqueurs : il bouge pas .
    Après 2 heures de manoeuvres et 6 remorqueurs , la bête bouge  » enfin  » !!!

    Vous pouvez voir sur Youtube les navires qui arrachent leurs amarres juste à cause du vent . Et même des navires qui se trouvent en perdition juste après . Des navires qui arrivent pas à entrer dans le chenal d’ un port car le vent les en empèche !!!
    C’ est déjà arrivé et ça arrivera de nouveau !!!

    Imaginez par gros coup de vent le cable de remorquage rompt .
    Le remorqueur qui le retient n’ est pas assez puissant tout seul .
    Son cable cassera , car trop de tension !
    Le navire de croisière est livré à lui même .
    En avance lente avec le Commandant en second et le pilote du port à la passerelle .

    C’ est un navire de 125. 000 Tonneaux (et pas tonnes , la taille d’ un navire s’ exprime toujours par son volume et pas par sa masse) . En poids net il tourne aux alentours de 70. 000 Tonnes quand même !!! Bref un sacré tas de féraille qui bouge .

    La réaction face au vent sera très , très lente !!!
    Car cette masse vas pas bouger comme un Vaporetto .
    Si on regarde la largeur du chenal par rapport à la longeur du navire et son temps de réaction tout seul face au vent …
    J’ ose pas imaginer la suite …
    On pourrait voir dans le pire des cas l’ étrave dans le Palais des Doges !!!
    C’ est pas de la fiction , une masse comme ça vous défonce un quai en béton sur une profondeur de 10 mètres .

    Franchement certains gens  » aveuglés  » par l’ argent et leur carrière ne regardent pas ou ne veulent pas regarder certains de ces accidents sur Youtube .
    Et pourtant c’ est pas un Iceberg , c’ est pas une collision avec un autre navire .
    Mais juste le vent . Moi j’ y pensé plusieurs fois .

    Ah oui draguer un chenal ailleurs coute trop d’ argent , mais le jour ou ça leur tombera dessus il faudra pas venir pleurer chez les assureurs …

    Moi je suis contre à 100% , un jour ça va pêter ,hélas à la tête des Vénitiens

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :