Catherine, princesse à San Michele – XV

Vous nous croirez si vous le voulez, mais, un jour, alors que nous étions bien en peine de trouver des éléments qui nous permettraient d’avancer dans cette histoire, nous avons, à San Michelle demandé à la princesse Catherine Troubetzkoy, née Moussine-Pouchkine de nous aider, Klod en français, Olga en russe… et bien c’est à partir de ce jour que, un à un, les fils se sont dénoués et que nous avons trouvées les informations, qui, de pays en pays, nous ont permis de vous conter à notre tour cette histoire, de la façon la plus complète qui soit.

A chaque fois qu’il buttait sur une impasse, Klod s’est rendu à San Michele in Isola, et s’est « entretenu » avec Catherine, et juste après, il accédait à une nouvelle découverte.

En effet, chacun, par le monde, que ce soit en Russie, en France, en Espagne ou en Italie détenait un fragment de la vie de Catherine.

C’est bien grâce à son aide (à l’aide de la princesse Catherina Petrovna Troubetzkoy) que nous avons réussi à tout remettre en place, au bon endroit.

L’aide de Catherine n’aurait été rien sans celle des vivants, et nous devons remercier pour leur aide, aussi infime fut elle (car chaque parcelle de la vérité nous a fait progresser à un moment) :

.

Madame Natasha Troubetzkoy et son frère Igor

Monsieur le comte Alberto del Bono

Madame Laure Troubetzkoy

Monsieur Alexandre Troubezkoy

Monsieur André Moussine-Pouchkine

Madame Mireille Forget-Gouy pour son inlassable travail aux Archives Consulaires de Nantes

Aujourd’hui, à San Michele, les tombes ont été restaurées, propre, la tombe de Catherine a retrouvée la blancheur de la pierre d’Istrie.

Quand à la tombe de Maroussia et Eleonore, le marbre rose, veiné à retrouvé également sa splendeur passée.

Si vous passez les voir, respectez deux traditions, la première, bien italienne, sera de déposer quelques fleurs, en disant que vous venez en ami-e-s, de notre part. La seconde, qui relève de la tradition orthodoxe, consiste à nettoyer et bichonner le tombe pour qu’elle reste impeccable. Et si par cas d’autres russes passent par là, vous verrez qu’il en font de même avec les sépultures voisines de Dyaguilev ou Stravinsky, qu’ils connaissent évidemment bien plus que Catherine, notre princesse de San Michele.

Biographie :

« Mémoires d’une danseuse de corde: Madame Saqui », P.Ginisty, Fasquelle edit., Paris 1907.

« Mémoires de A.I. Arnoldi » Moscou, 1972.

« Frère d’Empereur – Le duc de Morny et la Société du Second Empire« , F.Lolliée, Paris, 1909.

« Una rusa en España: Sofía, duquesa de Sesto » Anna de  Sagrera (1990).. Espasa-Calpe. ISBN 84-239-2236-7.

« La otra vida de Alfonso XII » Ricardo de la Cierva (1994).. Editorial Félix. ISBN 84-88787-02-2.

« Mujeres del segundo imperio: Sofía Troubetzkoy » Federico Olivan (1949). Diario ABC (28 de diciembre). pág. 19.

« Biografía de José Osorio y Silva »  Biografías y Vidas (2004-2010).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :