La stamperia Remondini

Cette famille d’éditeurs actifs dans la région de la Vénétie pendant deux siècles a fortement marqué l’imprimerie, l’édition et même l’art vénitien. La Remondiniana a été fondée par Giovanni Antonio Remondini ( Padoue 1634 – Bassano 1711), ancien marchand de Bassano (depuis 1650) de rideaux, de fer et drogues.

Remondini - S. Bartholomeus

Il a commencé à imprimer des images pieuses.

Le premier livre édité, l’Humiltà sublimata date de 1661. Il s’en est suivi une production intensive de livres de dévotion et de récits populaires bon marché et de mauvaise qualité.

Beato Bernardo da Offida Magistrale incisione a bulino su rame su bella carta vergellata. Collezione privata Galanzi

Puis l’entreprise a eu son premier graveur : Isabella Piccini, une religieuse qui a travaillé avec les Remondini pendant un demi siècle. Lorsqu’il hérita de l’imprimerie, son fils, Giuseppe (Bassano 1672 – Bassano, vers 1750), a favorisé l’exportation vers les états de la Vénétie, et obtenu de la République de Venise le monopole de la fabrication et de la vente de cartes en or, argent, etc. (1739).

Projet pour le teatro La Fenice

Il a même créé une autre imprimerie au cœur de Venise, où son fils, Giovan Battista (Bassano 1713 – Castello Tesino 1776) a travaillé en collaboration avec les meilleurs graveurs de son temps.

S. Rochus

Avec le fils de Jean-Baptiste, Giuseppe (Bassano 1754 – 1811), la maison a produit les plus belles éditions, se prévalant de la collaboration de B. Gamba, directeur de l’imprimerie et collecteur pour les Remondini d’une riche collection de livres rares.

Feuille de soldats

Au XVIIIème siècle, l’imprimerie comptait plus de 18 presses pour caractères mobiles, 24 presses pour la chalcographie et plus de 1 000 ouvriers.

Imprimerie Remondini

Les produits typiques étaient des ouvrages de dévotion, des gravures populaires et des papiers peints ou pour la reliure.
La distribution de la production était assurée par des vendeurs ambulants, présents dans toute l’Europe, en Russie et dans les Amériques.

Il Paese della Cuccagna (le pays de Cocgne)

La chute de la République de Venise marqua le déclin de l’entreprise, le fils de Joseph, Francesco Girolamo (1773 – 1820), a tenté en vain de sauver l’entreprise, secoué par des conflits juridiques et des événements politiques. Sa femme, Gaetana Baseggio et leur fille Teresa Gioseffa (1817-1873) ne purent empêcher une inexorable décadence et, en 1861, après deux-cents ans d’intense activité, les lignes de production furent démontées et cédées à divers producteurs.

Andrea Mantegna La battaglia degli Dei marini

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: Les meubles laqués vénitiens du XVIIIème siècle | Olia i Klod

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :