Notre « grande » famille de masques

Je continue à faire des essais avec mes masques en papier mâché. A présent, je maitrise assez bien la technique de moulage dans les différentes formes en plâtre que j’ai réalisées.
J’ai essayé d’utiliser du joli papier recyclé, espérant avoir ainsi un fond coloré, que je n’aurais plus qu’à poncer. Ce fut un échec, et mon papier s’est retrouvé enduit et peint en blanc, car trop irrégulier. En effet, au séchage, le papier se déforme toujours (pour le moment).
En tout cas, je réalise à présent des masques beaucoup plus fins et léger qu’au début de mes expériences.
Comme à chaque fois que j’invente une nouvelle technique, Olia en redemande, notre petite famille s’agrandit.
Voilà de quoi donner des idées aux nombreux visiteurs qui, après avoir utilisé un moteur de recherche viennent ici trouver la technique pour réaliser un masque en papier mâché, et aussi, je pense des idées de décoration.
Pour reprendre un peu, une sorte de synthèse de mes essais, voici la technique que j’emploie (voir en détails au fil des billets plus anciens, chacune des étapes) :
J’ai réalisé trois moules en plâtre, de masques que nous avions acheté à Remiremont, Grenoble ou Paris (d’ou les noms donnés aux formes).
Moule en plâtre
Je place une première couche de papier, fin (le papier des catalogues de VPC convient bien), mouillé. Je coupe des bandelettes de 1 à 2 centimètres de large. Il faut prendre soin de bien tout couvrir. Puis, je pose d’autres couches du même papier, mais trempé dans une solution de colle à papier-peint. Il faut plusieurs couches, 4 ou 5, bien croisées entre elles, pour avoir ensuite une bonne rigidité et solidité du masque.
Le masque est sec Enduit
Puis il faut laisser sécher, et ne démouler qu’une fois le papier bien sec (sinon il va se déformer). Il arrive souvent que les bords supérieurs se déforment au séchage, il faudra corriger la forme par la suite. Une fois le masque sorti de son moule, il faut finir de coller les bandelettes qui n’ont pas toutes adhérées entre elles. Je passe de la colle à papier avec un petit pinceau. C’est à ce moment que je profite de l’humidité du papier pour corriger la forme si besoin est. On laisse sécher à nouveau. Puis on passe une première fine couche d’enduit (Enduit Toupret à lisser). Une fois sec, on ponce une première fois. S’il reste encore de gros défauts, il faut passer encore de l’enduit. sinon, on pose une première couche de peinture blanche, diluée (de l’acrylique, c’est mieux). On laisse sécher, bien à plat, en prenant soin que le papier ne se déforme pas. A ce moment, on peut couper proprement, avec des ciseaux, les bords du masque.
Ponçage
Ensuite, il faut encore cacher les défauts avec de l’enduit, poncer, peindre, laisser sécher, toujours bien à plat, etc. ainsi de suite jusqu’à ce que la surface du masque soit parfaite. Juste avant de passer la dernière couche de peinture, il faut réaliser la découpe des yeux. Pour cela, j’ai réalisé une pige, qui me permet de choisir la forme et la taille souhaitée, et de faire deux yeux bien symétriques.
Ensuite vient la décoration.
Voici les différents masques que nous avons à présent :
Pour Snegourotchka,
Le premier masque que j’ai réalisé, avec un loup figurant un flocon de neige Snegouretchka
Un autre masque bleu, avec des strass. Snegouretchka
Un masque que je destinait à Ded Moroz, mais qu’Olia trouve trop féminin. Snegouretchka
Un masque argenté avec des strass et des perles, assorti à un masque de Ded Moroz. Snegouretchka
Pour Ded Moroz
Un masque argenté avec des strass et des perles. Ded Moroz
Un masque « craquelé » avec une « aquarelle » figurant la troïka du Père Frimas dans la neige. Ded Moroz
Pour Olivia
Un masque avec des aquarelles rappelant les fleurs du chapeau. Olivia
Un autre, presque identique, mais de forme différente.
Un masque « craquelé », avec un loup en forme de papillon, bleu bordé d’or, les mêmes motifs de fleurs et des incrustations de perles et de strass. Olivia
Pour Pierrot et Colombine
Une paire de masque blanc, avec un motif de Pierrot de la lune. PierrotColombine
Une paire de masque bleu-argenté PierrotColombine
… et il y a encore deux masques (sans costume) :
Un masque blanc, avec des incrustations de strass autour des yeux. Photo sans titre
Un masque craquelé avec un motif de Venise (le grand canal), c’était mon premier essais de la technique de peinture craquelée. Photo sans titre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Tous les articles des derniers mois…

%d blogueurs aiment cette page :