Le palais maudit de Venise

A la fin du XVème siècle, Giovanni Dario, ambassadeur de Venise à Constantinople, fait construire un palais par l’architecte Pietro Lombardo. La façade est ornée de médaillons de marbres multicolores. Cheminées typiques vénitiennes.
Il serait le palais maudit de Venise, portant malheur à ses occupants qui connaitraient des fins rapides et violentes.
La malédiction semble frapper tous ses propriétaires.
La liste de ses victimes au fil des siècles est impressionnante !
Superstition pure ? Ce qui est sûr par contre, c’est qu’il penche…


Tout semble commencer à la fin du XVème siècle en 1487 à Venise : Giovanni Dario, un dalmate d’une famille non noble, ambassadeur de la Sérénissime à Constantinople, secrétaire du Sénat de Venise, diplomate et marchand, commença la construction d’un des plus beaux et des plus particuliers palais sur le Canale Grande. Il chargerait alors l’architecte Pietro Lombardo d’en dessiner les plans et superviser la construction.
Pour être plus précis, il semble que, après 1486 les travaux entrepris par un disciple de Lombardo n’aient été qu’une rénovation.

Giovanni Dario dans le tableau de Bellini "Procession a S. Marco" Accademia, Venice

Avant…  mystère ?

Le palais est situé à l’embouchure du Rio delle Torreselle dans le quartier de Dorsoduro et situé sur le Campiello Barbaro. Le palais a été construit dans le style gothique vénitien et floral a été rectifiés avec des caractéristiques Renaissance. L’adresse officielle du palais est « Dorsoduro 352 ».

La façade est ornée de médaillons de marbres polychromes. Cheminées typiques vénitiennes. Il a une certain charme, s’il n’était bancal comme une vieille prostituée, du moins comme le définit d’Annunzio. Ce palais à inspiré de nombreux artistes (dont Claude Monet – mais c’est une autre histoire), Herni de Régnier y a même séjourné, une plaque nous en rappelle le souvenir (mais cela aussi sera une autre histoire à vous narrer)…

Venise ne t’a pas inscrit au Livre d’or,
Parmi ses fils fameux dont la gloire y rayonne,
Dario, mais to nom oriental résonne
Toujours, dans un écho de faste et de trésor.

Puisque, riche étranger venu de quelque port
De l’Archipel ou né sur la côte esclavonne,
Tu construisis, sans ëcusson qui le blasonne,
Ce palais, dont le Grand Canal et fier encor.

Grâce à lui, tu survis, car sa façade blanche
Montre en disques luisants, dans son marbre qui penche,
Le porphyre vineux et le vert serpentin,

Et l’on peut lire encore l’inscription latine
Par laquelle tu dédias son seuil marin
Au génie ondoyant de la ville marine.

Henri de Régnier
Urbis genio Johannes Darius

Souvent, on prête à ce palais une inspiration que Dario aurait eu lorsqu’il était à Byzance… mais point de façades polychromes byzantines.
Il faut donc attribuer la beauté particulière de ce palais à l’égo de Dario qui voulait que son palais soit spectaculaire. De ce point de vue il a réussi.
Des matériaux nobles, une finition soignée, le raffinement des décors n’a d »égal que Santa Marie dei Miracoli ou certaines parties de San-Marco.
Giovanni Dario voulait pour sa maison ce qu’il avait vu dans les travaux les plus impressionnants de son temps, il voulait la liberté de l’invention sans entrave par les règles et les limites du dogme architectural.
Le balcon néo-gothique a été ajouté au XIXe siècle.

Le palais (qui n’est pas à vendre, comme le dit la rumeur) est aujourd’hui une propriété privée et, normalement, n’est pas ouvert au public. Toutefois, un accord entre le propriétaire actuel et le musée d’art de Venise, Peggy Guggenheim Collection, le rend disponible pour des expositions d’art particulières.
Peu de visiteurs s’empressent pour pénétrer dans ce palais maudit. Nous l’avons fait pour vous !

Ca'Dario - Pinhole Gunter Derleth

Ca'Dario - Pinhole Gunter Derleth

Ca'Dario - Pinhole Gunter Derleth

Ca'Dario - Pinhole Gunter Derleth

C’est donc ici, dans ces salles que nous pouvons vous conter la vie de ses habitants… enfin, la vie, façon de parler…

  • Giovanni (permettez que nous appelions ainsi notre ami Dario) alla y habiter avec sa fille Marietta qui épousa le noble Vincenzo Barbaro. De là commencèrent les premiers problèmes : Giovanni meurt en 1494, en ce qui concerne son gendre Vincenzo, ses affaires allèrent de plus en plus mal, au point de faire faillite et de finir ruiné, il se suicidera avec un poignard. Marietta quant à elle, mourut de chagrin à 28 ans, leur fils, Vincente connaît aussi une fin tragique : il est mort dans une embuscade à Héraklion (Crète)… jusqu’au XIXème siècle, la palais reste dans la famille, par son autre fils Gasparo Barbaro et on n’en parle plus guère pendant quelques siècles.
  • Au début du XIXème siècle, la famille vends l’immeuble en 1806, au marquis Abdoll Arbit, riche marchand arménien de pierres précieuses, anobli par Eugène de Beaumarchais,. Francophile, maçon et républicain convaincu, il fait faillite peu de temps après s’être installé dans ce palais quand les autrichiens revinrent à Venise en 1814.
  • Dans les décennies qui ont suivi, un autre propriétaire, Rawdon Lubbock Brown, s’est suicidé à l’intérieur du bâtiment ainsi que son compagnon, probablement en raison du scandale provoqué par leur relation, inacceptable pour la mentalité de l’époque.
  • Le bâtiment a ensuite été acheté par l’américain Charles Briggs, lui aussi a été forcé de fuir de Venise à cause des rumeurs constantes sur son homosexualité. Il se réfugie au Mexique où son amant se suicidera.
  • A cheval sur la fin du XIXème et au début du XXème le poète français Henri de Régnier (entre 1899 et 1901) vient séjourner souvent dans le palais qui appartient alors à la comtesse de La Baume Pluviniel, jusqu’à l’apparition d’une maladie grave qui interromps son séjour à Venise.
  • Elle revend le palais au marquis de Montcalm en 1903 qui continua à recevoir dont Claude Monet.
  • En 1964, le célèbre ténor Mario Del Monaco souhaitait acquérir le palais, mais les négociations ont été rompues quand, alors qu’il se rendait à Venise pour parfaire la vente, il a été victime d’un grave accident de voiture.
  • Dans les années 1970, le comte Filippo Giordano delle Lanze est trouvé mort dans ce palais assassiné par son majordome et amant qui le frappa à la tête. Ce jeune croate de 19 ans prit la fuite pour Londres où il fut à son tour assassiné.
  • Christopher Lambert, le manager du groupe de rock « The Who » retrouvé mort peu après à Londres d’une chute dans les escaliers, il avait depuis peu acheté le palais. La police conclue au suicide, Lambert se plaignait que le parquet de sa chambre soit imprégné du sang et incrusté de la cervelle de morts et qu’il ne pouvait plus supporter les fantômes des précédentes victimes de la malédiction de Ca’Dario.
  • Dans le début des années quatre-vingt la Ca’Dario a été achetée par un homme d’affaires vénitien, Fabrizio Ferrari, qui a déménagé avec sa sœur Nicole, lui aussi a fait faillite en peu de temps et sa sœur est morte dans un accident de voiture.
  • En 1992 le financier Raul Gardini rachète le palais, il était prêt à en faire don à sa fille. Le financier, après une série de revers économiques et de son implication dans le scandale de Tangentopoli, (l’Opération Mains Propres à propos du financement des partis politiques italiens) s’est tragiquement suicidé quelques années plus tard, dans des circonstances encore mal comprises. Raul Gardini était également propriétaire d’un voilier de compétition avec lequel il voulait gagner la coupe du monde.
  • Dernièrement, Woody Allen souhaitait acheter le palais, en hommage à Henri de Régnier, quand on lui a raconté cette histoire, il a réfléchi…

Voilà pourquoi nous avons voulu vous raconter l’histoire de ce fantastique palais… un vendredi 13 !

Références :

Dario Palace. Venice. JC-R Net retrieved 3 October 2007
Norwich, John Julius (1989). A History of Venice. New York, Vintage Books ISBN 0-679-72197-5
Buckley, Jonathan. « The Rough Guide to Venice & the Veneto » retrieved 3 October 2007
Tiepolo, Maria Francesca. 2002. « I Greci nella Cancelleria veneziana: Giovanni Dario, » I Greci à Venezia: Atti del convegno internazionale di studio, Venezia, 5-7 novembre 1998. Venice. 257-314.

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. marie40
    Mai 13, 2011 @ 09:09:55

    Coïncidence ????????????? J’espère que le fait de n’y être passés que pour prendre quelques photos n’aura pas d’impact sur votre santé ???!!!!!!!!!! et que nous pourrons continuer à lire longtemps vos passionnantes chroniques vénitiennes !

  2. xalle
    Août 25, 2016 @ 14:09:13

    impressionnant vu en vrai ……..!!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :