L’Aigle et le Lion – Napoléon divise toujours Venise

Venise garde un fort mauvais souvenir du passage de Napoléon Bonaparte. Aussi, l’acquisition en 2003 d’une statue de l’Empereur destinée à une niche du Musée Correr, sur la place Saint-Marc, a provoqué un tollé au sein des habitants, farouches protecteurs de la mémoire de la ville. Les associations napoléoniennes étant, quant à elles, prêtes à prendre la défense de l’Empereur.

Haute de 2,5 mètres, la statue en marbre réalisée met en scène un Napoléon torse nu et musculeux, levant impérieusement sa main droite, un globe terrestre dans la main gauche.
Elle avait été commandée par des marchands vénitiens pour remercier Bonaparte d’avoir fait du port une zone détaxée et a trôné sur la place Saint-Marc de 1811 à 1814, année où la Cité des Doges a été prise par les Autrichiens, et où la statue a été transférée vers l’île de San Giorgio Maggiore, située non loin.

La dispute autour des mérites et des crimes de Bonaparte agite toujours la lagune plus de deux cent ans après la chute de la République entre les mains de Bonaparte. A l’origine, la décision prise par la mairie de Venise, avec le soutien du Comité Français pour la Sauvegarde de Venise, d’acheter chez Sotheby’s pour 335.000 dollars la statue en question. Exécutée par le sculpteur véronais Domenico Banti, elle avait été érigée à proximité du palais des Doges en 1811 pour remercier l’Empereur d’avoir concédé à la cité le statut de port franc. Trois ans plus tard, avec l’arrivée des troupes autrichiennes, elle descend de son piédestal.

Napoléon est considéré par beaucoup comme l’ange noir de la ville ; en 1797, l’invasion de Venise par les troupes françaises, avec son lot de destructions et de pillages, a tout simplement mis fin à la millénaire Sérénissime. Napoléon, coupable d’avoir détruit une soixantaine de monastères, quelques dizaines d’églises, des centaines d’écoles du culte, ainsi que d’avoir envoyé en France les points névralgiques de l’économie de la ville, et surtout des milliers de tableaux, sculptures, livres, incunables, tapisseries de la Sérénissime.

Désormais, la statue a été placée dans le Musée Correr, place Saint Marc, dans l’aile napoléonienne

7 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Lorenzo
    Mai 14, 2012 @ 09:07:17

    Je recommande à vos lecteurs l’ouvrage Napoléon et Venise d’Amable de Fournoux qui explique et commente parfaitement l’attitude du corse face à Venise et permet de bien comprendre la hargne que nous ressentons toujours à l’égard de Buonaparte. je me permets aussi de vous renvoyer à deux billlets anciens de Tramezzinimag :
    http://tramezzinimag.blogspot.fr/2006/01/19-janvier-1806-le-dbut-du-racket.html
    http://tramezzinimag.blogspot.fr/2007/10/17-octobre-1797-la-trahison-de.html
    Bravo pour votre travail toujours très agréable à lire.
    Lorenzo

  2. oliaiklod
    Mai 14, 2012 @ 09:24:33

    Le livre d’Amable de Fournoux fait, justement, l’objet du prochain article de la série « l’Aigle et le Lion ».
    Parution donc le 14 juin sous le titre « L’Aigle et le Lion – Napoléon et Venise (1796-1814) »

    Puis nous marquerons certainement une pause dans cette série, non qu’il n’y ait plus rien à dire sur Bonaparte à Venise, mais nous devons aller chercher de nouveaux documents pour poursuivre… (en tout cas, l’article du 14 juillet n’est pas encore écrit …)

  3. Giorgio
    Mai 14, 2012 @ 11:39:43

    Intéressant en effet, pour la petite histoire, je précise que la statue à été livrée au musée Correr de nuit… sous haute protection!
    Dommage que les vénitiens ne soit pas aussi de farouches protecteurs vis à vis de la mafia chinoise… j’ai toujours eu beaucoup de peine à comprendre pourquoi ils acceptent que le « péril jaune » grignotte le moindre espace commercial…. Giorgio (CH)

  4. oliaiklod
    Mai 14, 2012 @ 12:08:54

    Nous avions, effectivement oublié de préciser cela !
    Merci Giorgio.

    Nous avons parlé du « péril jaune » récemment. Mais l’article a suscité peu de réaction et n’a pas eu un grand succès.
    Peut-être n’était-il pas assez croustillant ?
    La prochaine fois, nous irons enquêter dans les salons de massages, avant de faire le tour des cuisines et arrières sales.

    Ceci dit, on observe le même phénomène dans toutes les grandes villes européennes touristiques.
    Et il n’y a qu’à Venise que la lutte contre cette mafia semble exister (ce qui ne veut pas dire que son efficacité soit redoutée).

  5. Rétrolien: Venetian Hours: Franco Venice and French Cuisine
  6. Satordi Marseau
    Avr 16, 2016 @ 17:54:35

    Hello, merci pour votre article très remarquable! Je suis passioné par ce theme. Grâce à votre site que je viens découvrir, je vais en connaître davantage. Amicalement.

  7. Jean-claude Le Marec
    Oct 18, 2018 @ 01:26:11

    Dans le cadre de l’exposition sur Venise au Grand Palais, dont les œuvres exposées sont magnifiques, je me permets d’apporter une critique sur le texte du dernier panneau affiché intitulé : « la chute de la république ».
    J’ai été choqué par une phrase de ce panneau (phrase figurant également dans le dépliant en français fourni à l’entrée), à savoir : « après l’avoir occupée et en partie saccagée, Bonaparte cède Venise et ses territoires à l’Autriche.. . »
    Cette affirmation de saccage est inexacte.
    Non seulement le mot saccage est une affirmation qu’il faudrait étayée, mais il faudrait rappeler que Bonaparte a fait réaliser des embellissements à Venise.
    A ne citer que la construction clôturant la place St Marc, aile faisant partie de l’actuel musée Correr.
    En tout état de cause cette géniale entreprise initiée par Bonaparte valorise extraordinairement l’harmonie, l’unité et met en valeur la la perspective de la place.
    Cette aile fut d’ailleurs très appréciée par Sissi. On peut ajouter, concernant les droits de l’homme, l’ordre donné par Bonaparte d’abattre les murs du ghetto.
    Dans ce panneau insultant les français conduits par Bonaparte, ceux-ci sont considérés aux yeux de dizaines de milliers de visiteurs venus du monde entier, comme des vandales !
    Que dire alors des destructions stupides d’églises avec leurs chefs-d’œuvre irrémédiablement perdus, à cause des bombardements aveugles par les Autrichiens è. 1916…
    Le dépliant, par ailleurs traduit en anglais, utilise le mot « loot » qui signifie piller, un peu moins caricatural, bien que peu reluisant, terme restant cependant très exagéré.
    Tout cela n’apporte rien sinon de nous déprécier.
    J’ajouterai que dans l’émission excellente de Franck Ferrand sur Venise, il y est qualifié l’intervention de Bonaparte à Venise comme « sujet à controverse », ce qui n’est pas la même chose…

    Envoyé depuis mon mobile Huawei

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :