Roses d’Eden

S’il est bien un jardin à Venise que Klod rêve de visiter (en vain pour le moment), c’est bien celui de Frederic Eden, à la Giudecca. Pensez donc, il en a dévoré le livre plusieurs fois depuis plus de trente ans, et il a aussi parfois appliqué les théories de son successeur, Friedrich Stottwasser, le chantre de l’ortie…


Nous n’allons pas vous narrer l’histoire du jardin… le livre de Frederic Eden « Un jardin à Venise » vous attends, c’est une merveille du XIXème. Et puis, Lorenzo du blog Tramezzinimag l’a déjà si fort bien fait dans son « Un merveilleux jardin à Venise« , que nous ne pourrions que commettre un plagiat !

Non, pour Klod, à la lecture du livre, c’est tout un imaginaire, et le fruit de son expérience (5ème génération de jardiniers, il a exercé ce métier pendant plus de vingt ans) qui se met en route. En ce mois de juin, c’est un jardin embaumé par les roses qui vient combler ce qu’il imagine avoir été ce lieu… « Durant les quinze premiers jours de mai, le grand spectacle des roses se met en place. Nous en comptons un grand nombre de variétés, mais nous aimons surtout celles qui nous aiment« …

Les variétés que cite Frederic Eden sont pratiquement oubliées, à peine si quelques unes se trouvent encore chez quelques pépiniéristes passionnés, en France ou outre-Manche. Des roses qui composaient de « gros massif à l’ombre » pour Papa Gontier (1882 — Nabonnand, France) ou Comte de Paris (1886 — Leveque, France), il ne nous reste que de jolies gravures du XIXème.

« Nous laissons au soleil où elles se délectent« … Beauté inconstante, Madame Jules Grilez, Maria immaculata… (trois roses totalement inconnues de nos jours) on se croirait feuilletant un catalogue de Victor Lemoine, le célèbre nancéen !

« Mais il y a une telle profusion de rose qui semblent nées pour ce climat » : Gustave Régis, Souvenir de Catherine Guillot, Madame Eugène Resal (1872 — Gonod, France) et sa grande sœur Madame Laurette Messimy (1888 — Guillot, France), Comtesse Risa du Parc (1876 — Schwartz, France), Caroline Testout, Madame Falcot (1858 — Guillot, France), l’ancienne Malmaison, et la plus délicieuse de toutes, La France.

« J’ai compté un jour un millier de fleurs sur un Maréchal Niel (1864 — H & G Pradel, France) qui, greffé sur un banksia, recouvrait une vielle étable« .

Après la transformation, volontaire, du beau jardin dans le plus pur style anglais de Frederic Eden, en jardin sauvage par Friedrich Stottwasser que reste-t’il de ces vielles variétés dont les noms résonnent à nos oreilles comme autant de parfums différents : Madame Alfred Carrière (1879 — Schwartz, France), Aimée Vibert (1828 — Vibert, France), Madame Bérard (1915 — Levet, France), Gloire de Dijon, Reine Olga de Wurttemberg (1881 — Nabonnand, France), Gloire lyonnaise, Céline Forestier (1842 — Trouillard, France), Rêve d’or, William Allen Richardson (1878 — Pernet-Ducher, France), Crimson Rambler, Reine Marie-Henriette.

Est-ce que des visiteurs avertis seraient encore capables de retrouver quelques traces, ne serait-ce que fugaces de ce merveilleux Jardin d’Eden à Venise ?

La nature reprends ses droits, et les orties et les ronces sont bien plus prolifiques que les délicates variétés plantées par Eden. Un Frédéric a aidé la nature à défaire le travail épuisant d’un autre Frédéric.  Pour le moment, les hauts murs du Jardin de Frederic Eden gardent (pour nous) intact le mystère et le secret…

Bibliographie :

  • « A Garden in Venice », London : George Newnes, 1903
  • « A Garden in Venice » postface by Marie-Thérèse Weal, London : Frances Lincoln, 2003
  • « Un Jardin à Venise » trad. et présenté par Marie-Thérèse Weal, Arles : Actes Sud, 2005

Pour les variétés anciennes de roses, voir sur Internet : Roses anciennes en FranceSur place, pour les voir : Association Grignan, Pierres et Roses anciennesPour en acheter, nos amis (Eleonore Cruze) de la Roseraie de Berty

3 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Rétrolien: Der Betrug von Harel | Olia i Klod
  2. Rétrolien: A Palanca, le jardin d’Ottilia | Olia i Klod
  3. Rétrolien: Le Journal de Lady Layard | Olia i Klod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :