L’isola di Poveglia

Notre destination ce mois-ci sera, cap au sud, vers une île qui n’est pas vraiment abandonnée par tout le monde, même si, depuis 1968 plus personne ne vit sur ce lopin de terre au milieu des eaux. Les magnifiques bâtiments ne sont pas encore dans l’état de décrépitude qui caractérise bien d’autres iles désertes de la lagune…

… pour combien de temps encore ?

L’île où nous allons était autrefois appelé Popilia, probablement en raison de sa végétation (du latin populus « peuplier ») ou par rapport à la Via Popilia-Annia, construite par le consul romain Publio Popilio Lenate. Sur les cartes centenaires l’île est également nommée Poveggia.

Après l’invasion lombarde du VIème siècle et la destruction de villes de la terraferma (dont Padova et Este) l’île devient un refuge en 421. Les habitants de Popilia ayant joué un rôle important dans la défense du duché de Venise, ils jouiront par la suite de certains privilèges comme l’exonération d’impôts, le service militaire et le service de l’aviron dans les galères.

En 864 deux cent familles fidèles de Pietro Tradonico, qui a été tué, à la suite d’un complot des patriciens vénitiens, s’installèrent sur l’île. La petite ville devint rapidement prospère, à la fois économiquement et démographiquement. En moins d’un siècle Poveglia agrandie est devenue riche. Enfin elle devint une république autonome en 1378, soulevant des préoccupations de la Sérénissime, qui a décidé comme mesure visant à affaiblir le pouvoir de Poveglia de faire une «décentralisation» de la population. De nombreux habitants ont été exilés, et ces événements ont entraîné un conflit : « la guerre de Chioggia« .

Après la guerre, il restait peu de choses de l’ancienne splendeur.

La surface de l’île a diminué de moitié en raison des tempêtes, des tremblements de terre et de l’érosion, puis elle est passée sous l’autorité du maire de Malamocco. En 1468,on a construit des entrepôts et des chantiers navals, transformant l’île en un lieu de quarantaine pour les navires et les marchandises.

Au XVIème siècle, on a tenté en vain d’attirer l’ordre des Camaldules pour y construire un monastère. Pas plus approprié pour le repeuplement après le transfert en 1777 sous l’autorité du magistrato alla Sanità, entre 1793 et 1805, on y a installé un hôpital.

En 1805 l’île est devenue un hôpital militaire, pour accueillir les malades de la peste, et ainsi, empêcher la propagation de la maladie.

Dans la fin du XIXème siècle a été de nouveau utilisée comme station de quarantaine pour le transport maritime, en prenant le nom Lazzaretto Nuevo. Puis les français et les autrichiens y ont réinstallé un hôpital, plus grand, qui a fonctionné comme refuge pour les personnes âgées alitées jusqu’en 1968, quand l’ensemble du complexe a définitivement fermé.

Sur l’île se trouvait autrefois une église dédiée à San Vitale, qui possédait un crucifix célèbre (aujourd’hui conservé dans l’église de Malamocco) et un tableau de Titien, mais en 1806 elle a été fermée et finalement détruite. Il n’en reste plus aujourd’hui que le campanile transformé en phare.

L’île a été abandonnée en 1968 et est maintenant en très mauvais état.

Aujourd’hui, l’île est utilisée pour l’agriculture (surtout la viticulture) et n’est pas accessible aux touristes.

Comme tout endroit mystérieux qui se respecte, Poveglia a ses légendes… et comme beaucoup de légendes urbaines modernes, elles se sont montrées sans aucun fondement historique.

Poveglia jouit d’un passé qui est présenté comme peu enviable et est considérée, pour certains, comme un endroit réputé pour des phénomènes paranormaux.

Une légende raconte que l’île accueille toujours les esprits de ceux qui ont été amenés pour mourir à Poveglia pendant les années de peste et que toute personne qui vient près de l’île durant la nuit peut entendre les gémissements et voir les âmes qui errent dans l’île.

Mais dans les recherchesque nous avons effectuées, l’île n’a jamais été utilisée pour accueillir les victimes de la peste !

Dans les années où s’est répandu à Venise la terrible épidémie de peste noire, la ville est rapidement devenue une usine à cadavres.

Les vénitiens, dans une tentative pour y remédier, auraient décidé d’utiliser Poveglia comme une sorte d’hôpital-mouroir, portant sur l’île non seulement les corps, mais aussi la mort, et quand la crainte de la maladie a dégénéré en hystérie, même les gens qui montraient simplement les premiers symptômes étaient violemment arrachés de leurs maisons et emmenés à Poveglia, d’où ils ne reviendraient pas. Il y a lieu de croire que plus de 160 000 personnes seraient mortes sur cette île tout au long de son histoire.
Sur le sol de l’île il serait donc possible de trouver des restes d’ossements humains.

A ce ci près que cela s’est réellement passé dans la lagune, mais que ce sont les îles du Lazzaretto Novo et du Lazzaretro Vecchio qui ont eu ce triste privilège? Les photos de squelettes dans des fosses communes n’ont jamais été prises à Poveglia.

En 1922, un hôpital psychiatrique fut bâti sur l’île. Il y avait des rumeurs persistantes disant que des patients, après leur arrivée, voyaient des esprits tourmentés, victimes de la peste. Le médecin résidant enquêta sur ces phénomènes en conduisant des lobotomies et des expériences médicales. D’après des témoignages, celui-ci aurait été victime des mêmes phénomènes : il commencé à voir les esprits des victimes de la peste qui, selon les témoins, un jour, l’ont amené à grimper au clocher, le poussant à se jeter dans le vide. Selon le témoignage d’une infirmière le psychiatre n’est pas mort immédiatement mais,  il a été enveloppé par une brume qui se glissa dans ses narines et l’étouffa.

L’île n’a pas été utilisée comme hôpital psychiatrique à l’instar de San Clemente, encore une affirmation qui est fausse. Les bâtiments et le jardin ont accueilli des personnes âgées dans une maison de repos et de convalescence. Nos recherches aux archives ainsi que dans les journaux n’ont rien donné : aucun médecin ne s’est jamais suicidé sur cette île, cette histoire n’est que pure invention.

Après ces incidents, l’hôpital fut abandonné et l’île demeure inhabité depuis.

Bien que fermée aux touristes, il y a quelques années une famille a pu obtenir la permission de la visiter pour l’évaluer comme un site possible d’une résidence de vacanciers, mais avant la nuit, ils l’ont quitté brusquement sans explication. La seule chose que nous savons, c’est que sur le visage de la fille il y avait une lacération qui a exigé quatorze points de suture.

On y entend souvent sonner, paraît-il, la cloche du campanile, déposée en 1913…
Actuellement, les projets pour cette île tournent autour d’un centre écologique et archéologique, mais aucune visite n’est prévue pour les curieux. Des travaux de restauration avaient été engagés, comme en attestent les échafaudages présents autour des bâtiments et du campanile. mais ils semblent ne pas avancer, et il y a bien longtemps que personne n’a vu un ouvrier travailler ici.

Bien qu’interdite d’accès, l’île attire toujours des curieux en mal de sensations fortes et des « chasseurs de fantômes » venus du monde entier. Les fous ne sont plus amenés ici, ils y viennent tout seuls…

Ces légendes urbaine ne reposent sur aucun fait établis, et nous n’avons jamais rien trouvé s’y reportant. D’après certains historiens, l’île n’aurait même jamais été utilisée comme mouroir pendant la peste.

L’île abandonnée par les hommes et actuellement proposée par l’État Italien, sous forme de bail, à tout investisseur pour transformer les lieux en un hôtel de grand luxe… un de plus dans la lagune.

et pour voir la suite des aventures de ces chasseurs de fantômes :
http://youtu.be/Cv-allmVCxE
http://youtu.be/h4R27U6hkMU
http://youtu.be/v-GPYKxC8uw
http://youtu.be/-v-PrdfYB7Y

Voir également un article sur le blog d’Alain Hamon, qui semble également en être revenu vivant 😉

10 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: Les domaines vendent les joyaux vénitiens | Olia i Klod
  2. Rétrolien: B&B morbide à San Michele | Olia i Klod
  3. Rétrolien: En quêtes d’ailleurs | Olia i Klod
  4. Rétrolien: Achetons une île à Venise : 99 €uros pour 99 ans | Olia i Klod
  5. bbordasilvand
    Avr 10, 2014 @ 12:22:21

    Belle idée ! Merci.

  6. Rétrolien: La véritable histoire de l’île maudite de Poveglia | Olia i Klod
  7. carmela ippolito
    Avr 20, 2014 @ 11:04:30

    J’aime en savoir plus, avant de croire a certains journaux, comme les médias français ou anglo-saxons.
    Pour ma part l’idee de faire revivre cette ile (meme si je ne suis pas Venitienne) est une tres belle initiative.

  8. oliaiklod
    Avr 20, 2014 @ 11:07:21

    Alors, demain il y aura une suite réalisée avec des documents retrouvés aux archives de Venise.

    Quindi domani ci sarà un articolo successivo realizzato con documenti trovati negli archivi di Venezia.

  9. Rétrolien: Poveglia : Souscrivez maintenant ! | Olia i Klod
  10. Annick DEVERT
    Avr 30, 2014 @ 20:59:09

    Pouvons-nous vous aider pour garder l’île?Et en faire un jardin…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :