Le Monde de la Mode : hiver 1838

Nous allons vous décrire aujourd’hui des manteaux, des tenues chaudes, confortables  et élégantes de l’année 1838. 

En France, Joseph Arthur de Gobineau, dit le comte de Gobineau, est en pourparlers avec la Gazette de France pour deux articles par mois et vient d’écrire un article pour Antoine Eugène Genoud, rénovateur de la Gazette. Il lit George Sand « Au milieu des écrivassiers sans âme et sans conscience comme de Lamartine, les écarts de cette femme sublime sont encore respectables même par leur bonne foi. »

Entre deux tentatives manquées de coup d’État, Louis-Napoléon Bonaparte s’enfuit de Suisse, dont il est citoyen, pour les États-Unis.

Robe de promenade en Poult de Soie* lavande foncé, portée avec un mantelet de velours rayé bleu. Le bas de la robe est garnie d’un large volant ourlé gaufré.
Le mantelet est bordé d’un rouleau de fourrure. Manchon en fourrure. Chapeau de satin couleur citron, au bord ovale dont le haut forme une draperie décoré de  plumes d’autruche et de rubans. A l »intérieur, le bord des cheveux est garni de fleurs blanches et d’un bandeau de rubans.

Robe de soirée en satin gris lilas, dont le bas est bordé d’un double volant de dentelle de Malines. Corsage bas, orné d’un pan pèlerine, et abondamment décoré, comme le sont aussi les manches, avec de la dentelle de Malines.
La coiffure, une toque allemande, est en velours vert et dentelle d’or, et garnie d’une seule longue plume d’autruche blanche.

Robe de voyage en  gros de Naples de couleur maïs. Manteau polonais, bordé avec un rouleau de fourrure. Le châle pèlerine et les manches vénitiennes, donnent à ce manteau l’aspect d’une pelisse.
Chapeau de velours vert au bord arrondi ; l’intérieur est garni d’un mélange de dentelle et de ruban, le haut est orné d’un oiseau de paradis, teint pour s’assortir au chapeau.

* Pout de soye : Étoffe de soie unie et sans lustre, dont le grain est gros comme celui du gros de Naples, et moins serré que celui du gros de Tours. Ce paraît être une altération de padouesoie, soie de Padoue ; du moins l’anglais nomme paduasoy, une soierie de Padoue. Au contraire, Trévoux dit que ce mot est corrompu de tout de soie. Quelques-uns écrivent pout-de-soie, poultde-soie, et, le plus couramment pou-de-soie.  Au pluriel : Des poux-de-soie, comme on écrivait au XVIIème siècle. (source : Dictionnaire de la Langue Française d’Émile Littré. 1872-1877.)

Robe de soirée en satin blanc royal, la jupe est orné d’un double volant, bordés de satin rose, entouré d’une rangée d’étoiles d’or, et au-dessus de volants souples bordés de satin rose. Un corsage bas, et, manches courtes, garnis de volants bordés de satin rose pour correspondre à la jupe.
Les cheveux sont disposés en tresses souples sur les côtés, ornés de ruban de velours cerise.

Cette robe pour l’opéra à été réalisé dans un nouveau matériau : la Semiramide, garnie de dentelle noire antique.
Le manteau est en velours noir, doublé de satin quadrillé couleur cerise, il est de la forme « à la vénitienne » que l’on nomme là-bas « Tabarro ». Les manches et le devant sont bordés de duvet de cygne.
Les cheveux sont disposés en tresses souples sur les côtés, et un chignon à l’arrière de la tête est ornée d’épis d’argent, avec, comme décoration une longue plume d’autruche blanche ondulée.

Robe de soirée en mousseline des Indes blanche ; draperie partant sur l’arrière de la jupe, avec un double volant de dentelle. Mantelet de velours noir, garni de dentelle noire, attachée à la poitrine par un camée, et au niveau du poignet par un nœud de ruban bleu.
Coiffure à la Fontanges, ornée de broches dorées et de rubans bleus.

Un manteau de satin bleu à motifs fleuris est porté sur le robe de soie de couleur fauve. Le manteau est doublé et ourlé de peluche de couleur plus foncée. La doublure retournée sur les épaules comme un châle forme une pèlerine.
Les manches, pendantes, de grande taille, sont également doublée et ornées de peluche, et ornées, sur les épaules avec de la soie fantaisie.  Une superbe cordelière de soie bleu serre la taille. Le col de dentelle de Calais est fermé par un nœud de satin rose.
Le chapeau à large bords, de velours blanc, est orné d’un bouillon de tulle, de rubans de satin blanc et de trois longues plumes d’autruche de le même couleur.

Cette robe de bal de tulle blanc est ouverte sur ​​une jupe de satin blanc ;  celle-ci est garnie d’un large volant en dentelle froncée, qui est surmonté par une couronne de fleurs. La robe est harmonieusement relevée sur les côtés, et garnie d’une guirlande de fleurs qui remonte jusqu’à la taille. Un corsage bas, bordé de fine dentelle et des manches courtes, resserrées aux dessus des coudes, le tout décoré avec des fleurs.
Les cheveux disposés en boucles sur les côtés, sont décorés de fleurs et d’un nœud de satin sur l’arrière.

Un robe et un pantalon de mousseline indienne blanche pour cette tenue de petite fille, le corsage est garni d’une draperie en fichu, et les manches avec des noeuds de ruban rose pâle.
Ceinture est un ruban de satin rose pâle serré avec un gros nœud, les cheveux sont coiffés « en suite ».

Robe du matin en Poult de Soie dont la couleur est entre le violet et le lilas, le corsage en drap blanc brodé, enveloppant, elle est demi-haut et drapé sur la poitrine ; manches serrées aux épaules, au coudes et sur les avants bras, et bouffantes près du coude. Le devant de la robe est brodé de mousseline pèlerine.
Bonnet en satin rose, au large bord rond de taille moyenne, orné à l’intérieur avec quelques fleurs. Un bouquet de fleurs identiques et des rubans de satin décorés, ornent le dessus.

Robe de promenade en Gros de Naples, couleur paille, à motifs noir. Manteau de velours noir, orné de riches larges franges noires.
Chapeau de peluche bleu ; l’intérieur du rebord est décoré, à la façon d’un bonnet, de tulle et de rubans, l’arrière est ornée de plumes d’autruche blanches.

Robe de soirée en velours rep vert, sur une sous-robe en satin blanc ; le devant es ornée dans le style roman avec un croisillon de ruban vert. Manches à la Pompadour.
Bonnet à la Babet de tulle, garni de fleurs et de rubans viseau.

Une robe pour l’opéra en satin lavande, bordée de dentelle noire.
Mantelet de velours noir et capuchon, doublé de satin cerise.

Une robe de soirée en pou-de-soie gris lilas, garni dans un style très novateur avec des fleurs. Corsage à la duchesse d’Orléans, nombreux volants dans le bas de la jupe.
La coiffe est un bonnet Napolitaire de tulle, garni de roses.

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. marie40
    Déc 14, 2012 @ 07:38:44

    J’admire les costumes mais j’admire aussi les petites mains qui savaient confectionner d’aussi belles tenues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :